WWE

Résultats de WWE Stomping Grounds

Résumé et résultats de WWE Stomping Grounds.

WWE

Ce dimanche soir, c’était soir de pay-per-view. WWE Stomping Grounds ouvrait l’été de la compagnie de Stamford avec quelques matchs revanche de Super ShowDown et une carte pas très sauvage qui ne laissait pas entrevoir grand chose d’intéressant. Une carte qui mentait.

La soirée commence bien: Sam Roberts n’est pas là. Le début du Kickoff est la scène de quelques interviews de Baron Corbin qui refuse de donner le nom de son arbitre, surprise tout à l’heure, d’une confrontation par écran interposés entre Ricochet et Samoa Joe et une promo énervée de Daniel Bryan (et Eric Rowan qui se fait tout petit, pas facile à coté de Bryan).

Drew Gulak au sommet des Cruiserweights

C’est sans surprise que 205 Live occupe la place du match du Kickoff de cette soirée. Tony Nese défend son titre de champion Cruiserweight de la WWE contre Akira Tozawa et Drew Gulak.

Drew Gulak a battu Akira Tozawa et Tony Nese par tombé pour devenir champion Cruiserweight de la WWE.

Un match de Cruiserweights qui ne déçoit pas comme d’habitude. La fin et ses nombreux nearfalls auront eu le mérite d’attirer l’oeil pas toujours au aguets dans un match de kickoff coupé par une promo. Ce soir il y aura au moins un Drew qui repartira content de sa soirée.

Becky Lynch toujours championne

Le pay-per-view est quant à lui ouvert par Becky Lynch et sa défense de titre de championne de RAW face à Lacey Evans. Même dans une arena à moitié vide Becky Lynch arrive à faire faire beaucoup de bruit au public, la flemme n’est pas éteintes malgré une rivalité pas vraiment intéressante.

La place du match est assez dure à comprendre. Becky Lynch est championne de RAW et a fait le main-event de WrestleMania. Ça fait un bel opener certes mais même avec Lacey Evans ce match méritait une bien meilleure place.

Becky Lynch a battu Lacey Evans par soumission avec le Disarmer.

Un match qui aurait pu être mieux, notamment parce qu’à plusieurs reprise Lacey Evans peine à suivre. On espère une meilleure challengeuse pour la suite.

Un (beau) match pour rien

Le second match est un match par équipe. Les New Day Xavier Woods et Big E affrontent Kevin Owens et Sami Zayn qui n’ont rien d’autre à faire depuis quelques temps que de faire des trucs en équipe pour notre plus grand plaisir.

Kevin Owens et Sami Zayn ont battu les New Day par tombé avec un stunner d’Owens sur Woods.

La victoire des canadiens n’a pas beaucoup de signification dans la règne de champion de Kofi Kingston, et ne fait même pas de mal au New Day. En réalité le match n’a même pas d’intérêt si ce n’est faire apparaitre les quatre catcheurs régulièrement présent à l’écran ces dernières semaines.

Ricochet surprend tout le monde, même lui

On enchaine avec un nouveau match de championnat. Samoa Joe défend son titre contre Ricochet. Un match qui prouve à nouveau que la différence de gabarit dans le catch n’a aucune importance. Si Samoa Joe parvient à avoir le controle, Ricochet va facilement prendre le dessus.

Ricochet a battu Samoa Joe par tombé avec le 630 Splash et devient champion des États-Unis.

Encore un bon match dans cette soirée dont on attendait pas tant. Ricochet prouve une nouvelle fois pourquoi il est considéré comme l’un des meilleurs de sa génération et que même un Samoa Joe habituellement dominant ne lui fait absolument pas peur. La victoire est très surprenante, mais agréablement surprenante.

Ricochet est montré dans la Gorilla Position, félicité par quelques face du roster (Charlotte Flair est face désormais ?) et surtout Triple H qui vient féliciter un de ses poulains de NXT. Vince McMahon est resté caché, vu la qualité acceptable du show on se demande même s’il est là ce soir.

Mister Small Package a encore frappé

On poursuit avec un nouveau match par équipe et pour les titres de SmackDown cette fois. Daniel Bryan et Erick Rowan les défendent contre Otis et Tucker d’Heavy Machinery. Le public est chamboulé et préfère soutenir Daniel Bryan le heel qu’Otis le face. Pourquoi pas.

Daniel Bryan et Erick Rowan ont battu Heavy Machinery par tombé avec un petit paquet de la part de Daniel Bryan sur Tucker.

Le match était bon, Otis est toujours divertissant et si vous ne l’aimez pas on ne peut pas grand chose pour vous. Daniel Bryan est clairement l’homme du match, le voir en solo et en face nous manque pas mal aussi. Le public a sans doute cette nostalgie lui aussi.

