Top 200

Top 200, de 160 à 151 : Enjeux élevés et guerres de tranchées

WWE

Masque contre masque, le vaincu perd son contrat, cheveux contre cheveux… les enjeux sont élevés dans la dizaine de match que nous allons voir avec en particulier un match exceptionnel au niveau émotionnel dans l’Arena Mexico devant une foule en délire.

#160 Rey Mysterio Junior contre Eddy Guerrero (c) — Mask contre titre Cruiserweight de la WCW

26 octobre 1994 : WCW Halloween Havoc 1997 à Las Vegas, Nevada

Le match phare de la divison cruiserweight de la WCW et une des meilleures performances des deux catcheurs à n’en point douter. Rey Mysterio Jr s’était vu enlever son masque par Eddy Guerrero quelques semaines auparavant et vient cette fois-ci avec un costume relié au masque pour éviter cela. Eddy est absolument parfait en heel détestable et cette rivalité va littéralement suivre les deux protagonistes pendant toute leur carrière.

L’exécution de chaque mouvement est parfaite, le selling est magnifique et Tony Schiavone et Mike Teenay sont parfaits (Dusty Rhodes, un peu moins…). Teenay en particulier détaille l’histoire des deux catcheurs en grand spécialiste de la Lucha Libre. Mysterio envoie un sprinboard DDT et un Senton vers l’estérieur into an Huricanrana formidable. En parfait heel, Eddy ne fait aucune prise flashy et se contente de super heel spots en arrachant le masque de son adversaire par exemple ou en assenant une violente powerbomb qui plie Mysterio en deux. Ce dernier gagne le match sur un hurricanra, un des meilleurs matchs de l’année 1997.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.35

#159 El Generico contre Kevin Steen — « Fight without Honor » Career vs. Mask

18 décembre 2010 : Final Battle 2010 Au Manhattan Center de New York

Un des combats les plus violents de ce classement et on peut se demander ce que donne la Ring of Honor dans leur catering pour que les catcheurs saignent autant lors des blade-job. La rivalité entre El Generico et Kevin Steen est une des plus interessantes du catch moderne, s’étale sur presque une décennie et sur au moins cinq fédérations. Elle a commencé à la ROH en décembre 2009 quand Steen s’est retourné contre son partenaire El Generico. Ce dernier a mis de longs mois avant de s’en remettre à s’en prendre à Steen. Ce fût lorsque ce dernier lui vola son masque que ce combat fût déclaré comme « Fight Without Honor ». El Generico arborant un nouveau masque noir comme pour marquer un changement d’attitude vers un côté plus violent de son personnage.

Le match est une brutale bagarre ou tout le monde saigne abondamment et rapidement. Même Generico voit son masque arraché et son arcade ouverte. Steen comme Generico perdent énormément de sang et en jouent. Les cascades sont par moment effrayantes avec des projections dans les rambardes de sécurité assez brutales à regarder. La fin peut paraître over-bookée avec les multiples kickouts, ref bumps et interventions de Steve Corino et Colt Cabana, mais ça colle parfaitement avec la violence de la rivalité. A noter un des effarants bumps de Steen comme un brainbuster sur le turnbuckle qui le fait tomber sur le tablier du ring. El Generico gagne avec un énorme chairshot en pleine poire sur Steen avec la même chaise qui a marqué le début de leur rivalité un an auparavant.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9.36

#158 Toshiyo Yamada contre Manami Toyota (c) — Hair vs. Hair pour le IWA World Title

15 Aout 1992 : AJW Mid Summer Typhoon à Tokyo, Japon

Même si cela ne transparaît pas dans le match, Manami Toyota (tout de noire vétue) est une parfaite heel détestable dans l’histoire. Incapable de battre son adversaire et équipière Toshiyo Yamada, elle la challenge non seulement pour son titre de championne, mais aussi pour ses cheveux, symbole de féminité. Cette période du début des années 90 à la AJW est considérée comme l’âge d’or du catch féminin et portée aux nues part Dave Meltzer lui-même qui considère la découverte de cette fédération (c’est Terry Funk qui lui a suggéré d’y prêter attention) comme une révélation dans sa carrière.

