Made In France

APC Résistance, épisode 4 : The Tristan Archer Show

APC Résistance 4

Quatrième et ultime épisode de APC Résistance. C’est l’heure de la grande finale du tournoi pour le championnat APC entre Tristan Archer et Aigle Blanc.

APC

Alors que l’euphorie débarque dans le catch français avec la signature d’Amale à la WWE ainsi que les arrivées de Tristan Archer et de Senza Volto à la wXw, on oublie certainement pas notre produit local.

Ultime épisode de la quadrilogie Résistance : la finale du tournoi pour le championnat APC entre l’ancien champion Tristan Archer et Aigle Blanc, un règlement de comptes entre Xan Drain et Dick Rivière ainsi que d’autres combat. C’est parti pour cette bonne heure de Résistance.

Le Visionnaire ne voit plus

On attaque directement par un combat entre Senza Volto et Rick Salem, qui n’a pas gagné un seul match au cours de ce programme. Le doute et la frustration se sont salement ressentir. Salem prend le micro pour s’adresser à son adversaire et de le trashtalker au passage, qui lui répond d’un magnifique et poétique : « Je m’en bats les couilles ». Le charme à la française.

Pour ce qui est du combat, ça oscille entre bon et moins bon. Le rythme a été sacrément haché. Il y a des bonnes séquences à retenir mais un Rick Salem qui surjoue un poil trop son personnage de heel. Le Visionnaire avait promis de ne pas utiliser sa boule, il y parviendra parce qu’il l’en avait ramené une paire… de boules. Volto lui fera le plaisir de cracher sur ses boules — une phrase à ne pas sortir de son contexte, ça serait à s’y méprendre. On termine le combat par une disqualification de Salem, qui ne lâche pas sa prise de soumission. Commencer sur un finish comme ça, c’est pas vraiment ouf.

Publicité

Rick Salem est ensuite interviewé par Célian Varini qui fait remarquer qu’il a fait fanny durant Résistance et qu’il serait sûrement le second couteau de son trio avec Aigle Blanc et Christianium. Salem promet qu’il va y’avoir du changement très bientôt. On a hâte.

C’est ensuite Délia & Marie Anna, toujours dans un combat intergender, qui affrontent la paire de Kuro et de Ravage, qui est parvenu à sortir du coffre de voiture dont il était le prisonnier dans l’épisode précédent. Le dresseur de Bourg-Palette est remonté comme jamais et souhaite faire payer les deux jeunes femmes. Le match sera vraiment mauvais, ni fait ni à faire. Ça va tourner autour de la blague du geek autour de Ravage. Un concept bien trop usé pour être encore drôle aujourd’hui. Délia sera prise à son propre jeu lorsque Ravage révèle son tatouage Pikachu. MBM & Ultima Sombra vont intervenir pour se venger de la paire féminine, profitant donc à Ravage de prendre l’avantage et de gagner le combat. Merci de nous avoir délivré. Une bagarre générale durant l’interview d’après-match conclut donc tout ce bazar.

Un petit tour dans le Studio Jenny, ça vous dit ?

S’ensuit la conclusion de la rivalité opposant Dick Rivière à Xan Drain, qui a trafiqué la Dick Prot’ de notre catcheur préféré et ses trois centimètres de plus que nous. Ça va pas être fameux non plus. C’est poussif. Ce qui est dommage car le combat avait du potentiel et aurait peut-être était meilleur si on avait permis aux deux hommes d’y aller franchement et de laisser champ libre à l’utilisation d’armes.

Ça se finit en double décompte à l’extérieur. Un silence dans le Studio Jenny qui en dit long.

Segment backstage. On y voit les copains Aigle Blanc, Christianium et Rick Salem, qui se plaint de ses récentes défaites et de ses craintes. Ses frérots sont là pour l’aider à rester déterminé. Des périodes comme la sienne arrivent à tout le monde, ce n’est qu’une mauvaise passe. Senza Volto débarque de nulle part derrière les rideaux et appuie sur le caractère un peu niais de la situation. Ni une ni deux, pour mettre fin aux tensions, ça propose un McDo. Les trois potes refusent, c’est la diet. M’enfin, un McDo ça se refuse pas.

Publicité

Tristan Archer arrive à son tour et accepte volontiers le repas. À une condition, si ça se sait, Senza se fait rayer de la surface de cette planète. Lui aussi à sa condition : chanter « Senza, Senza, Senza fuckin McDo » avant de dévorer les burgers. On avoue, on a rigolé.

Enfin une stipulation dans Résistance. Duraçon et Christianium Le Surréaliste vont se la mettre dans un street fight, comme ça, là. Une stipulation qu’il aurait mieux fait de filer au combat précédent. Fin bref, le fun sera au rendez-vous.

On déconne pas pour un combat de rue, La Hyène se ramène en jean et attaque directement son adversaire durant son entrée. Les deux hommes vont nous emmener faire un petit tour dans le Studio Jenny et ses alentours. On y voit notamment Ravage se faire déranger pendant la grosse commission ou Rivality en train de servir des objets pour frapper son adversaire. On fait le coup classique de débarquer dans le vestiaire des filles et de s’en faire dégager dans la seconde qui suit. Célian Varini passe lui aussi une petite tête, lui aussi devait faire sa petite commission. Ça se termine par un double stomp de la troisième corde de Durançon sur Christianium. Qu’est-ce qu’on vient de voir ?

Publicité

The Tristan Archer Show

L’heure de la finale pour le championnat APC est enfin venue. La petite foule autour du ring est chaude comme la braise pour accueillir les deux concurrents. Aigle Blanc va tenter de briguer son troisième règne de champion de la promotion tandis que ça serait le deuxième pour Tristan Archer.

Un bon combat pour commencer. Que ça soit l’un ou l’autres, les deux compétiteurs sont à fond. On se met joyeusement sur la tronche. Ça n’arrête pas. Cependant, tout va s’effondrer à partir d’un ref bump. Un coup dans l’entrejambe et on sort les chaises pour Tristan Archer. Aigle Blanc tient bon et n’abandonne clairement pas. L’arbitre est carrément sonné, un peu trop surjoué même, c’est qu’une collision classique. Christianium et Rick Salem interviennent pour aider leur pote l’Aigle mais ça se retourne contre eux, Archer les contre et Christianium attaque Salem par mégarde. On se croit à La Luna de Maubeuge tellement on prend de l’overbooking en plein visage.

La cerise sur le gâteau, Tristan Archer remporte le match sur un petit paquet et remporte le championnat de l’APC qu’il avait pourtant laissé vacant alors que ça aurait été la bonne occasion de remettre Aigle Blanc sur le devant de la scène. On finit clairement Résistance sur une déception. C’est dommage, c’était si bien parti. Au final, Tristan Archer, créateur du programme, concentre l’attention sur lui-même. Il a appris auprès des plus grands, celui qu’on surnomme le French Pro-Wrestling God. Dommage, vraiment dommage.

Cependant, dire que le programme Résistance était mauvais ça serait être de mauvaise. On tout de même pris du plaisir à suivre les aventures de tout cette petite troupe. Les histoires sont au moins restées cohérentes, c’est déjà. C’est sur l’exécution que ça a péché et on le regrette parce que certains valent mieux que ça. On les remerciera d’avoir créer du contenu durant cette crise sanitaire, à leurs risques et périls, en espérant de voir quelques promesses se réaliser lorsque le public pourra de nouveau revenir dans le Studio Jenny.

 

Publicité
En haut