Beatdown

Cher Lars Sullivan, ne t’emballe pas trop

Lars Sullivan se voit champion de la WWE dans moins d’un an et demi. C’est très optimiste. Trop même.

WWE

Après plusieurs semaines d’attente — en tout cas pour lui — Lars Sullivan a finalement débuté dans le roster principal et commence à démonter tout ce qui est plus petit que lui pour énerver le public. Le voilà déjà avec de grandes ambitions, mais il n’est pas le seul à les avoir eu et on a beaucoup de doute concernant son futur. On avait envie de lui écrire un petit mot.

***

Cher Lars Sullivan, on ne va pas dire que ton arrivée nous intéresse. Elle ne nous gêne pas spécialement non plus, mais on voulait juste te dire qu’il ne faut pas trop que tu te fasses d’illusions quant à ton futur. D’autres catcheurs de ta trempe sont passés par là ces dernières années, et le bilan n’est pas ouf.

Il parait que ton “objectif réalisable” c’est de devenir champion de la WWE dans dix-mois. C’est couillu. Tu dis même ressentir “beaucoup de plaisir et de joie à énerver le WWE Universe” mais que tu trouves ça trop “facile”. On a déjà entendu ça quelque part, apparemment tu n’es clairement pas le seul sur ce créneau et de toutes façons c’est le truc le moins incroyable du monde pour un heel.

Tu as aussi récemment posté un tweet où tu trouves que les fans de la WWE pouvait être “facilement choqués” (triggered en anglais, qu’une certaine catégorie de personnes peu fréquentable utilise) et “faussement outragés”, avant de le supprimer rapidement. En plus d’utiliser un langage de fanatique de l’alt-right américaine, tu nous rappelles quelqu’un Lars.

Tu dois en entendre beaucoup en ce moment, de la part des gens qui ne t’aiment pas, des gens en coulisses et de Vince McMahon lui-même. Il faut d’ailleurs qu’on te parle de ton boss parce que s’il y a un truc qu’on a appris avec les années, c’est que les big men comme toi ça ne fait aucun doute il les aime bien. Il rêve depuis de nombreuses années de relancer un nouvel Andre The Giant, un nouveau Vader ou un nouveau Big Show. Le problème c’est qu’il ne les aime pas longtemps.

L’époque des Andre The Giant, King Kong Bundy ou Yokozuna est terminée depuis bien longtemps et tu n’es ni Mark Henry, ni le Big Show et encore moins Kane — qui sont malheureusement tous les trois terminés ou en bout de course eux aussi. Ça ne va pas être facile et ton on personnage on le connait. Ton but c’est d’abord de démonter quelques petit babyfaces, des fois par deux pour montrer à quel point tu es fort et que tout le monde doit te craindre.

Tu vas sans doute aussi t’occuper de petits catcheurs inconnus, des jobbers que tu vas désarticuler, démembrer, maltraiter même une fois le match terminé parce que tu n’as aucune pitié, puis prendre le micro pour dire que tu veux du challenge, du plus gros. Du solide. Tu veux tâter de la Superstars, du champion. On va t’en envoyer mais ça ne sera pas encore assez, alors tu vas t’énerver.

Ouais, comme lui là.

Puis tu vas en croiser du solide. Un type aussi balèze que toi qui va te faire faire des matchs un peu plus long et plus difficile. Et un jour viendra ta première défaite. Mais n’aie pas peur: ça ne veut pas encore dire que c’est la fin, pas tout de suite. Si ça marche bien et que Vince est encore un minimum satisfait par tes prestations tu vas tourner autour de titres, peut-être même un titre majeur si tout va bien. Mais tu ne le gagneras pas, n’y compte pas.

Demande aux autres. Demande à Braun Strowman, à Ryback, à Rusev ou même à Vladimir Kozlov. Demande aux Authors of Pain, aux Heavy Machinery. La Viking Experience ? Attend un peu de voir, ça ne s’annonce pas mieux. Les brutes dans ton genre ça ne prend malheureusement plus depuis des années. Ce qui est triste c’est que la WWE continue d’y croire, d’en lancer un de temps en temps pour prendre la température avant d’abandonner quelques mois plus tard.

Regarde Ryback, après avoir touché de près le titre de champion de la WWE en affrontant CM Punk à plusieurs reprises, il a fini par pousser la chaise roulante de Paul Heyman. Rusev a eu le droit à un match de championnat des États-Unis présenté en grande pompe face à John Cena à WrestleMania 31 — l’arrivée en tank elle s’oublie pas — avant de terminer dans des histoires où il se fait piquer sa femme par Dolph Ziggler, Enzo Amore ou Aiden English. Et puis Braun Strowman, qui échoue face à Brock Lesnar à cause de Baron Corbin avant de terminer dans la bataille royale de WrestleMania 35 face à deux comédiens du Saturday Night Live.

Les grosses brutes n’ont plus aucune longévité assurée à la WWE. Alors profite bien de ces prochains mois, ce seront sûrement les meilleurs. Ensuite, tu rejoindras les autres en coulisses et tu rongeras ton frein avec eux en attendant les futur endeavours. Pessimiste nous ? On se donne rendez-vous dans dix-huit mois et on en reparle.

Les plus lus

To Top