Le combat en lui même est un condensé d’action rapide et violente simplement entrecoupée d’une phase de soumission par Yamada. Les deux lutteuses cherchent à placer leur prises de finition, la Gory Guerrero Bomb pour Yamada et la dévastatrice Japanse Ocean Cyclone Suplex pour Toyota (Bridging Straight Jacket Electric Chair Drop… pfiou). La fin est pleine de confusion si on ne connait pas la rivalité, mais après sa défaite sur la finition de son adversaire, Yamada prend place sur la chaise pour que le barbier lui rase le crâne. Toyota prend conscience de l’horreur et des conséquences de ses actes et regrette le tout, coupant ses propres cheveux et essayant d’empêcher le coiffeur de faire son office. Il faut six personnes pour la maintenir dans son coin. Surréaliste mais excellent match qui sera une révélation pour les fans de catch féminin n’ayant jamais vu la AJW.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.38

#157 Genichiro Tenryu (c) contre Satoshi Kojima — Titre Triple Crown de la AJPW

17 Juillet 2002 : AJPW Summer Action Series (9ème jorunée) à Osaka, Japon

Duel entre ancien judoka et ancien sumotori, c’est le deuxième affrontement de l’année 2002 entre Satoshi « Strong Arm » Kojima et Genichiro « Mr Puroresu » Tenryu. C’est aussi la période de la AJPW qui succède au départ des stars comme Misawa, Kobashi ou Taue pour former la Pro-Wrestling NOAH en 2000. Dans le premier affrontement en février Tenryu avait battu Kojima dans un match simple ou le vétéran avait traité le jeune Kojima comme un catcheur de seconde zone quelconque. Entre temps, Tenryu a conquis le Triple Crown des mains de Keiji Mutoh et c’est pour ce titre que les deux catcheurs s’affrontent cette fois-ci.

Le match est très physique et la foule est à 200% derrière Kojima. La physionomie du combat reprend un thème régulièrement utilisé dans le catch japonais à savoir le jeune catcheur courageux face au vétéran grincheux qui passe son temps à le démonter. Tenryu utilise régulièrement des atémis à la gorge et balance même une bouteille d’eau sur Kojima lorsque celui-ci veut prendre un temps de repos. La fin souffre un peu d’overbooking après de multiples nearfalls mais la psychologie est excellente avec Kojima qui reprend des spots de Tenryu comme des enchaînements punchs-chops dans le coin devant une foule réjouie. Après plusieurs comebacks sous formes de Lariats et Kozy Cutters, Kojima s’incline sur un enchaînement Brainbuster et Powerbomb dévastateur. Un des meilleurs match de la All-Japan post-split.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.38

#156 Booker T, Kurt Angle, Rob Van Dam, Shane McMahon & Steve Austin contre Chris Jericho, Kane, The Big Show, The Rock & The Undertaker — Winner Takes All

18 Novembre 2001 : Survivor Series 2001 à Greensboro, Caroline du Nord

Difficile de faire court sur ce match… Suite au rachat de la WCW et de l’ECW, la WWE décide de scinder le roster en deux avec d’un côté les « gentils » de la WWF et de l’autre les « méchants » de la WCW (et aussi de l’ECW…) mené par Shane McMahon ayant racheté cette dernière (kayfabe). On passera sur le fait que le côté WWF a plus d’anciens catcheurs ayant connu leur heure de gloire à la WCW (Jericho et Big Show) que le côté Alliance (Booker T uniquement). Pour faire simple, tous les heels étaient du côté WCW/ECW et les faces côté WWF… On ne refera pas l’histoire, mais c’est la storyline la plus décevante de l’histoire du catch américain. Les enjeux du match : si le côté WWF gagne, les catcheurs de la WCW et ECW sont virés, si l’Alliance gagne, idem pour les catcheurs WWF. A noter que le côté Alliance contient Steve Austin, RVD et Kurt Angle. Passons aussi sur le fait que le côté WCW contient le champion WWF (Austin, ancien WCW) et le côté WWF comprend le champion WCW (The Rock, catcheur WWF)…

Beaucoup d’histoires sous-jacentes dans chaque équipe : The Rock et Chris Jericho sont en rivalité car ce dernier se sent sous-estimé par the Rock et se juge de son niveau. Même son de cloche de l’autre côté avec Steve Austin, champion WWF, titre que Kurt Angle convoite avidement. Vince McMahon annoncera juste avant le match savoir qu’un des membres de l’Alliance était prêt à rallier la WWF sans le nommer. On notera que Chris Jericho utilise le Skull Crushing Finale comme prise de finition à cette époque. Le Big Show est le premier éliminé après avoir mangé les finishers de 4 catcheurs, Shane O’Mac l’imitera dans la minute suivante dans les mêmes circonstances. Ensuite c’est un joyeux carnage avec deux turns dans le même match, Heel turn pour Jericho qui s’en prend à The Rock après qu’il ait été éliminé par Austin, et face turn de Kurt Angle qui s’en prend à Austin après plusieurs ref bumps (avec un selling hilarant de Nick Patrick) en lui assénant un coup avec la ceinture qu’il souhaite lui prendre. The Rock score le tombé final avec un Rock Bottom devant un Vince McMahon hilare.

