Review

PROGRESS, Chapter 51 : La danse des ceintures

PROGRESS Wrestling

Pas de répis, ou peu, cet été à la PROGRESS. Deux semaines seulement après le Chapter 50 qui s’était terminé en apothéose avec le sacre de #CCK, la fédération anglaise faisait ses débuts à l’O2 Academy de Birmingham dimanche dernier avec son Chapter 51 « Screaming For PROGRESS ». Un show dont la carte a été annoncée en vitesse, mais qui n’a pas manqué de ravir les fans et qui a surtout marqué deux tournants majeurs.

Haskins et Havoc à la poursuite de « leur » titre

En ouverture de show, Mark Haskins affrontait Mike Bird. Un combat âprement disputé et assez brutal, qui a vu Bird s’incliner par soumission sur un sharpshooter porté avec force et détermination par son adversaire. Troisième match à la PROGRESS pour le gallois qui est toujours à la recherche de sa première victoire. Pour l’instant cantonné au rôle de faire-valoir, ses performances, comme celle-ci ou celle face à WALTER à Cologne, pourrait naturellement lui ouvrir quelques portes dans les prochains mois. N’oublions pas qu’il est actuellement champion tag team à la ICW, alors pourquoi ne pas imaginer un run dans la division par équipe ? De son côté, après le combat, Haskins a une nouvelle fois fait comprendre qu’il n’a qu’une seule idée en tête, la même qui l’obsède depuis son retour de blessure. Il veut son championnat PROGRESS, qu’il avait dû rendre vacant, et il est prêt à tout pour ça. Mais il devra attendre, puisque la prochaine défense de Pete Dunne ne sera organisée que lors du Chapter 55 et ce sera face à Travis Banks… à moins que, comme annoncé il y a deux semaines, il parvienne à battre d’ici-là le champion dans un match où le titre ne serait pas en jeu, pour intégrer le main-event du 10 septembre.

Même discours pour Jimmy Havoc, qui a lui aussi répété qu’il n’avait qu’un seul objectif, redevenir champion. Avant de se positionner ainsi, Havoc a vaincu Jigsaw au terme d’un solide affrontement, remporté après avoir enchaîné un canadian destroyer avec son acid rainmaker. L’américain masqué, connu notamment pour ses passages à la CHIKARA, faisait ici ses débuts à la PROGRESS

Nouvelle vie pour le Pride of Wales

Eddie Dennis l’avait annoncé quelques jours seulement avant ce show. Afin de se consacrer pleinement au catch et d’obtenir de nouvelles opportunités, il a décidé de mettre de côté son second emploi, celui de professeur de mathématiques. Une décision grandement saluée par la PROGRESS – et beaucoup d’autres -, qui a immédiatement décidé d’offrir à l’ancien champion par équipe un run en solitaire. En commençant ici avec un face à face avec Ashmore, qui n’était plus apparu dans un Chapter de la PROGRESS depuis la fin d’année 2015. Combat correct, mais sans plus, remporté logiquement par le Pride of Wales qui reste un catcheur très populaire, très soutenu par les fans sa nouvelle mission (même si l’on regrette de ne plus le voir entrer sur Party Hard).

Soirée plus difficile en revanche pour un autre gallois, « Flash » Morgan Webster, vaincu par Chief Deputy Dunne au terme d’un affrontement assez convaincant. Le gendarme de l’anti-fun a usé d’un low-blow dans le dos de l’arbitre pour marquer « dignement » son retour à la PROGRESS.

War Machine et les London Riots volent le show

Il n’y avait peut-être pas d’enjeu dans le seul combat deux contre deux de ce Chapter, mais c’était tout comme. Dans l’intensité, dans les échanges, dans les dégagements in-extremis et inattendus… les London Riots et War Machine nous ont offert un match par équipe incroyable. Et il est toujours aussi impressionnant de voir des athlètes aux gabarits si massifs faire des manœuvres de poids moyens.

