wwe 2k22 test review edge
Gaming

WWE 2K22 : Une meilleure immersion, mais toujours des imperfections

WWE 2K22 est sorti. Les promesses d’un jeu amélioré, des graphismes et d’un gameplay revus sont-elles tenues ? Voici notre test.

2K Sports

Avant que ne sorte WWE 2K22, deux ans et demi s’étaient écoulés depuis la parution d’un nouveau WWE 2K. Durant ce laps ce temps, une pandémie a frappé le monde, l’édition 2021 n’a pas vu le jour et WWE Battleground est sorti, histoire de faire patienter gentiment les fans de catch.

Mais ces fans revenaient surtout auprès de la franchise avec un goût amer. WWE 2K20, rempli de bugs et à la charte graphique plus que discutable, n’avait guère ravi son monde. Ainsi, WWE 2K22, paru le 11 mars dernier, apportait la volonté du studio qu’est de renouer un lien avec sa communauté de joueurs.

Un gameplay plus immersif

La nouveauté phare du jeu réside dans son immersion. La caméra s’est rapprochée des abords du ring. Ça décontenance durant les premiers matchs, mais on s’habitue plutôt rapidement, puisque cela rend l’action davantage intense où que l’on soit dans l’arène.

Néanmoins, ce sont surtout les échanges entre les talents qui régalent dans ce nouvel opus. La liste de coups revue et la création de combos, plus ou moins puissants, permettent d’avoir un arsenal bien plus profond que les précédents jeux. Il n’y aura que sur les jeux WWE qu’on prendra plaisir à voir Jinder Mahal sur un ring de catch.

Publicité

On peut aussi saluer la refonte des transitions et des contres, le bon placé au moment pouvant vous faire croire de nouveau en votre victoire. Par ailleurs, il est possible de bloquer des coups en montant sa garde ou bien en esquivant au bon moment. Le tout s’accompagne aussi par un mode de « paralysie » qui nous punit bien si on prend une rouste par notre adversaire. Quant à la difficulté, c’est au plaisir de chacun.

Au bout du compte, l’ensemble devient encore plus fluide que les années précédentes, même si l’on est jamais à l’abri de quelques bugs. On aurait trouvé cela bizarre, sinon.

Des mécanismes revus

Le plaisir de certains, c’est bel et bien d’écraser son adversaire sur des échelles, des tables, des chaises… ou bien de s’enfermer dans une cage plus ou moins grande. Les Steel Cage ont notamment été revus pour WWE 2K22. Auparavant, il suffisait d’isoler le catcheur dans un coin et s’en aller pour s’échapper du côté contraire avec le sens du timing.

wwe 2K22 steel cage match

Désormais, les trois étapes de la montée de la structure voient l’apparition d’un QTE, évoluant selon la difficulté choisie et la santé de votre personnage. On peut aussi monter du côté de celui ou celle déjà en train de monter et lui flanquer quelques chiches pour le faire redescendre. Il faut ainsi redoubler d’ingéniosité pour gagner. Cela devient réaliste, en somme.

Publicité

Même traitement pour les combats avec des échelles. Il était devenu frustrant d’avoir des places prédestinées sur lesquelles les placer. On ne pouvait plus tellement la laisser à terre et claquer son adversaire dessus. Maintenant, on peut la bouger dans tous les sens et la remettre où l’on veut. Cela peut devenir par contre frustrant lorsque l’on a l’occasion de l’emporter mais qu’on ne sait pas placer son échelle au milieu du ring. Mieux vaut avoir le compas dans l’œil.

On peut aussi se faire plaisir au niveau de la panoplie d’armes. Il va falloir apprendre par cœur les endroits où sont rangées la chaise, la table et surtout la masse de Triple H — toujours en face de la rampe. Vous avez dès à présent l’opportunité de personnaliser votre roue. Bienvenue au panneau STOP, à la crosse de hockey pour les Canadiens et bien d’autres objets encore.

Cependant, l’un des seuls pas en arrière dans WWE 2K22 est décerné aux bagarres en coulisses. L’espace était dense : vestiaires, réfectoire, bureaux, parkings… Seul ce dernier a été retenu, et en plus, beaucoup d’actions ont été supprimés dans le même temps. Dommage, on trouvait parfois marrant de se mettre des roustes sous l’œil saoulé de Vince McMahon, alors qu’on est en train de saccager son bureau dont la surface ferait baver un étudiant dans son studio du Crous.

