All In

Le show All In vend tous ses billets en moins d’une heure, mais à quel prix ?

Le show All In orchestré par Cody Rhodes et les Young Bucks afficherait sold out mais pas forcément de la manière dont on l’aurait souhaité.

Source : @ALL_IN_2018/Twitter

C’est le pari fou de Cody Rhodes et des Young Bucks, une salle de grande envergure capable d’accueillir plus de 10 000 personnes dédiée à un show indépendant. Les moyens mis sont énormes et on ne lésine pas sur les noms pour attirer, en témoigne l’annonce conjointe à la vente des billets de la venue de Rey Mysterio à Chicago à la Sears Centre Arena le 1er septembre prochain.

Sold out en une heure

Du coup, lorsque les billets sont mis en ligne, le site tombe très vite en rade devant l’affluence impressionnante pour des serveurs qui ne s’attendaient probablement pas à ça. Mais c’est la loi de la hype qui peut se vérifier un peu dans tous les domaines, il n’y aura pas de places pour tout le monde et ça les fans en étaient conscients, se battant avec la lenteur du site pour obtenir des tickets. En plus, comme indiqué par les Young Bucks il y a près de deux semaines, les prix étaient abordables.

153$ la place ringside, un prix largement acceptable à la vue des noms annoncés entre les Omega, Okada, Rhodes, etc. Du coup, l’offre est alléchante et les tickets partent comme des petits pains. Résultat : en une heure, les places sont toutes vendues.

Un succès gâché par la revente ?

Problème, l’organisation du show et donc Cody Rhodes et les Young Bucks semblent ne pas avoir limité le nombre de tickets ni le nombre de réservations par personne possible. La sanction ne se fait pas attendre, si le show est sold out, les tickets sont déjà en revente notamment sur le site Stubhub, site majeur de revente des tickets, où les prix flambent : de 153$ pour le ringside, on passe à des places à minimum 200$ jusque 2000$ qui vont de la tribune au ringside. Sur d’autres sites, les prix sont généralement triplés voire pire.

 

Ceux qu’on appelle en anglais les « scalpers » – un revendeur au marché noir donc – ont profité de l’ouverture des tickets pour prendre la vente d’assaut. Si l’on ne peut pas vraiment estimé l’importance de la pratique et la proportion de tickets achetés par des revendeurs, la relative naïveté de Cody Rhodes et des Young Bucks sur les modalités de la vente est une ombre au tableau par rapport au sold out en moins d’une heure. Et forcément, les fans râlent.

La situation est difficile à évaluer mais pour l’instant, les premières estimations ne sont pas si terrifiantes. Tous les événements culturels, sportifs ou de divertissement font face à un phénomène de revente, même avec des restrictions à l’achat. Malgré cela, la visibilité de cette revente et la relative agressivité de celle-ci dans les prix pour un événement qui voulait rassembler des fans et pas vraiment jouer la rentabilité de celui-ci, ça fait un peu mal.

La revente est inévitable

Malheureusement pour les fans qui ont loupé le coche, la situation semble irréversible, il faudra même faire très attention puisque ce genre de situation où le marché noir s’empare de tickets est aussi une occasion pour les fraudeurs d’entrer en jeu. Face à l’attente de l’événement, les revendeurs ont misé sur la hype et devrait réussir à trouver des acheteurs à ces prix exorbitants ou plus tard après une baisse de prix mais avec un bénéfice tout de même à l’arrivée.

Dernier détail important : la revente de tickets n’est pas illégale même lorsque le prix est augmenté dans beaucoup d’états américains dont l’Illinois, état de la ville de Chicago. La législation de l’Illinois requiert cependant une licence pour la revente des billets et que la marge soit assez faible, jusque 3$. Mais la revente individuelle est elle, sujette à des spécifications dans les lois, ce qui rend probablement le phénomène difficile à contrôler.

Du coup, malgré cette ombre au tableau, le résultat final, celui du sold out, reste tout à fait unique. 10 000 tickets en moins d’une heure, c’est un coup assez impressionnant pour le catch indépendant et cela prouve que le boulot fait par Cody Rhodes et les Young Bucks a porté ses fruits. Pour les fans qui louperont l’événement, il ne restera plus qu’à espérer une diffusion du show sur Internet se fasse.

L’ampleur du phénomène du marché ne semble au final pas si importante que cela. Certains estiment à une centaine les billets mis à la revente. Cela ne devrait pas créer de trous dans le public comme pourrait le craindre certains fans face à la quantité de tweets un peu alarmistes sur la question, mais entre le succès de la revente aux États-Unis et la vente directe effectuée à d’actuels fans, on peut le dire, All In a tenu son pari, et c’est fou.

Cliquez pour commenter
En haut