Bayley peut remercier Nikki Cross

Second match féminin de la soirée avec Bayley qui défend son titre de championne de SmackDown contre Alexa Bliss. Bayley est entrée sans ses bonhommes gonflables, si c’est pas un nouveau signe qu’on cherche à nous présenter une Bayley au personnage un peu plus mature on ne sait pas ce que c’est.

Bayley a battu Alexa Bliss par tombé avec le Bayley to Belly pour conserver le titre de championne de SmackDown.

On est toujours content de revoir Alexa Bliss de retour à l’action après sa frayeur l’an dernier et les quelques mois de convalescence, mais on la sent pas vraiment à 100%. En résulte un match pas mauvais mais qui souffre un peu de sa prestation.

La distraction de Nikki Cross qu’on a du mal à expliquer et qui fait perdre Alexa Bliss devrait lancer le début de la fin de leur alliance.

Roman Reigns a (au moins) eu Drew McIntyre

Roman Reigns affrontait Drew McIntyre après avoir échoué face à Shane McMahon à Super ShowDown. Ce dernier était aux abords du ring et évidemment, est intervenu à quelques reprises pour tenter de gâcher cette soirée qui faisait presque un sans faute.

Shane McMahon a en effet retiré et attaqué l’arbitre — un autre aurait fait disqualifier McIntyre là dessus — pour attaquer Roman Reigns ensuite et lui porter un Coast to Coast qui n’a eu aucun effet et dont Roman Reigns s’est relevé.

Roman Reigns a battu Drew McIntyre avec un Spear.

On espère la rivalité terminée, mais on ne peut s’empêcher de penser que Drew McIntyre a perdu ce match pour ne pas faire perdre Shane McMahon sur le ring, et ça pique un peu.

Kingston s’envole vers la victoire, littéralement

Kofi Kingston défend dans l’avant dernier match de la carte de ce show le titre de champion de la WWE face à Dolph Ziggler qui avait réclamé après leur précédent affrontement un match en cage. Un défi accepté par le toujours champion Kofi Kingston.

Dolph Ziggler est entré sans aucune réaction du public, on ne sait pas si c’est contre lui, mais ce public semble avoir un petit coup de pompe puisqu’on ne l’a quasiment pas entendu du match. Un affrontement en cage sommes toutes classique où chacun tease une sortie de cage à plusieurs reprises.

La surprise n’est pas la victoire de Kofi Kingston mais la manière dont il gagne, en sortant rapidement de la cage alors qu’habituellement tous les catcheurs rampent comme des irlandais sortant d’un pub à la Saint Patrick… comme Ziggler qui se fait ainsi doubler.

Kofi Kingston a battu Dolph Ziggler en sortant de la cage et reste champion de la WWE.

Pas le meilleur match de la soirée en tout cas, la fin aura tout de même réveillé le public.

Seth Rollins règle ses histoire en couple

Il reste plus d’une heure de show (si celui-ci se termine bien à 5h comme d’habitude) et c’est déjà le main-event. Il ne manque qu’une chose pour que le match ne puisse commencer: l’arbitre spécial nommé par Baron Corbin, et il a été malin sur le coup. Baron Corbin a en effet choisi Lacey Evans.

Lacey Evans est encore furieuse de sa défaite face à Becky Lynch et… c’est à ce moment que l’on réalise que la relation, réelle, entre Becky Lynch et Seth Rollins débarque à l’écran et sur le ring.

Seth Rollins aurait pu remporter le match par décompte à l’extérieur après avoir envoyé Corbin à travers une des tables des commentateurs, mais arrivée à neuf, Lacey Evans décide que le match est un no count-out. Depuis quand les arbitres ont ce pouvoir ? Pour permettre aussi à Corbin d’utiliser une chaise, le match devient sans disqualification. Fascinant. Et quand Rollins prend le dessus et tente un tombé, Lacey Evans ne compte évidemment pas.

La tension montre entre Evans et Rollins et quand elle lui porte un low blow c’en est trop pour Becky Lynch qui décide d’intervenir et d’attaquer Evans. Deux arbitres interviennent pour les séparer, Evans n’est plus en mesure d’arbitrer et doit se faire remplacer. John Cone entre alors en scène, au grand dam de Baron Corbin.

Seth Rollins a battu Baron Corbin par tombé avec le Curb Stomp pour conserver son titre de champion Universal.

WWE Stomping Ground se termine ainsi sur l’image du couple Rollins/Lynch qui célèbre ensemble sur le ring, toujours champion·ne·s.

Le show était étonnement bon et si c’est une bonne surprise. Mais ce serait trop facile de s’en contenter, il faut que RAW et SmackDown suivent sur cette lancée, et ça c’est tout autre chose.

Les plus lus

To Top