Publicité

Un mode Showcase bien amer

Rey Mysterio sur la jaquette, le mode Showcase lui est évidemment dédié. On a l’occasion d’affronter successivement par deux fois Eddie Guerrero à WCW Halloween Havoc 1997 puis à WrestleMania 21, Shawn Micheals à l’occasion du RAW en hommage au précédant, JBL à Judgement Day 2006, Kane à Cyber Sunday 2008, Dolph Ziggler à SummerSlam 2009, Batista à SmackDown pour décrocher la place pour se faire désosser par l’Undertaker à Royal Rumble 2010 pour le championnat du monde poids lourds.

Un bon de presque dix ans, avec entre-temps un départ, pour un combat contre Samoa Joe puis Gran Metalik à RAW en 2019 et pour terminer contre Seth Rollins et Murphy à WWE Payback 2020 aux côtés de Dominik Mysterio. Imaginez notre joie de retrouver le Thunderdome.

C’est ainsi que la politique de la WWE rentre en compte : Chris Jericho n’existe plus, alors qu’on connaît la sacrée rivalité à laquelle se sont livrés les deux hommes en 2009. Le sacre de WrestleMania 22 passe à la trappe, ou encore le combat d’ouverture de SummerSlam 2002 face à Kurt Angle. Même des catcheurs disponibles dans le jeu comme John Morrison ou Edge n’ont pas le droit à leur moment de gloire. Il y a aussi Chris Benoit pour le match de championnats par équipes en octobre 2002, mais ici, c’est pour des raisons plus qu’évidentes.

La chose intéressante dans ce mode, c’est l’expertise de Mysterio sur chacun de ses matchs. Malgré tout, on déchante rapidement quand le discours respire le lissage si propre de la compagnie de Stamford. Seules ses paroles envers Eddie Guerrero ou son fils Dominik sont sincères. La cerise sur le gâteau, c’est lorsque Rey Mysterio essaie de faire croire que cette histoire est réelle, alors qu’il a évolué dans une entreprise où la discipline est nommée « divertissement sportif ». Pas à nous.

wwe 2K22 eddie guerrero rey mysterio

Publicité

Le point noir reste tout de même le déroulé des matchs. Afin de débloquer de nouveaux personnages et items, il faut remplir tout une liste d’objectifs consistant à faire tel coup ou prise. On s’exécute, évidemment, ce serait bête de ne pas pouvoir débloquer Shawn Michaels, par exemple. Cela devient grisant lorsque ces derniers se répètent tout au long du Showcase. Le pire, c’est qu’on nous prive de chacune des fins des affrontements pour laisser place aux paroles de Mysterio. Serait-ce trop demander d’achever son adversaire avec le 619 ?

Au vu de la carrière vaste qu’a vécue Rey Mysterio, le mode Showcase avait un sacré potentiel, mais on se retrouve finalement complètement frustré par les politiques de la WWE et un déroulé des plus froids.

MyGM, un caprice en forme de pétard mouillé

Disparu des radars depuis SmackDown vs. RAW 2008, et dès lors réclamé chaque année par les fans, le mode MyGM fait son grand retour dans WWE 2K22. Les plus jeunes d’entre nous qui débarquent se demandant bien que ce c’est.

On a le choix entre la fratrie Stéphanie et Shane McMahon, Sonya Deville, Adam Pearce ou bien William Regal pour mener son écurie à la victoire sur l’autre branche. NXT UK peut participer aux festivités mais ce n’est pas avec le maigre roster que possède la branche britannique de la WWE qu’on va aller loin. Il n’y a même pas Johnny Saint, en plus.

On essaie de comprendre le pourquoi du comment on organise ses premiers shows dans des gymnases universitaires — sans doute un clin d’œil maladroit au catch indépendant — mais soit. En plus, une salle de basket universitaire, c’est déjà bien trop cher pour un promoteur indépendant.

Vient désormais le moment de construire son show avec le squelette suivant : trois matchs et deux promos, le tout chapeauté par Triple H qui nous fixe quelques objectifs au fil de notre aventure. Le plus drôle, c’est d’essayer de récréer des affiches comme un Kevin Owens contre Roderick Strong comme à la ROH du bon vieux temps, mais le spectateur de la WWE se fiche bien de cela. Prends ta mauvaise note, le joueur.

Finalement, cela reste le même mode qu’il y a quinze ans mais avec des plus beaux menus. Quand on compare le tout avec NBA 2K, on rit jaune.

My Rise, à la recherche de la Nouvelle Star

Le mode Carrière est lui aussi de retour dans WWE 2K22, mais désormais sous le nom « My Rise », autrement dit « Mon Ascension » pour ceux qui ont séché les cours d’anglais. Nous voilà au Performance Center, entraîné par Shawn Michaels et Road Dogg, avant de faire nos premiers pas à WWE NXT.

