Review

PROGRESS, Chapter 60 : Jolis cadeaux de fin d’année

PROGRESS Wrestling

Il y a deux week-ends de ça à Londres, nous étions encore en 2017 et la PROGRESS Wrestling présentait son soixantième Chapter et, comme cela avait déjà été le cas l’an passé, ce dernier show de l’année était totalement mystère, avec aucun élément de la carte annoncé. Stipulations surprises, retours, débuts… tout était possible et tout fût possible. Pour « Unboxing Live! », les petits plats ont été mis dans les grands afin de terminer 2017 en beauté, et s’il y a bien une chose qu’il fallait faire avant de regarder ce show, c’était d’esquiver les spoilers en amont, histoire d’en profiter pleinement.

Joyeux bazar par équipe

Le premier match voyait quatre des principaux duo de la PROGRESS se retrouver sur le ring. Mais puisque cela aurait été trop simple d’imaginer un match fatal 4-way par équipe, c’est un combat quatre contre quatre avec éliminations qui fût annoncé. Avec des équipes mixées et séparées. D’un côté le capitaine Trent Seven, qui a choisi une association des plus surréaliste avec Zack Gibson, Kyle Fletcher et la poupée gonflable à l’éffigie de Kid Lykos (le vrai étant blessé), et de l’autre le capitaine Tyler Bate, avec à ses côtés James Drake, Mark Davis et Chris Brookes.

Un long combat totalement comique et sans aucune prise de tête, marqué par de nombreuses séquences absurdes, dont nombre d’entres elles ont débuté avec le faux Lykos (notamment jeté du haut de balcon). Un tel bazar que mêmes les protagonistes avaient du mal à se souvenir avec qui ils faisaient équipe, et nous aussi.

Ne demandez pas comment, mais les champions par équipe Gibson et Drake se sont auto-éliminés les premiers, avant d’être imités parfois de manière stupide, mais hillarante, par Bate, Fletcher, faux-Lykos et Davis, laissant Seven et Brookes terminer le combat. C’est ce dernier qui s’imposera via un roll-up pour donner la victoire à son équipe.

Jack Sexsmith change de catégorie

Dans le deuxième combat, Jack Sexsmith, vainqueur au Chapter précédent d’un match 8-Way, a affronté Joe Coffey qui n’était plus apparu devant le public de l’Electric Ballroom depuis la fin 2016. Mine de rien très disputé malgré les différences de gabarit, ce match a laissé entrevoir un Sexsmith plus offensif et plus déterminé, qui a d’ailleurs renoncé a utilisé son Mr. Cocko. Victorieux sur soumission, quand même, le Pansexual Phenomenon se détache désormais de son étiquette d’underdog et s’apprête en toute vraisemblance à viser plus haut en 2018.

Le seul affrontement féminin du show fût un match à six, avec la participations de jeunes compétitrices, en début de carrière pour la plupart, prêtes à se faire un nom via la vitrine PROGRESS. Au terme d’un combat plus que correct, c’est Millie McKenzie qui a décroché la victoire après être apparue comme la plus dominante, face donc à Candyfloss, Chakara, Charlie Morgan, Charli Evans et Sierra Lexton. Nul doute que l’on les reverra toutes très prochainement.

Noël sanglant pour Jimmy Havoc et Mark Haskins

Après la séquence comique, david contre goliath, et féminine, la place fût faite à la scène hardcore juste avant la pause avec un combat deux contre deux avec d’un côté Jimmy Havoc et Mark Haskins et de l’autre Clint Margera et Drew Marker, deux anglais aux noms associés au catch hardcore qui efffectuaient ici leurs débuts pour la PROGRESS. Inutile de s’imaginer un combat simple avec les forces en présences. La stipulation, nouvelle, portait le nom de « 12 Days of Christmas », 12 comme le nombre de cadeaux offerts aux combattants pour s’entretuer. Du sapin de noël à l’agrapheuse, en passant par un téléviseur, des legos, des punaises, des tables… un carnage où le sang a coulé et dont Havoc et Haskins sont ressortis vainqueurs, continuant ainsi leur parcours sans faute.

