Bien / Pas bien

Le meilleur et le pire de WWE RAW du 9 juillet

Le pire et le meilleure de l’épisode de Monday Night RAW du 9 juillet, go home de WWE Extreme Rules dans lequel les choses se répètent pour Roman Reigns.

« Capable du meilleur comme du pire, mais pour le pire je suis le meilleur » — Vince McMahon, ou FFF, on sait pas trop.

L’épisode de Monday Night RAW de la semaine dernière n’était pas vraiment bon, même pas du tout. L’idée que l’épisode de cette semaine soit un go home show à l’approche de WWE Extreme Rules 2018 ne nous a pas plus rassuré et on a eu raison de ne pas avoir trop d’attentes sur celui-ci. Un épisode où l’on a surtout découvert le concept du segment à trou. Vous allez vite comprendre.

Bien, mais déjà vu : le principe du segment à trous

Vous vous souvenez quand vous étiez petits, en CP, on vous faisait faire des textes à trous ou vous deviez retrouver les mots manquants d’un texte. Eh bien la WWE adore ce concept et l’utilise assez souvent pour certains de ces segments, des segments très classiques entre deux catcheurs où il y a juste besoin de changer les noms des participants.

Hier soir c’était en ouverture de RAW pour hyper le match entre Roman Reigns et Bobby Lashley que l’on a eu le droit à cette formule. Roman Reigns appelle Bobby Lashley à venir pour en découdre parce que « pourquoi attendre dimanche alors qu’on peut se la coller ce soir ? »

Arrive alors le general manager Kurt Angle qui appelle tout le roster présent en coulisse pour séparer les deux catcheurs qui ne cessent de vouloir se battre, échappant aux groupes tentant de les retenir à plusieurs reprises.

Un segment qui ainsi en rappel d’autre comme les Triple H contre Roman Reigns, Roman Reigns contre Brock Lesnar, Brock Lesnar contre John Cena

Sur le moment ce segment n’est pas mauvais, c’est toujours mieux que de les entendre parler parce que niveau promos entre les deux on est arrivés au bout de ce que l’on pouvait supporter, mais le but est de hyper le match de dimanche. Est-ce qu’on a plus envie de voir ce match ? Pas vraiment.

Pas bien (parce que trop tard) : la WWE réalise que dans Extreme Rules, il y a « Extreme ».

Non mais ça arrive des fois d’oublier des trucs. On oublie ses clés, on oublie un rendez-vous, un anniversaire parfois, et des fois on oublie le concept d’un pay-per-view pendant son build up et on se rend compte à la dernière minute qu’on aurait du booker des matchs avec des stipulations plus ou moins « extrêmes ».

Eh oui, histoire que WWE Extreme Rules mérite bien son nom, il faut quelques matchs à stipulations qui invoquent le danger, qui surprenne, qui ajoute du spectacle. Un Iron Man Match pourquoi pas, mais ça n’a rien d’extrême, juste fatigant.

Hier est ainsi apparu soudainement une stipulation pour le match entre Alexa Bliss et Nia Jax, qui est ainsi devenu un match sans disqualification. Ici aussi le concept du segment à trou s’applique, pour faire comprendre ce que sera le match, on fait apparaitre un Kendo Stick dans les mains du ou de la heel et tout de suite, les gens comprennent.

Mais qui dit match sans disqualification, dit énorme boulevard pour Ronda Rousey, qui devrait être spectatrice (mais pas que) ce dimanche.

Un autre match à stipulation (un peu) dangereuse a aussi été annoncé, puisque Braun Strowman et Kevin Owens se retrouveront dans un match en cage. Ce sera toujours moins extrême que des toilettes portatives.

À lire aussi : Braun Strowman contre Kevin Owens en cage à WWE Extrême Rules 2018

Reste à voir si subitement, SmackDown aura aussi le droit à des stipulations pour ses matchs histoire de suivre le mouvement.

Bien : Seth Rollins et Dolph Ziggler, encore

Pendant que le main-event de WWE Extreme Rules devrait être Roman Reigns contre Bobby Lashley parce qu’à Stamford on est persuadé que c’est une bonne idée, Seth Rollins et Dolph Ziggler font leur petit bonhomme de chemin et embarquent totalement le public avec eux.

Seth Rollins est aujourd’hui le mec le plus over de RAW et mériterait le main-event direct avant que le soufflet ne retombé, crevé par l’obstination de Vince McMahon à imposer Lashley et Reigns qui sont déjà à bout de souffle.

Encore ici le concept du segment à trou s’est appliqué, avec un heel champion, accompagné d’un autre heel provoqué par le face pour tenter de le retourner contre lui. Classique mais qui nous a offert un bon match prouvant que Drew McIntyre a bien mérité sa place dans le roster principal.

Et sinon il en pense quoi le comédien de stand up Dolph Ziggler des blagues de Seth Rollins ?

Ça passe alors.

Pas bien : l’intérêt autour de la rivalité entre Sasha Banks et Bayley est mort hier soir

On ne cesse de le rappeler, mais la rivalité de 2015 entre Sasha Banks et Bayley est une des meilleures rivalités féminines à la WWE de ces dix dernières années. Une revanche dans le roster principal allait de soi même si déjà de base, cela fait peur. Souvenez-vous des Kevin Owens contre Sami Zayn à NXT, puis à RAW un peu plus tard. Sans sas de décompression ça fait pas du bien.

On en est au même point avec Sasha Banks et Bayley. La WWE a totalement tué l’intérêt que pouvait susciter les deux catcheuses quand elles sont l’une contre l’autre. Elle avait déjà massacré l’aura qu’elles avaient avant leurs call up respectifs, elle a terminé le boulot cet été.

S’affronteront-elles ou non ? On a envie de vous dire que pour le moment, on s’en fout. On est déçu de les voir dans des segments d’un vide incroyable au lieu de se retrouver sur le ring, dans de bons matchs ou des promos écrites par des adultes qui hypent un futur match comme ce devrait être le cas.

Espérons qu’une fois WWE Extreme Rules passé les choses s’améliorent, mais on n’est pas super optimistes là-dessus.

En bref :

  • Le match entre Mojo Rawley et No Way Jose a enfin eu lieu. On a pu se rendre compte que comme prévu, on s’en fout.
  • Pauvre pauvre pauvre Finn Bálor. Pauvre Finn Bálor.
  • Non mais sinon c’est toujours rigolo les blagues sur les toilettes avec Kevin Owens, hein ? (non).
Cliquez pour commenter
En haut