Actualité

G1 Climax 27, sixième journée : résumé et résultats

 

Ce mardi, la New Japan Pro Wrestling a entamé sa deuxième semaine de G1 Climax avec un show à Fukushima.

Le premier match par équipe proposait mettant en compétition Togi Makabe et Ryusuke Taguchi face à Kota Ibushi et le Young Lion Shota Umino. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le temps d’apparition entre Ibushi et Umino est assez équilibré. Makabe et Ibushi se chauffent en prévision du match du lendemain. Taguchi fait soumettre Umino sur un Ankle Lock pour terminer le match.

Le deuxième match d’exhibition oppose les Young Lion Katsuya Kitamura et Tomoyuki Oki à la paire Tomohiro Ishii/YOSHI HASHI Pas mal de temps dans le ring pour Oki qui n’avait pour but de faire de la figuration et s’est fritté avec Ishii. De son côté, Kitamura subira la soumission de fin de YOSHI-HASHI.

La soumission est la clef de la victoire dans les premiers matchs par équipe

En troisième match de la journée, le vétéran Yuji Nagata fait équipe avec le rookie Hirai Kawato pour affronter le clan de Los Ingobernables de Japon (Hiromu Takahashi et Tetsuya Naito). Bonne performance du Young Lion qui préserve Nagata pour son match du lendemain face à Naito. Takahashi fait tout de même abandonner Kawato sur un Boston Crab.

Deux clans se confrontent dans le quatrième match par équipe de la journée. Le Bullet Club (Bad Luck Fale, Chase Owens et Yujiro Takahashi) a pour adversaires le Suzuki-Gun (El Desperado, Taichi et Zack Sabre Jr.). Le point central du match réside sur la réussite ou non de Suzuki-Gun de renverser le géant Fale, seul réel danger des trois comparses du Bullet Club. La solution ne sera pas trouvée et Taichi paiera les frais de la défaite en prenant le DDT de Yujiro Takahashi qui conclut le match.

Le dernier match par équipe de la journée, Hirooki Goto est associé à Jado contre David Finlay et le champion intercontinental Hiroshi Tanahashi. Le catcheur de seconde génération encaisse les assauts de Gedo et Goto dans la première partie du match pour ensuite laisser place à Tanahashi qui fait monter le rythme d’un cran. Ce sera néanmoins Finlay qui obtiendra le tombé de la victoire après avoir porter un Stunner.

Dans le premier match du G1 Climax de la journée, Satoshi Kojima affronte Michael Elgin. Le Canadien a su sortir le meilleur du vétéran, le poussant à ses limites. Kojima a fait preuve de combativité, réussissant par exemple à ne pas se faire compter à l’extérieur malgré une powerbomb sur le bord du ring. Elgin a ainsi tenu tête à une forte tête de la NJPW. Il obtient la victoire dans un match très sympathique grâce à une Sunset Flip Powerbomb.

Pour ce deuxième combat du G1 Climax de la journée, EVIL et Tama Tonga ont décidé que le match ne débutera pas dans le ring, mais à l’extérieur et en particulier au milieu de la foule de Fukushima. Une fois le décompte à l’extérieur brisé de justesse par EVIL, les deux hommes échangent des coups pour ensuite repartir à l’extérieur. Cette fois, cela réussit au membre de Los Ingobernables de Japon qui utilise des chaises comme armes pour nuire au cou de Tonga. L’action dans le ring qui suit est plutôt fluide. EVIL parvient à river les épaules de son adversaire lorsqu’il lui porte son STO.

Juice Robinson, babyface au grand coeur

Les catcheurs qui affrontent Minoru Suzuki en match solo passent généralement un mauvais quart d’heure, peu importe l’issue du combat. Juice Robinson n’a fait exception. Ce match ressemble assez dans sa construction au match opposant Suzuki à SANADA. Robinson est encore meilleur dans le rôle du face qui tente d’échapper à son bourreau. Gotch piledriver, la sentence est irrévocable, Suzuki possède deux points de plus.

 

On peut légitimement se demander si ce quatrième match solo était un match du G1 Climax ou un intermède sponsorisé par la DDT. Kenny Omega, champion des États-Unis qui a oublié son titre dans les vestiaires, est opposé à l’excentrique Toru Yano. Compte tenu des possibilités athlétiques et techniques de Yano, ce match était tout ce qu’il devait être : du grand n’importe quoi. Comme l’a si bien dit Don Callis aux commentaires du NJPW World dans un précédent show : « Et quelque part à Louisville dans le Kentucky, Jim Cornette se retourne dans son lit, criant envers sa télé. » Omega l’emporte par décompte à l’extérieur,

SANADA est l’un des « jeunes » catcheurs de la division poids-lourd de la NJPW qui montent en puissance et pourraient, dans un futur plus ou moins proche, devenir les têtes d’affiche de la promotion nippone. C’est par ce genre de matchs, en affrontant l’une des stars de la promotion, et en l’occurrence le champion poids-lourd en titre, qu’une réputation, un héritage se fait. L’ancien protégé du Great Muta réussit à créer des problèmes au champion qui sera obliger à avoir recours à trois reprises à son Rainmaker pour coucher SANADA.

Classements :

Block A:

  • Tetsuya Naito [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Hirooki Goto [2 victoires, 0 défaite = 4 points]
  • Zack Sabre Jr. [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Hiroshi Tanahashi [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Bad Luck Fale [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Kota Ibushi [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • YOSHI-HASHI [1 victoire, 1 défaite = 2 points]
  • Tomohiro Ishii [1 victoire, 1 défaite = 2 points]
  • Togi Makabe [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • Yuji Nagata [0 victoire, 2 défaites = 0 point]

Block B:

  • Kazuchika Okada [3 victoires, 0 défaite = 6 points]
  • Kenny Omega [3 victoires, 0 défaite = 6 points]
  • EVIL [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Minoru Suzuki [2 victoires, 1 défaite = 4 points]
  • Juice Robinson [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • SANADA [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • Tama Tonga [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • Toru Yano [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • Michael Elgin [1 victoire, 2 défaites = 2 points]
  • Satoshima Kojima [0 victoire, 3 défaites = 0 point]
Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut