Indies

David Starr explique pourquoi il a refusé de signer à la WWE

david starr

David Starr n’est tendre avec personne, même pas la WWE.

Si encore beaucoup de catcheurs rêvent de rejoindre la WWE, il semble que ce soit de moins en moins la tendance sur le circuit indépendant qui de son côté connait une croissance qui commence à devenir intéressante et pourrait bien finir par leur permettre de pouvoir refuser poliment un contrat édité à Stamford.

David Starr est l’un de ceux qui ne sont pas du tout intéressés par l’idée de rejoindre un jour la WWE. Le catcheur originaire de Philadelphie a récemment fait parler de lui en s’en prenant à la Ring of Honor à l’occasion d’un match de championnat contre Jay Lethal en Israël pour le compte de la promotion local IPWA. Le groupe Sinclair (propriétaire de la ROH et dont les dirigeants sont connus pour être proche de Donald Trump), a en effet fait retirer de Twitter une vidéo promo préparée par le catcheur en raison d’un contenu parlant de ses origines et des relations politique de l’entreprise qui l’avait visiblement sévèrement irrité. Starr n’a pas hésité à parler de censure.

Il n’y a pas qu’à la Ring of Honor que David Starr a des choses à reprocher. Celui-ci raconte avoir déjà refusé plusieurs offres de la part de la WWE et pour une raison simple : les frais médicaux. Pour cette raison Starr explique avoir préféré déménager au Royaume-Uni, comme il l’explique à WrestleTalk à l’occasion de sa participation au tournoi de la PROGRESS Wrestling, le SSS16.

J’ai déjà été contacté par eux et j’ai refusé plusieurs fois. Ce qui diffère [des États-Unis] en plus du public européen, c’est la question des frais de santé. Rien qu’aller à l’hôpital est une chance là-bas. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai déménagé au Royaume-Uni. En tant que catcheur, il est difficile de payer les frais de santé, des choses dont on a besoin.

La question des frais de santé dans le catch et surtout à la WWE revient souvent dans l’actualité ces derniers temps. La mise en lumière par l’émission Last Week Tonight de John Oliver récemment a lancé un pavé dans la marre et pour David Starr, il est temps pour les catcheurs et catcheuses indépendant·e·s de penser à eux-même et leur santé plutôt que de la risquer en succombant à la lumière des projecteurs.

Publicité

Il est temps pour lui que les workers reprennent le pouvoir sur leur carrière.

Je veux juste que les catcheurs et catcheuses réalisent le pouvoir que nous avons et comprennent que nous n’avons pas à accepter tout ce qui nous est donné. Nous avons nos propres conditions et nos propres exigences et je veux que les catcheurs  et catcheuses comprennent que c’est cool de dire « non », c’est bien. Ne cédez pas simplement parce qu’il y a trois lettres et que ça a l’air cool. Pensez à vous-même et ne sombrez pas dans un pouvoir corporatif simplement parce qu’ils vous disent, « regardez toute cette exposition que vous pourriez avoir ». Et si vous nous traitiez bien ? Que diriez-vous d’une société d’un milliard de dollars qui est capable de fournir des soins de santé à ses catcheurs? Manifestement, ils s’en fichent.

Peu de catcheurs et catcheuses indépendant·e·s refusent vraiment d’aller à la WWE pour le moment, mais avec une scène indépendante en pleine croissance, l’arrivée de la All Elite Wrestling qui de son côté semble résignée à offrir un meilleur cadre de vie à ses talents et la scène européenne qui grandit, les McMahon vont sans doute devoir trouver de bien meilleurs arguments que celui de « l’exposition » pour attirer de nouveau noms dans les années à venir.

En haut
$(window).load(function() { // The slider being synced must be initialized first $('.post-gallery-bot').flexslider({ animation: "slide", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, itemWidth: 80, itemMargin: 10, asNavFor: '.post-gallery-top' }); $('.post-gallery-top').flexslider({ animation: "fade", controlNav: false, animationLoop: true, slideshow: false, prevText: "<", nextText: ">", sync: ".post-gallery-bot" }); }); });