Une nouveauté plutôt intéressante est le bagage de votre personnage : Avez-vous cassé des mâchoires dans un Octogone avant de fouler les rings ? Étiez-vous un espoir universitaire avant de vous faire les ligaments croisés ? Êtes-vous un athlète avec tout ce qu’il faut pour faire plaisir à Vince McMahon ? Ou bien pire, Etiez-vous une sensation du circuit indépendant qui a eu le malheur de signer pour la WWE avant l’apparition de l’AEW ? Chaque bagage apporte ainsi davantage d’attributs que d’autres.

On reste par la suite sur du classique où l’on casse tout le monde à NXT avant de faire ses débuts dans la cour des grands, errer dans la midcard avant de décrocher le titre suprême. Quelques rivalités rythment le tout avec des choix importants pour la suite des choses. C’est re-jouable, ce qui constitue tout de même un bon point.

Les indémodables et un roster inégal

Outre les nouveautés citées précédemment, le mode Univers de WWE 2K22 est toujours aussi fourni en fantaisies et peut aspirer des nombreuses heures de jeu. Malgré tout, on ressent que cela fait doublon avec le mode MyGM, en moins poussé mais plus libre au niveau des choix, soit. Quelques nouveautés avec des angles de caméras différents, ou encore le fait de prendre en main qu’un seul personnage font le café.

Les créations de la communauté de joueurs rythment l’expérience ou bien même la nôtre. Chaque année, on passe un temps incroyable à créer notre catcheur ou catcheuse, toujours dans une image bien plus avantageuse que la réalité, et l’on en ressort satisfait. C’est presque un plaisir coupable, car on ne veut le montrer à personne.

wwe 2k22 creation suite

Quant au roster de WWE 2K22, on décompte tout de même plus d’une trentaine de talents renvoyés tandis que d’autres signés n’apparaissent même pas dans le jeu. 2K a depuis corrigé le tir avec la sortie chaque mois, jusqu’en juillet, de packs où l’on retrouvera anciens comme actuels. Pas de Meiko Satomura, tout de même championne de NXT UK, alors que des énergumènes comme Logan Paul ou Machine Gun Kelly seront disponibles. Le côté chauvin réclame Amale, soit dit en passant.

À lire aussi : WWE 2K22 : Les DLC annoncés

Les visuels sont bien plus propres et évidemment plus beau que ceux de WWE 2K20, bien que pour certains ou certaines à WWE NXT ont certainement payé le prix de la flemme des développeurs. Le jeu devient aussi un poil plus fluide. On peut enfin effectuer des matchs à six voire huit sans que la console, surtout quand elle est de la génération précédente, ne crie au secours. Davantage de stipulations pour un maximum de fun, d’ailleurs. Les entrées ont aussi été peaufinées, pour plus d’immersion.

Le mode Ma Faction, où l’on crée la meilleure équipe possible, permet de se défier en solo comme en ligne afin de remporter encore plus des cartes de chaque personnage et surtout des VC, la monnaie virtuelle permettant de s’acheter des talents, ceintures ou arènes. Même si c’est moins cher qu’auparavant, il faut pouvoir se permettre l’Edition Deluxe du jeu, voire la nWo 4-Life pour avoir le droit à Hulk Hogan, Kevin Nash, Scott Hall et Syxx comme personnages jouables.

Même si le studio 2K s’est donné de la peine à produire un nouveau jeu WWE plutôt plaisant, on sent toujours que la licence n’est pas sa grande priorité. Des rumeurs évoquaient un transfert vers EA Sports mais l’entente entre 2K et la compagnie de Stamford semble rester forte. WWE 2K22, c’est finalement la continuité des précédents jeux, avec quelques nouveautés à saluer, et le plaisir dissimulé de créer ses affiches de rêve.

C’est au final la même rengaine pour tout jeu de simulation sportive. À part quelques améliorations en termes de gameplay, on se butte toujours aux mêmes problématiques quand on commence à creuser un peu, surtout lorsque la franchise en question ne fait pas partie de la vitrine du studio. Dans sa forme, WWE 2K22 nous plonge dans une meilleure immersion, mais finalement, c’est l’arbre qui cache la forêt d’une série de jeux qui tourne en rond depuis quelques années, surtout au niveau de ses modes de jeu, même si on sent quelques efforts dans la production.

WWE 2K22 : Une meilleure immersion, mais toujours des imperfections
En haut