Pour le cinquième combat de la soirée, « Flash » Morgan Webster s’est retrouvé à affronter Rampage Brown qui lui aussi ne s’était plus montré à l’Electric Ballroom depuis un petit bout de temps. Apparu au meilleur de sa forme, le premier champion ATLAS de la PROGRESS ne s’est pas laissé surprendre par le gallois en très nette perte de vitesse, et l’a emporté avec un piledriver monstrueux, précédé d’une powerbomb elle aussi monstrueuse depuis le haut de la troisième corde. Après le match, Webster s’est emparé du micro et a reconnu ses échecs successifs, annonçant qu’il allait pour quelques temps se tenir éloigner des rings de la PROGRESS.

Le retour de l’assassin

Le match suivant n’était pas le main-event, mais c’était tout comme. Travis Banks a remis championnat PROGRESS en jeu face à Will Ospreay, signant lui aussi après neuf mois d’absence son retour dans le lieu qui a vu naître sa renommée. Quelques jours avant son match au Tokyo Dome c’est à un défi de taille auquel il a brillamment fait face, livrant tout comme le champion une performance exceptionnelle. Pas le, mais l’un des meilleurs matches de l’année à la PROGRESS. Intensité, enchaînements magnifiques et suspens haletant, on a bien cru voir le Kiwi Buzzsaw en difficulté, mais définitivement imperturbable il est parvenu à conserver sa ceinture sur soumission.

La liste des challengers crédibles se réduit peu à peu pour Banks, ce qui l’a peut-être poussé à déclarer à la suite de son combat qu’il serait prêt à affronter n’importe qui en 2018. La musique de son partenaire TK Cooper a au même moment retenti, celui-ci s’approchant vers le champion et indiquant que leur chemin se croiserait forcément l’année prochaine, avec l’or en jeu. Pour l’instant encore blessé, il faudra attendre au moins quelques semaines encore.

Pete Dunne enfin face à Jack Gallagher

Enfin, le bouquet final. Pete Dunne fût le premier à rejoindre le ring, suivi par le « Gentleman » Jack Gallagher, lui également de retour au bercail pour un soir. Les deux hommes s’étaient déjà affrontés sur le ring de la PROGRESS en 2016 pour une qualification au Cruiserweight Classic de la WWE, et devaient à nouveau se retrouver l’été dernier à New-York, mais le Bruiserweight blessé, la rencontre avait été annulée. Cette fois-ci, tout le monde était au rendez-vous… et le championnat britannique de la WWE remis en jeu pour l’occasion. Attaché à son attitude plus sombre qu’il développe depuis quelques semaines du côté de 205 Live, Gallagher s’est senti revivre et a sorti un très bon combat face à l’homme qui aura marqué l’année au Royaume-Uni. S’il s’est sans véritable surprise incliné, l’essentiel était peut-être ailleurs pour lui, un retour aux sources réussi et applaudi.

C’est là-dessus que ce show mystère s’est terminé, un événement décomplexé où il y en a eu pour absolument tous les goûts et qui aura notamment été marqué par un superbe match de championnat PROGRESS. Le prochain Chapter aura lieu dimanche prochain à Birmingham et quelques combats sont déjà annoncés : Will Ospreay fera face à Adam Brookes, Chris Brookes à Chris Ridgeway, Jimmy Havoc & Mark Haskins à Mark Davis & Kyle Fletcher, Pete Dunne défendra une nouvelle fois son titre de champion WWE UK face à Joseph Conners, et enfin Zack Gibson & James Drakes remettront leurs ceintures par équipe en jeu contre Trent Seven & Tyler Bate.

PROGRESS, Chapter 60  «  Unboxing Live! 2 » est disponible en vidéo à la demande sur Demand Progress.

PROGRESS, Chapter 60 : Jolis cadeaux de fin d’année
Cliquez pour commenter
En haut