Interview

Go Shiozaki : « J’ai l’intention d’être le cœur et l’âme de la Pro-Wrestling NOAH »

Go Shiozaki NOAH

À l’occasion de Destination 2021 – Back To Budokan, on a posé quelques questions à Go Shiozaki.

Pro Wrestling NOAH

Protégé de Kenta Kobashi lorsqu’il est arrivé au sein du dojo de la Pro-Wrestling NOAH, fort de ses dix-sept ans d’expériences dont quinze pour la promotion de feu Mitsuharu Misawa et un palmarès qui parle pour lui-même, Go Shiozaki est l’une des figures de la NOAH.

À l’occasion du retour de la Pro Wrestling NOAH ce vendredi 12 février au Nippon Budokan après onze ans, on  posé quelques questions à l’actuel et quatre fois champion GHC Heavyweight qui s’apprête à affronter la légende du puroresu Keiji Muto ce vendredi.

Salut Go ! Le 12 février prochain, tu réaliseras ta septième défense du championnat GHC Heavyweight contre ni plus ni moins que Keiji Muto, reconnu comme l’un des meilleurs de la discipline au Japon. Comment te sens-tu à l’idée de le combattre en un contre un ? 

Eh bien, je suis devenu champion GHC poids-lourds en tout début d’année 2020 [le 5 janvier face à Kaito Kiyomiya, ndlr.] et je l’ai donc défendu durant une année complète. Pour ma première défense de l’année 2021, Keiji Muto sera mon challenger. À mes yeux, il est l’un des meilleurs qui a accompli un grand nombre d’exploits et qui a popularisé la discipline lorsque je n’étais qu’un jeune fan de catch. Je pense que c’est l’un des meilleurs challengers qui possède toutes les habilités sur le ring, c’est-à-dire le talent, l’expérience ainsi que la réputation et surtout une présence effective. C’est l’une des meilleures occasions de faire connaître et de partager de ce qui est génial au travers du catch.

Publicité

En septembre dernier, Kaito Kiyomiya nous a dit que la Pro Wrestling NOAH était complètement nouvelle, qu’elle était en pleine renaissance. Es-tu d’accord avec lui ? Tu es à la NOAH depuis si longtemps, qu’en penses-tu ? 

Je ne suis pas sûr de ce qu’il voulait dire mais je n’ai personnellement pas l’impression que la Pro-Wrestling NOAH soit en pleine renaissance. Nous avons certes changé en comparaison avec ce que nous faisions dans le passé mais il subsiste un passé, un présent et un futur et je ne pense pas que nous en avons fait encore assez pour aller de l’avant. Nous sommes encore en train de tenter de briser notre coquille en faisant notre mieux et lorsque nous parviendrons à briser cette coquille, on ne sait comment sera la Pro Wrestling NOAH, c’est imprévisible. Evidemment, j’ai bien l’intention d’être le cœur et l’âme de cette future Pro-Wrestling NOAH.

Tu détiens donc actuellement le championnat GHC Heavyweight pour la quatrième fois, un record que tu partages avec Takashi Sugiura. Tu es champion depuis près de 400 jours. Avec du recul, quel est ton ressenti de ce règne qui est en train de battre des records ? 

Qu’importe le record, cela vaut aussi pour le nombre de règnes ou encore le nombre des jours durant lesquels j’étais champion. Les records se doivent d’être battus et je pense que les fans attendent avec impatience et désirent que le record soit battu [celui des 735 jours de règne de Kenta Kobashi entre mars 2003 et mars 2005, ndlr]. Tant que ce record subsistera, j’aimerai par dessus tout battre celui-ci. Je me préoccupe beaucoup de ce record et je me soucie aussi de continuer à me battre de toutes mes forces afin de montrer quelque chose dont les fans se souviendront pour toujours.

Je tiens aussi à continuer de me battre pour montrer quelque chose dont les fans se souviendront. Continuer à créer des souvenirs, faire des matchs mémorables. Je continuerai à montrer ce qu’est le catch à mes yeux, et réaliser le plus grand nombre de défenses de titre possibles et dont je suis le seul capable de faire.

Publicité

L’année 2020 a été mouvementé pour toi malgré la situation mondiale autour du COVID-19. Toutes tes défenses de championnat furent grandement saluées. Quelles sensations offrent tout cela ?

S’il n’y avait pas eu de pandémie de COVID-19, nous aurions été capables de catcher devant les fans comme nous le faisons depuis toujours et nous aurions fait davantage de progrès d’une autre manière. Cependant, je peux maintenant dire que j’ai fait l’expérience de catcher à huis-clos. Je me souviendrai pour toujours de cette période et de toutes ces défenses durant l’année, elles demeurent vraiment mémorables pour moi et je suis reconnaissant que nous ne nous soyons pas mis à l’arrêt, d’avoir pu continuer à être champion GHC Heavyweight, et pouvoir aller de l’avant. Enfin, n’oubliez pas que je suis la NOAH ! [« I am NOAH ! », sa catchphrase, ndlr.]

Retrouvez le show Destination 2021 — Back To Budokan ce vendredi 12 février sur FITE au prix de 19$99.
En haut