Le lendemain marquera le retour de Flair dans sa ville de Charlotte, le départ de Paul Heyman de la table des commentaires (pour prendre les commandes de l’équipe crétaive de Smackdown quelques mois plus tard) au profit du retour de Jerry Lawler. Ce dernier annoncera avoir racheté la partie WCW/ECW destinée à disparaître et deviendra par la suite General Manager de RAW, donnant naissance au premier Brand Split, tournant une nouvelle fois Vince McMahon et Kurt Angle heel (ce dernier aura connu un face turn de 24 heures),  Steve Austin face…

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.9

#155 Cesaro contre Sami Zayn

27 Février 2014 : NXT Takeover ArRival à Full Sail, Orlando, Floride

Alors qu’il est une des révélations du roster principal de la WWE après des excellents matchs face à John Cena, Cesaro est aussi en rivalité à NXT avec Sami Zayn qui débute à la WWE dans la branche jaune. Les deux catcheurs se sont affrontés plus tôt dans un extraordinaire 2-out-of-3 falls dans lequel le suisse s’était imposé dans un des matchs de l’année. Sami Zayn porte depuis ce match une blessure au genou (kayfabe) qui jouera un rôle dans ce match.

Un match qui porte la marque de l’ère du workrate à la WWE avec deux catcheurs ayant énormément d’expérience sur le circuit indépendant, reproduisant le schéma plus ou moins spotfest de ces fédérations mais avec une dose de psychologie en plus en jouant sur les blessures, le selling et l’importance des victoires dans la plus grande promotion du monde. A noter que la foule d’NXT était encore celle qui s’intéressait au match, et non à se mettre en avant. Des intenses moments, des contres impressionnants comme un renversement de la Koji Clutch en Stretch Muffler, et une séquence finale à couper le souffle ou Cesaro l’emporte grâce à son Neutralizer. Superbe match et le début d’une ère formidable pour NXT.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9.41

#154 Shinjiro Otani contre Ultimo Dragon (c) pour les ceintures Junior de la WAR, de la MPW, de la  UWA et Welterweight de la NWA

04 Aout 1996 : G1 Climax 1996 (3ème journée) à Tokyo, Japon

Concept un peu compliqué mais ce match est pour 4 ceintures qui représentent la moitié du J-Crown, Ultimo Dragon détient les ceintures Junior de la WAR, de la MPW et Welterweight de la NWA, alors que Shinjiro Otani détien la ceinture Junior de la UWA. Les deux catcheurs s’étaient affrontés lors de la Super J Cup 1995 quelques mois auparavant (organisée par la fédération WAR) et Ultimo Dragon l’avait emporté avec un Mahistrol Cradle Pin. On appréciera la référence à ce finish dès le début de ce match. Ce combat st encore une fois un condensé d’action avec peu de repos entre les séquences avec des transitions très fluides.

Ce match est encore un preuve de l’incroyable catcheur qu’est Shinjiro Otani et sa manière de construire un match vers une séquence finale formidable d’intensité. Comme dans ses deux combats que nous avons précédemment vu, au moment ou il place ses spots comme le springboard dropkick ou une Dragon Suplex, Otani fait l’erreur de célébrer avant que le compte de trois soit effectif. Mal lui en prend car il s’avoue vaincu sur une running Liger Bomb d’Ultimo Dragon. On parle rarement d’Ultimo Dragon mais ils ‘agit aussi là d’un des plus grands juniors de sa génération et un parfait hybride du style Junior japonais, de Lucha Libre et de lutte technique. Un splendide match de Junior dans une décennie marquée par l’avènement de ce style.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.42

#153 The SHIELD (Dean Ambrose, Seth Rollins & Roman Reigns) contre The Wyatt Family (Bray Wyatt, Erik Rowan & Luke Harper)

23 Février 2014 : Elimination Chamber 2014 à Minneapolis, Minnesota

« Le Foot c’est la guerre », comme le disait si bien Raymond Domenech. On pourrait l’appliquer à ce match entre les deux factions les plus bouillantes de cette année 2014. Le SHIELD et la famille Wyatt se sont mises en rivalité afin de déterminer laquelle des équipes était la plus forte ça serait un euphémisme de dire que la foule n’attendait que ça. Le public est chauffé à blanc pour ce match, chantant « this is awesome » avant même que les Wyatt ne pénètrent sur le ring.