Au départ, ce combat devait être un match triple menace avec F.S.U en troisième équipe, mais Mark Andrews insuffisamment remis de sa blessure, les deux équipes de poids lourds se sont finalement retrouvées, dans un Tornado Match. C’était le troisième combat entre les deux duos à la PROGRESS, et pour la première fois, les actuels champions IWGP par équipe se sont imposés.

WATLER fait tomber Matt Riddle

Devenu challenger à Cologne après avoir renversé Mike Bird, WALTER a mis toutes ses forces dans la bataille qui l’a opposé au champion ATLAS Matt Riddle.

Au terme d’un affrontement d’une brutalité sans nom, marqué une nouvelle fois par des échanges de chops dévastatrices, l’autrichien est devenu le nouveau et troisième champion de la division dédiée aux poids-lourds de la PROGRESS. Un titre amplement mérité pour celui qui parcours les rings européens depuis près de 11 ans, trois fois champion de la wXw en Allemagne, et qui en 2017 semble enfin être reconnu à sa juste valeur, en témoigne également l’annonce de sa participation au prochain tournoi Battle of Los Angeles de la PWG.

On retiendra bien évidemment le règne de Matt Riddle, champion pendant 175 jours, qui a donné une renommée à la jeune ceinture en l’emmenant autour du monde et en la défendant avec succès neuf fois, dans cinq fédérations différentes.

British Strong Style refroidi sèchement #CCK

D’abord annoncé comme un simple combat trois contre trois, le main-event qui voyait Pete Dunne, Trent Seven et Tyler Bate affronter #CCK a rapidement pris une tournure bien différente que celle à laquelle on pouvait s’attendre. Dépourvus de leurs titres par équipe perdus au Chapter précédent face à Chris Brookes et Kid Lykos, les membres de British Strong Style ont réussi à obtenir avant le début du combat une jolie faveur : s’ils s’imposaient, Trent Seven et Tyler Bate retrouvaient leur titre de champions. Dans le cas contraire, ils ne seraient plus jamais challengers. Manque de pot, ce qui devait arriver, arriva. Au terme d’une bataille acharnée de près d’une demi-heure, aux nombreuses séquences de dominations, #CCK a été contraint de céder ses ceintures tout juste gagnées après que Pete Dunne ait usé d’un sledgehammer sur Kid Lykos, ultime référence à un Triple H que les nouveaux signés à la WWE ne cesse de reproduire.

La rivalité entre les deux clans n’est certainement pas terminée. Si d’un côté Chris Brookes et Kid Lykos devront regagner leur place dans un match de championnat face aux ex-Moustache Mountain (la règle du rematch ne s’imposant pas systématiquement à la PROGRESS), le champion Pete Dunne sera ciblé par Travis Banks encore pour au moins deux mois, jusqu’à ce fameux match du 10 septembre où le Bruiserweight défendra son titre PROGRESS contre lui. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les quelques échanges entre les deux compétiteurs lors de ce main-event nous a mis l’eau à la bouche.

La PROGRESS a une nouvelle délivré un très bon show, agréable à suivre de bout en bout. Pour ces débuts à Birmingham, trois combats sortent du lot et sont à voir absolument, deux d’entre-eux amenant à des conclusions inattendues et surtout importantes. Dès ce dimanche 23 juillet, retour du côté de Manchester avec le Chapter 52 « Vote Pies ». Dans un match qui promet énormément, Matt Riddle fera face à Travis Banks, tandis que le champion Pete Dunne affrontera Eddie Dennis, sans que son titre ne soit remis en jeu. Tyler Bate et Trent Seven défendront leurs ceintures par équipe face à War Machine et Toni Storm remettra son championnat féminin en jeu face à Laura Di Matteo.

PROGRESS Chapter 51 « Screaming for PROGRESS » est disponible en VOD sur DemandProgress.com.

PROGRESS, Chapter 51 : La danse des ceintures
Cliquez pour commenter
En haut