Review

RAW 1000 : The Dark Punk Rises

C’était la millième, fallait pas se rater. On a placé beaucoup d’attente dans ce show, avec un teasing peut-être un peu trop présent. On nous a même dit que ce show serait l’équivalent d’un pay per view. Mais fallait revenir à la réalité: un RAW de trois heures n’est jamais bon sur toute sa durée: beaucoup de pubs, de promos, de vide, de segments chiants et encore de pubs… seule les vingt dernières minutes ont un impact.

« Mais vous allez regarder quand même! »

Review de RAW du 23 juillet – la 1000e

J’étais enthousiaste à l’idée de voir ce show, tout ce teasing, ces annonces. Il y avait de quoi avoir envie de voir ce show, bravo Vince. N’allez pas non plus croire que c’était un mauvais show, c’était juste un show weekly, avec deux ou trois grosses annonces, sauf que ça durait trois heures. Ah oui, chose intéressante, l’émission ne s’appelle plus RAW SuperShow.

Il a quand même bien commencé ce RAW: Comme dans beaucoup de shows spéciaux, la DX est là, introduite par le tout-puissant Vince McMahon. Pas pour un match cette fois, non, juste pour ouvrir le show. Mais on s’en est beaucoup plaint, les réunions de la DX c’est cool, c’est souvent un bon moment mais il manquait à chaque fois quelque chose, enfin surtout quelques personnes. C’est pourquoi cette fois, pour cette millième la WWE nous a enfin entendu et nous a ramené en plus de Triple H et Shawn Michaels, X-Pac, Road Dogg et Billy Gunn ! De quoi vraiment faire plaisir aux fans Old School. Enfin, comme dans beaucoup de segments de ce genre, il faut un élément perturbateur, un heel qui vient un peu gâcher la fête avec son sérieux et sa haine. Et c’est Damien Sandow qu’on a envoyé à l’abattoir. Quelques jolis mots de l’homme en peignoir et un pedigree plus tard, la salle est chaude pour la soirée, mission accomplie pour la DX.

Encore une fois, grosse ambiance à la réunion des vieux bikers de Stamford à la retraite.

Il fallait bien ça, parce que le match suivant n’avait rien d’exceptionnel. Rey Mysterio, Sin Cara & Sheamus affrontaient Chris Jericho, Dolph Ziggler et Alberto Del Rio. Ou comment caser un max de superstar en si peu de temps de ring. Les faces gagnent, c’est plié.

C’est un peu le problème de ce show finalement, les matchs, déjà pas nombreux et pas assez longs – mis à part le main-event – manquaient de construction ou d’originalité. Le match précédent servait surtout à caser un max de midcarders de SmackDown. Celui entre le Miz et Christian, bien que pas si mauvais arrive comme ça d’un coup sans raison apparente. Encore que si le Miz n’avait pas gagné le titre cela n’aurait pas trop posé de problème, puisqu’il aurait pu demander un rematch à SummerSlam et pourquoi pas gagner le titre ce soir-là, sauf que ce soir, à RAW il a bien gagné le titre – ce qui dans le fond ne me dérange pas du tout – et que Christian, face de son état perdra cette rivalité sur une défaite à SummerSlam et n’aura certainement plus aucune chance pour le titre par la suite, moi ça me gêne. Enfin, il faut bien hyper The Marine 3, j’imagine…

Bon par contre je ne vais pas vous mentir, voir Lita, puis JBL & Ron Simmons reformer l’APA le temps d’une soirée et plusieurs légendes de RAW c’était cool. Slater reste l’un des mecs les plus chanceux de cette soirée finalement, affronter toutes ces légendes…

Oh oui, chanceux…

Et puis il a fallu que Jinder Mahal, Curt Hawkins, Tyler Reks, Camacho, Hunico et Drew McIntyre viennent péter leur câble pendant le match de Kane. Ils en avaient marre et ont pris le show en otage. Ouais sauf que non, l’Undertaker – qui passait par là – est arrivé pour faire le ménage. Fin de la prise d’otage, merci d’être venu.

Le meilleur de la soirée était dans ce qui était attendu: la réunion de la DX déjà mentionné précédemment, mais aussi la confrontation Paul Heyman / Triple H, rejoint ensuite par sa femme plus en forme que jamais – dans tous les sens du terme oui, n’ayons pas peur d’avouer – qui n’hésitera pas à se jeter sur Heyman pour se battre. Finalement, Triple H battra.. pardon affrontera bien Brock Lesnar à SummerSlam.

Un peu le fil rouge de cette soirée, le mariage d’AJ et Daniel Bryan aussi figurait parmi les bon moments, célébré par le plus tout jeune Slick. C’était drôle. Malheureusement pour Bryan ça ne s’est pas passé comme prévu, AJ a bien dit oui, mais à la proposition de Vince McMahon pour devenir la General Manager de RAW. Drôle d’idée. Du coup Bryan est furax et fait presque autant de dégâts que la Nexus le soir de l’invasion. Faut pas lui en vouloir, se faire larger devant l’autel c’est un moche bagage…

« C’est pas faux. »

CM Punk le rejoint, non évidemment pas pour le consoler, mais pour se moquer de lui bien sûr. Mais il ne sera pas seul bien longtemps puisque The Rock – rien que ça – viendra à son tour se moquer de Bryan. Mais le Rock est surtout là pour nous faire une annonce pas vraiment surprenante. Il nous annonce donc qu’il affrontera le champion de la WWE au Royal Rumble 2013, peut-importe qui il sera. Punk le sera toujours selon ses dires, et il le battra ce soir-là. Bryan vient mettre son grain de sel mais un Rock Bottom plus tard on entend plus parler de lui.

Le main-event reste le meilleur moment de la soirée quand même. Non seulement parce que le match – avant que le Big Show y intervienne – n’était pas mauvais, mais aussi parce que l’après match est LE WTF moment de la soirée. En effet, le Big Show intervient et fait gagner John Cena par disqualification, coutant le titre à ce dernier qui devient le premier catcheur à rater un cash-in de Money In The Bank. The Rock vient attaquer le Big Show mais se prend un GTS de Punk. Oui, Punk est de nouveau heel. Ce n’est pas que ça me dérange, c’est même une bonne idée pour la suite de l’histoire, mais c’est en même temps dommage de perdre un si bon face.

Show terminé, on se dit que c’était bien long, surtout en live. Un show de trois heures bourré de pubs et de vidéos promos est clairement irregardable. Je doute que l’idée des RAW de  trois heures ne tienne bien longtemps, et ce ne sera pas dommage. Ce show-là aurait très bien pu tenir en 1h30. D’une parce qu’il n’y avait pas beaucoup de temps in-ring, puis parce qu’il y avait beaucoup de garniture inutile. Par exemple: J’aime bien Charlie Sheen, vraiment, mais ses avis préenregistrés sur le show (fallait vraiment être idiot ou bourré, voir même les deux pour ne pas s’en rendre compte) ne m’intéressaient pas du tout. Tiens d’ailleurs ces segments sur Tout – réseau social sur lequel la WWE a mis beaucoup d’espoir, l’erreur – ne m’intéressaient pas non plus.

J’aime pas vraiment la forme que prend Monday Night RAW, avec cette durée de trois heures, toute cette interactivité avec les réseaux sociaux etc., la WWE met les pieds là où il ne faut pas et pourrait bien perdre une partie de son audimat à cause de ça, et c’est bien dommage quand on a de bonnes storyline…

1 commentaire

Les plus lus

En haut