Le match est une véritable guerre avec un Roman Reigns qui a bien du prendre 10 kilos (et pas en muscle) depuis ce match, Dean Ambrose en cinglé incontrôlable et Seth Rollins volant dans tous les coins. Les Wyatt sont effrayants de force et prennent le SHIELD à leur propre jeu en divisant leur adversaire et semant leur carnage dans et autour du ring. Une preuve que la WWE sait former des catcheurs car ces six catcheurs sont des produits de la FCW et NXT (via le circuit indépendant pour 3 d’entre eux) et y ont énormément évolué là-bas. Surement le match de l’année à la WWE et une joyeuse avalanche de violence.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9.44

#152 Atlantis contre La Sombra 2 Out of 3 Falls Mask contre Mask

18 Septembre 2015 : CMLL 82. Anniversario à Mexico City, Mexique

Replaçons les choses dans leur contexte : lors de ce même show annuel en 2013 La Sombra (alors face, ou tecnico) démasque son adversaire Volador Jr après que les deux aient du faire équipe face à Atlantis et Ultimo Guerrero, eux aussi en rivalité depuis plusieurs années. Le public se retourna contre le match de La Sombra car il voulait voir l’autre duo (Atlantis et Ultimo Guerrero) s’affronter à leur place. Ce rejet de La Somra ressemble fortement à son heel turn à NXT, et aussi au Heel Turn de son compère japonais des LIJ Tetsuya Naito. La Sombra passa alors du côté des Rudos, formant un peu plus tard le clan des Los Ingobernables avec Rush (prononcez Rrrrouche) et La Mascara. Lors de l’année 2015 ce clan s’est mis à attaquer les tecnicos de tout côté, la Sombra s’attaquant à Atlantis et son masque. Dans la plus pure tradition Lucha Libre, ce dernier a challengé son assaillant à un match ou le masque de chacun est en jeu.

Le match est au meilleur des trois tombés comme souvent au Mexique et se déroule dans une vraie ambiance de stade de football. Cornes de brumes, fans en délire qui chantent, on est au pays de la Lucha Libre, là ou le catch est une religion. Atlantis est accompagné de Volador Jr et La Sombra est accompagne de Rush. A noter que Naito démarre au Japon à la même période Los Ingobernables de Japon avec exactement la même gimmick d’entrée en costume. Rush ne cesse d’intervenir en début de match et coûte le premier tombé à son partenaire via disqualification. Après que Volador et Rush aient été envoyés aux vestiaires, La Sombra effectue son Brillante Driver pour égaliser. S’en suivent une multitudes de tombés, de contres et de renversements ou même Atltantis (alors âgé de 53 ans) effectue des plongeons en dehors du ring pour marquer l’importance capitale de ce match.  Ce dernier l’emporte grâce à sa soumission, l’Atlantida. La Sombra invite alors sa famille en pleurs dans le ring pour le démasquer. Scène irréelle pour celui qu’on connait à l’heure actuelle à NXT sous le nombre d’Andrade Cien Almas, qui résume bien l’importance du masque dans la culture mexicaine. Un match à voir pour tout fan de catch qui se respecte.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.46

#151 Mankind contre The Undertaker — Hell in a Cell

28 Juin 1998 : King of the Ring 1998 à Pittsburg, Pennsylvanie

Plus une collection de cascades à ne plus JAMAIS reproduire dans un ring qu’un vrai match, c’est une des pierres angulaires du catch moderne. A l’époque ou l’ECW se vantait d’être la fédération la plus extrême du continent, Foley ringardise en deux bumps tous les plongeons de New Jack et Vic Grimes. L’histoire dit que c’est Terry Funk qui a donné l’idée de ces bumps à Foley bien malgré lui et que l’Undertaker lui-même aurait essayé de convaincre Foley de ne pas les exécuter. La légende veut aussi que le Chokeslam à travers la cage soit un accident et n’était pas prévu, simplement que personne n’avait prévu que la cage céderait.

L’image de Mick Foley avec une dent logé dans une narine ainsi que les commentaires de Jim Ross restent gravés dans la mémoire de tous fans de catch :

Good God almighty! Good God almighty! That killed him! As God as my witness, he is broken in half!

Good God, Good God! Will somebody stop the damn match? Enough’s enough!

Bon Dieu tout-puissant! Bon Dieu tout-puissant! Cela l’a tué! Je prends dieu pour témoin, il est brisé en deux!

Bon Dieu, bon Dieu! Est-ce que quelqu’un arrêtera ce foutu match? Assez c’est assez!

Il n’y a rien de beau dans ce match, aucune transition, aucune prise correctement exécutée. Juste de la pure violence. Mais l’aspect dramatique de voir un catcheur comme Mick Foley enlever volontairement des mois de sa carrière (de sa vie?) en se jetant du toit de la cage sur la table des annonceurs (bump absolument insensé), tel un sacrifice en l’honneur de son art est admirable. Jamais plus on ne verra de telles cascades dans un ring de la WWE, et tant mieux. L’Undertaker gagne ce match sur un tombstone après 2 bumps dans les punaises pour Mick Foley. Un match à voir absolument pour son aspect historique.

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.97

C’est tout pour cette semaine. Dans le prochain épisode, nous verrons les dépbust dans ce classement de plusieurs catcheurs qui appraitront de multiples fois à savoir Ricky Steamboat, Hiroshi Tanahashi, Kazuchika Okada et Tomohiro Ishii.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut