Top 200

Top 200, de 95 à 91 : Clashs d’équipiers

WWE

Episode particulier cette semaine avec cinq matches dont trois qui concernent des anciens ou futurs coéquipiers se faisant face. En effet, Chris Jericho et Chris Benoit s’affrontent ici en 2001 mais seront champions par équipe un an plus tard, AJ Styles et Christopher Daniels également (avec un run de champions par équipe de la TNA bien trop mésestimé) et l’affrontement entre les deux membres des American Wolves Davey Richards et Eddie Edwards.

#95 Kazuchika Okada, Beretta & Rocky Romero  (CHAOS) contre Nick Jackson, Matt Jackson & A.J. Styles (Bullet Club)

16 mai 2015 : ROH/NJPW Glabl Wars (Night 2) à Toronto (Canada)

Ce match clôt la deuxième tournée de la NJPW aux Etats-Unis en partenariat avec la Ring of Honor. Beaucoup de dream-matchs pendant ce tour comme par exemple Roderick Strong face à Shinsuke Nakamura le même soir que ce match. AJ Styles et les Youg Bucks sont des anciens de la Ring of Honor, donc ils sont un peu plus familiers de cet environnement, même si Rocky Romero a lutté plusieurs fois dans la promotion de Baltimore.

Bien entendu, les frères Jackson et AJ Styles arrivent accompagnés du contingent américain du Bullet Club,  c’est à dire Karl Anderson et Luke Gallows mais peu d’interventions de leur part (il faut dire que c’est Red Shoes qui arbitre, et qu’à cette époque, AJ Styles prenait à chaque fois un malin plaisir à l’insulter pendant ses matches). Le but de ce match pour le Bullet Club est d’affaiblir leur adversaire du soir car deux mois plus tard AJ Styles doit faire face à Kazuchika Okada et les Young Bucks à Roppongi Vice pour respectivement les titres Poids-Lourds IWGP et les ceintures tag-team IWGP Junior Heavyweight à Dominion. Le match entre AJ Styles et Kazuchika Okada, au passage que nous avons vu la semaine dernière.

Le match n’a rien à voir avec les 6-men peuplant les « Road To » shows de la NJPW, c’est plutôt un gigantesque spotfest comme on peut le voir à la PWG, la Chikara voire la Dragon Gate, avec en filigrane l’affrontement entre AJ Styles et Kazuchika Okada. Les superkicks volent dans tous les sens, AJ Styles est phénoménal, Kazuchika Okada  est incroyable de justesse, rien ne semble étonnant, mais ce match a quelque chose que la NJPW manque parfois : du fun! On rit, on sursaute dans son fauteuil, ce combat est haletant. La fin est un condensé du combat : impressionnante physiquement, décisive et fun. Trent Barreta est isolé et encaisse coup sur coup et sans toucher le sol entre les prises : un Tombstone Piledriver, un Meltzer Driver et un Styles Clash. Un des points culminants du Bullet Club et une super clôture d’une excellente tournée pour la NJPW.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 9.22

#94 AJ Styles contre Christopher Daniels — 30 minutes Iron Man Match pour le titre X-Division de la TNA

13 février 2005 : Against All Odds 2005 à Orlando (Floride)

A l’origine de cette rivalité (qui va rythmer la X-Division régulièrement pendant au moins 8 ans), Christopher Daniels déclare être responsable de la popularité du champion X-Division AJ Styles en propulsant sa réputation après leur affrontement lors d’un show NWA en 2001. Passons sur le fait qu’ils se soient affrontés onze fois après, dont notamment un excellent match lors du mythique King of The Indies de l’APW (pièce de collection pour les fans de l’indépendant). Leurs affrontements à la Ring of Honor sont aussi à voir absolument car ils font partie des matchs qui ont bâti la légende de la ROH entre 2002 et 2008.

Lors d’un épisode d’Impact un mois auparavant, AJ Styles et Christopher Daniels s’étaient affrontés dans un 10-minutes challenge. Si Daniels tenait 10 minutes dans le ring face à AJ Styles, il gagnait une chance au titre X-Division. Après avoir échappé à toutes les tentatives de tombés dans les deux dernières minutes, le match ne donna pas de vainqueur et le responsable de l’autorité Dusty Rhodes a fait de ce match au Pay-Per-View un 30-minutes Iron man Match. Sans raison, bien entendu… On notera aussi que AJ est le face et Daniels le heel, ce qui fait encore moins de sens (*ahem* Vince Russo)… On notera que les deux adversaires s’affronteront encore une fois dans la même stipulation à la TNA quelques mois plus tard… (*ahem* Vince Russo).

Comme on peut s’y attendre entre ces deux catcheurs, l’alchimie est absolument parfaite. L’intensité est énorme, AJ Styles effectue un blade job à la Ric Flair qui lui recouvre le visage d’hémoglobine, ce qui rend les dix dernières minutes encore plus tendues. Alors que Christopher Daniels mène 1-0 après avoir porté l’Angel Wings, il ne peut accroître son avantage et doit concéder un tombé sur un victory roll. Alors qu’il a Styles dans la Koji Clucth pendant 45 secondes secondes, on atteint les 30 minutes. Frustré, Daniels réclame la mort subite qui lui sera accordée par Dusty Rhodes. Bien mal lui en a pris car il mange un Styles Clash et The Phenomenal One garde sa ceinture gagnée au mois de Janvier. On ne peut pas se lasser de matches entre ces deux catcheurs.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 9.23

#93 Davey Richards contre Eddie Edwards — Titre Poids-Lourds de la Ring of Honor

26 juin 2011 : Best in the World 2011 au Hammerstein Ballroom de New York City (New-York)

Duel fratricide entre équipiers se considérant comme des frères, Eddie Edwards et Davey Richards sont coéquipiers au sein de l’équipe des American Wolves. Si la construction de ce match vous intéresse, vous pouvez voir ici une magnifique vidéo amateur faite par un fan et une autre présentée par la Ring of Honor pendant l’événement. Eddie Edwards est champion de la Ring of Honor depuis le mois de Mars ou il avait battu à la surprise générale Roderick Strong, suite à ce match son coéquipier Davey Richards est venu le congratuler (torse nu… pourquoi pas?).

Il faut noter que Davey Richards échoue à chaque fois sur la plus haute marche, il échoue au titre suprême face à Roderick Strong quelques mois avant qu’Eddie Edwards y trouve succès, et suite à cet échec il déclare ne plus vouloir tenter sa chance à ce titre. On notera aussi que les deux adversaires s’étaient rencontré un an auparavant pour le titre TV de la ROH et c’est encore une fois Eddie Edwards qui l’avait emporté. Alors que quelques tensions s’installent entre les deux catcheurs dans les mois suivants le début du règne d’Edwards, Eddie décide de challenger son coéquipier sous la menace de carrément quitter le business. Richards accepte. Ça fait peu de sens à première vue, mais les vidéos postées plus haut l’expliquent très bien.

En ce qui concerne le combat, nous sommes dans la période de la ROH bookée par Jim Cornette, donc l’accent est mis sur les catcheurs avec une gimmick crédible et un look correct. Donc des catcheurs comme Richards, Edwards, Strong, Haas & Benjamin sont poussés au dépends d’autres comme Kevin Steen par exemple. Pour autant, ce combat est excessivement physique et rappelle le catch comme on peut le voir à la NOAH ou dans le Best of Super Junior. Strong Style, beaucoup de striking comme des kicks absolument terribles en particulier de la part de Richards. La psychologie laisse parfois à désirer, mais la fin est excellente avec Richards qui crie au visage d’Edwards qu’il sera toujours son frère et lui envoie un penalty kick terrifiant en pleine poire. Richards et Edwards ont fait jeu égal pendant plus d’une demi-heure, Davey avait juste une meilleure endurance. Excellent combat.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 9.23

#92 Chris Jericho contre Chris Benoit — Ladder match pour le titre Intercontinental de la WWE

21 janvier 2001 : Royal Rumble 2001 à New Orleans (Louisiane)

Pendant 8 mois s’affronteront les deux canadiens autour du titre Intercontinental. A partir de Backlash 2000, ensuite Judgement Day et puis Summerslam, les deux Chris se feront face pour cette ceinture qui avait encore de la valeur à cette période. Le titre Intercontinental à cette époque représentait aussi le titre des catcheurs complets et techniques avec Chris Jericho, Chris Benoit, Kurt Angle, Edge, Eddie Guerrero souvent en lice pour cette ceinture.

A Wrestlemania, le titre était aux mains de Kurt Angle ainsi que le titre Européen (ça fait loin, n’est-ce pas?) et le médaillé olympique mettait ses deux titres en jeu ainsi que son invincibilité lors d’un triple threat face aux deux canadiens. Bien entendu il perdit les deux titres, le titre européen revenant à Jericho après avoir vaincu Benoit et Benoit récupérant le titre Intercontinental après un Flying headbutt sur Jericho. Y2J perdra le titre Européen le lendemain face à Eddie Guerrero et entreprendra une rivalité avec Chris Benoit.

Assez difficile de dire qui est le heel et qui est le face, même si c’est assez clair dans les commentaires que Jericho est le favori de la foule. Le combat est superbement bien construit avec Jericho qui vend la blessure au bras subie dans les semaines précédentes. Benoit prend la sainte mère des chairshots sur un tope suicida pour ce qui est un des spots les plus brutaux du match et de l’année. On notera un Walls of Jericho en haut de l’échelle pour un superbe effet visuel et un Flying headbutt raté du haut de l’échelle. Jericho s’empare de la ceinture avec un selling parfait de son bras endolori et boucle une superbe rivalité qui aura duré quasiment un an.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 9.24

#91 Seth Rollins contre Brock Lesnar contre John Cena — Triple Threat Match pour le titre Poids-Lourds de la WWE

25 janvier 2015 : Royal Rumble 2015 à Philadelphie (Pennsylvanie)

Brock Lesnar est champion depuis Summerslam après une démolition en règle de John Cena et 16 German Suplex. John Cena quant à lui est toujours au sommet de la carte et  n’abandonne pas le titre de vue. Quand au petit jeune de l’affaire, Seth Rollins a quant à lui son premier main-event de Pay-Per-View en solo pour le titre, il est aussi détenteur de la mallette du Money in The Bank, menace qui plane sur le match en cas de non-victoire de sa part. A ce moment, Brock Lesnar est une véritable bête, apparaissant très peu lors des Raw (Smackdown, n’en parlons pas) et détruisant absolument tout sur son passage.

A cette époque, The Authority règne d’une main de fer sur la WWE après que John Cena fût forcé de la ramener au pouvoir (elle ne l’était plus depuis les Survivor Series). Pour remercier Seth Rollins d’avoir forcé la main de John Cena, Triple H l’insère dans le main-event du Royal Rumble. Non content d’avoir une chance au titre, Seth Rollins rappelle que le Money in The Bank lui laisse deux chances de quitter Philadephie la ceinture autour de la taille. Chose qu’il fera seulement deux mois plus tard à Wrestlemania.

Au niveau du match, il est superbement bien  construit et la psychologie est excellente. C’est un des meilleurs triple threat de l’histoire à n’en pas douter. Le match est en fait un Lesnar contre Cena avec Rollins qui intervient de temps en temps pour voler la victoire comme une fouine. On a un heel avec Rollins, un face avec Cena et un tweener avec Lesnar. Ce dernier démolit ses adversaires sur le premier tiers du combat avec une double german suplex sur J&J Security (Noble & Mercury). Bien entendu on retiendra de ce match certains spots hallucinants comme Lesnar qui attrappe Rollins au vol après un springboard, le flying Elbow de Rollins sur la table des annonceurs, le Phoenix Splash et l’enchainement de Attitude Adjustment avec un Lesnar qui no-sell absolument tout. Ce dernier l’emporte après un F5 sur Rollins qui reçoit une standing ovation et prouve qu’il mérite sa place en main-event.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 9.27

C’est fini pour cette semaine. Comme il y a quelques semaines avec Mick Foley ou Hirooki Goto, le hasard fera que le prochain épisode fera la part belle à un catcheur en particulier qui sera concerné par trois combats sur cinq. Surprise quant à son identité!


A noter qu’en raison du WrestleMania weekend, il n’y aura pas de Top 200 la semaine prochaine, rendez-vous dans deux semaines pour un prochain numéro.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut