SmackDown Live

Résultats de WWE SmackDown Live du 4 juin

Résumé et résultats de l’épisode de SmackDown Live du 4 juin avec le retour de Goldberg à la WWE.

WWE

Au programme de WWE SmackDown Live ce mardi Goldberg vient répondre à la promo de l’Undertaker à RAW, Alexa Bliss s’exporte dans la brand bleue, tandis que les New Day affronte Kevin Owens et Sami Zayn.

Bataille de vidéos

Bataille de vidéos entre Kofi Kingston et Dolph Ziggler en ouverture de cet épisode. C’est le champion de la WWE qui commence de bon humeur, à peine rentré de son pays natal le Ghana pour un voyage organisé avec la compagnie de Stamford, nous montrant les images de son petit retour au sources. Des images qui font du bien à voir pour être franc.

Mais Dolph Ziggler n’aime pas les gens heureux. Il fait son entrée en expliquant à nouveau que ce devrait être lui à la place de Kofi Kingston (dans quel pays ?) et nous sort lui aussi une vidéo sur sa carrière qui remontre notamment les images de son sacre en tant que champion du monde poids lourds — où l’on voit d’ailleurs Big E à ses côtés, dommage de ne jamais avoir rebondi la dessus.

Kofi Kingston de quoi lui répondre… encore une vidéo ! Il illustre l’explication selon laquelle à chaque fois que les choses ne vont pas dans son sens, il quitte, il se casse — on dirait un message subliminale à Sasha Banks et les autres un peu — avec les images de l’abandon rapide du titre des États-Unis de Ziggler, qui contre avec d’autres images, celles où il passe à tabac Kofi Kingston il y a deux semaines, terminant simplement sa promo en disant “vendredi, ce sera moi”.

Trop de vidéos tue la vidéo. Difficile de croire que tous ces petits clips étaient prêts à être sortis en coulisse au cas où pour ce soir.

Kevin Owens et Sami Zayn font leur entrée pour le match contre Kingston et Xavier Woods, croisant Ziggler et échangeant quelques mots avec lui.

Kofi Kingston et Xavier Woods ont battu Kevin Owens et Sami Zayn par tombé avec un Trouble in Paradise de Kingston sur Sami Zayn.

Après le match, Dolph Ziggler est revenu attaquer les New Day avec un superkick chacun. Assez prévisible, mais logique.

Bayley attend son challenge

Alexa Bliss accueille Bayley pour un Moment of Bliss où elle rabaisse un peu la championne, lui rappelant en gros qu’elle a eu le même parcours mais que le titre n’a peut-être pas autant de valeurs sur Bayley. Carmella vient à son tour rappeler qu’elle fut la première Miss MITB et qu’elle a été championne.

Bayley n’a pour le moment pas de challengeuse, et c’est visiblement ce qui se met en place là. Et ça tombe bien Charlotte Flair a discuté avec “son ami” Shane McMahon: Elle, Alexa Bliss et Carmella s’affronteront dans un triple menace pour déterminer la challengeuse de Bayley. Soudain, la peur que Charlotte Flair deviennent ENCORE challengeuse nous envahit. La suite sera heureusement rassurante.

Elias a battu R-Truth pour devenir champion 24/7 de la WWE dans un Lumberjack match. On n’avait plus entendu le theme song d’Elias depuis des lustres, c’est déjà ça. Mais non pas sous nos yeux mais sous le ring, R-Truth a visiblement regagné le titre. Vous êtes perdus ? Notre liste des champions 24/7 est à jour.

Que quelqu’un accepte d’affronter Aleister Black, ça devient assez grave là. Non seulement il pète un câble mais en plus ses promos deviennent assez fatigante. Assez amusant d’ailleurs parce qu’on se dit la même chose pour Bray Wyatt, qu’il serait temps qu’il passe à l’action. Si ça se trouve ils vont nous les mettre l’un contre l’autre.

Shane McMahon est sur le ring avec les Revival pour nous montrer des images du beatdown asséné à Roman Reigns la veille à RAW. Quand Roman Reigns arrive sur le ring, il prend un nouveau beatdown. Quel était donc le but de ce segment, une rediffusion mais dans le réel ?

Alexa Bliss a battu Charlotte Flair et Carmella par tombé avec un DDT sur Flair pour devenir challengeuse au titre de championne de SmackDown de Bayley. Ça fait plaisir et c’est rassurant que ce ne soit pas à nouveau charlotte. Mais avec la Wild Card Rule on n’est pas à l’abris de la voir dans le match pour le titre de RAW.

Le Freak c’est (pas) chic

C’est l’heure de l’interview de Lars Sullivan. Il dit qu’il ne se sent pas homme, que pendant toutes ces années on l’a appelé autrement. Il demande à Kayla Braxton de l’appeler par cet autre mot. “Freak”, dit-elle nerveusement. Sullivan explique que sa fonction première c’est de montrer aux gens que le monde n’est pas aussi beau qu’ils le croient.

Quand Kayla Braxton lui demande de parler des Lucha House Party qu’il affronte vendredi, il récite un poème, “three blind mices”, mais transformé à sa sauce, violente. Kayla Braxton s’en va dégoutée. C’est toujours comme ça avec l’alt-right, ça se passe jamais bien en interview avec les journalistes.

Le match entre Andrade et Apollo Crews n’a pas eu lieu. Andrade a attaqué Crews avant le début du match en lui portant un Hammerlock DDT. Finn Bálor est arrivé mais s’est fait distraire par Zelina Vega avant de prendre à son tour le Hammerlock DDT. Merci d’être venu Apollo, en tout cas.

Le build up inutile

Goldberg arrive pour répondre à l’Undertaker, faisant le chemin depuis sa loge comme d’habitude avec des agents de sécurité — si vous avez l’oeil, vos aurez remarqué que l’un d’entre eux faisait aussi le café pour Alexa Bliss plus tôt. Polyvalent le type.

L’ancien champion Universal qui a attendu vingt ans pour ce match entend bien ne pas faire venir le Goldberg père de famille vendredi mais le Goldberg botteur de cul. Il lui dit qu’il est le prochain… à reposer en paix.

Les cloches sonnent, l’arena est plongée dans le noir et quand la lumière revient, l’Undertaker est là. N’attendez pas un seul mot du Deadman, il a trop parlé la veille il faut qu’il se repose. Il repart aussitôt comme il est venu.

Le build up de ce match était aussi téléphoné qu’inintéressant et inutile. Comme pour Randy Orton contre Triple H, le match en lui-même aurait suffit vu que le seul enjeu c’est de faire plaisir aux fans d’Arabie Saoudite qui ont le droit au fan service le plus pur qui soit.

Les plus lus

To Top