AEW

Brodie Lee : « Vince McMahon voyait en moi un pèquenaud du fin fond des États du sud »

luke harper

Brodie Lee (ex-Luke Harper) s’est exprimé sur son passage à la WWE et notamment la manière dont Vince McMahon le voyait.

WWE

Vous pensiez que Matt Hardy était celui qu’on surnommait l’Exalté ? Le mystérieux personnage et leader du Dark Order s’est avéré être Brodie Lee, anciennement connu sous le nom de Luke Harper. Sa signature à la All Elite Wrestling est un nouveau départ pour le catcheur américain, apparu pour la première fois lors de l’édition de Dynamite du 18 mars dernier.

Invité dans le dernier numéro du podcast de Chris Jericho Talk is Jericho, l’ancien Bludgeon Brother s’est exprimé sur énormément de sujets, et n’a pas hésité à tirer à boulets rouges en direction de la WWE et surtout son président Vince McMahon.

Du Vince McMahon tout craché

Chris Jericho attaque directement son émission en demandant pourquoi l’ex-Luke Harper a quitté la WWE en décembre dernier. Ce dernier parle de sa frustration, surtout d’un seul facteur qui a joué en sa défaveur aux yeux de Vince McMahon : sa voix. Oui, vous avez bien lu. « La façon dont je m’exprime. Vince [McMahon] ne voit pas une personne qui me ressemble s’exprimer de la même manière que moi. Je pense qu’il ne pourrait pas passer outre cela. » confie Lee. « Il voyait en moi un péquenaud du fin fond des États du sud, parler avec un accent du sud, alors que je suis originaire de Rochester (dans l’état de New York, ndlr.) et être éloquent. Il ne comprenait pas et ça n’a jamais collé avec lui. »

Par ailleurs, Chris Jericho confie à son tour que selon lui, Brodie Lee avait tout ce qu’il fallait pour réussir à la WWE. Le natif de Rochester déclare que son run en tant que champion Intercontinental en fin d’année 2014 était son plus haut fait à Stamford. C’est vite dit quand son règne n’a duré que mois d’un mois, vingt-sept jours exactement. « Même là, je ne pense pas avoir gagné un seul match télévisé avec la ceinture, ça se finissait souvent en disqualification, perdu dans la carte, et c’était presque comme si j’avais perdu la faveur presque instantanément, dès que j’ai gagné la ceinture. Je n’ai même pas eu l’occasion d’en faire quelque chose » confie Brodie Lee.

Vince McMahon insistait sur le côté sudiste du catcheur. Ce dernier avait proposé un personnage à l’image d’un tueur en série, qui collectionne victimes sur victimes. « Le problème c’est que je ne battais personne ! » s’exclame Brodie Lee, suivi d’un éclat de rires. Une fois, Vince McMahon l’avait convoqué dans son bureau — selon le président de la WWE, il ne se battait pas comme un sudiste ou un mec de la campagne profonde américaine devrait le faire : un bon gros bagarreur, des malabars à l’image des Stan Hansen, Bruiser Brody ou les frères Terry & Dorry (Jr.) Funk. Lee répond au patron qu’étant originaire de l’Etat de New York, ça lui paraîtrait faux. Réponse franche, certes, qui a du hérisser le poil de McMahon.

Les derniers clous du cercueil de sa carrière

Dans une impasse créative et humilié à la télévision, Brodie Lee raconte que l’événement qui a précipité son départ de la WWE remonte en 2017, lorsque Randy Orton et Bray Wyatt étaient en rivalité pour le championnat de la WWE à l’occasion de WrestleMania 33. Une affaire dans laquelle la Viper avait trahi ses frères de clan. Selon Lee, tout cela devait résulter à sa mise en avant, la foule était réceptive. Il parviendra à toucher du bout des doigts le titre, ce n’était pas au goût des officiels.

Opposé à AJ Styles dans la course au titre, ou plutôt vers Randy Orton qui mettait en jeu sa place de challenger — une bataille royale avait eu lieue pour trouver un adversaire au fils de Bob Orton. AJ Styles et Luke Harper étaient les deux derniers hommes restants dans le combat. Ils devaient s’éliminer en même temps sauf que ce dernier a glissé du tablier, laissant Styles seul pour la victoire. La WWE réussit tout de même à opposer les deux lutteurs mais fera payer les pots cassés à l’ancien membre de la Wyatt Family. Suite à cela, on ne l’a pas vu pendant plus de huit mois sur un écran télévisé.

Brodie Lee ajoute que lors d’une discussion avec Vince McMahon, celui a été franc et lui a lancé : « Ecoute, je n’ai absolument aucun plan pour toi en ce moment. » lui aurait dit le Chairman« C’est la pire des choses à entendre ! » s’exclame Chris Jericho. Même si les officiels faisaient mine de trouver quelque chose pour lui, il n’était pas dupe, il n’y avait vraiment rien pour lui. « C’était la chose la plus frustrante que je pouvais imaginer de toute ma carrière. Tu regardes les shows, assis dans un restaurant et je me dis « Mec, tu sais que tu pourrais être à ton aise dans ce putain de show ! ». »

Il raconte avoir attendu une fois devant le bureau de Vince McMahon qui était en réunion avec l’équipe créative pendant trois heures pour qu’au final, Vince McMahon ne l’accueille pas. Frustré, Lee est parvenu à obtenir numéro de téléphone de McMahon, a pris son courage à deux mains, et lui a envoyé un SMS lui demandant ce qui se passait en ce moment avec sa carrière. Vince lui aurait demandé pourquoi il n’était pas à la Bataille Royale en hommage à André The Giant, ce à quoi Brodie Lee se souvient avoir répondu « Monsieur, c’est une question à laquelle vous devriez probablement pouvoir répondre. » Vince lui aurait répondu à son tour : « Eh bien, maintenant tu es dedans. » Il devait être dans les derniers participants. Un regain d’espoir qui sera vite estompé lorsqu’il confie : « On s’est fait avoir sur la fin de la bataille royale et il y avait bien une bonne dizaine de personnes dans la même situation que moi. »

« L’évasion exaltée de Brodie Lee »

Marié et père de deux enfants, il faut offrir un toit et nourrir sa petite famille. Si vous ne travaillez pas, vous savez ce qu’il en suit. Avec le soutien de son épouse, Lee a appelé Vince McMahon pour lui demander sa démission, qui essaiera de le convaincre de rester, comme tout patron d’entreprise. Sa décision était cependant prise. Le lutteur américain racontera même que Triple lui a adressé quelques mots qui en disent long sur la situation en coulisse à Stamford : « On ne peut pas te laisser partir, cela donnerait une impression de personnes qui sautent d’un bateau en train de couler. » Panique à bord sur le navire WWE.

Il s’exprime aussi d’avoir partagé sa demande de démission sur les réseaux sociaux : « Je n’ai jamais rien dit de négatif à leur sujet en ligne. J’ai juste dit : « Écoutez, j’ai demandé ma démission, merci à tous pour tout » » déclare Lee. « J’ai voulu l’annoncer publiquement parce que je savais que l’opinion publique était très importante pour la prochaine étape que j’allais franchir dans ma carrière. Être soutenu était une chose importante pour moi et je ne voulais plus qu’ils me contrôlent. [Shawn] Spears avait fait la même chose quelques mois avant de partir, et ils l’avaient laisser partir. Alors j’ai pensé, honnêtement, qu’ils allaient faire de même pour moi » confie-t-il. « Après la deuxième conversation téléphonique avec Vince [McMahon], il m’a appelé et m’a dit : « Hey mec, pour des raisons professionnelles, je ne peux pas te laisser partir ». Et j’ai répondu : « D’accord, c’est tout à fait juste. C’est votre décision, évidemment, j’ai signé le contrat ». Brodie Lee avait demandé de partir dès novembre puisqu’il ne souhaitait pas se voir ajouter six mois sur son contrat à cause d’une blessure au poignet. Habituellement à la WWE, quand un lutteur se blesse, son contrat est gelé.

Brodie Lee conclut tout de même son récit sur ce du positif : « Je ne souhaite pas dire du mal de la WWE. Ils m’ont donné tant de choses dans ma vie que je pourrais plus jamais en rêver. » 

Les plus lus

En haut