Décryptage

Les trois grosses affiches de WrestleMania 35 sont arrivées par accident

Becky Lynch, Kofi Kingston ou Seth Rollins n’étaient pas dans les projets de départ pour WrestleMania 35. Et pourtant les y voilà.

WWE

Le catch et surtout la WWE, parfois en raison des blessures mais aussi d’autres imprévus plus ou moins graves, sont souvent soumis à des changements de dernière minute. WrestleMania 35 en a visiblement connu trois qui ont mené jusqu’en haut de la carte de l’événement. Becky Lynch, Kofi Kingston et Seth Rollins n’étaient pas forcément dans les idées de départ de la WWE pour son grand événement.

L’imprévue Becky Lynch

Il y a plusieurs mois de cela, le Wrestling Observer rapportait déjà que la WWE songeait à envoyer Ronda Rousey dans le main-event de WrestleMania 35, et uniquement contre Charlotte Flair. Une affiche qui à l’époque paraissait logique : la WWE n’avait pas d’autre choix que de capitaliser sur le nom de Ronda Rousey qui bien amené ne pouvait qu’apporter de bonnes choses à la WWE, tandis que Charlotte Flair était au sommet de la division féminine.

Et puis est arrivée Becky Lynch avec sa rage, son accent irlandais et son envie de tout démonter sur son passage, passée de la bataille royale féminine l’an dernier à WrestleMania 34 et un rôle quasi inexistant à SmackDown, à l’une des plus importantes stars du moment surpassant sans souci Ronda Rousey en terme de popularité.

Il n’aura échappé à personne que le succès de Becky Lynch est arrivé soudainement l’été dernier quand celle-ci s’est retournée contre Charlotte Flair lors de SummerSlam 2018. Originalement la WWE semblait vouloir faire de Becky Lynch une heel face à Charlotte Flair tout juste de retour.

C’était mal connaître les réactions d’un public à qui on ne la fait plus. Dans une attitude de rebelle le public a préféré s’y reconnaitre face à une Charlotte Flair à qui l’on semble tout offrir sur un plateau. C’est un classique, retournez-vous contre une autorité et vous obtenez le soutien de vos semblables. La WWE a pourtant insisté pendant plusieurs semaines en présentant Becky Lynch comme la heel de l’histoire avant de finalement accepter l’idée que Becky Lynch était populaire et que les choses fonctionneraient mieux dans ce sens.

La blessure infligée par Nia Jax à RAW, quelques jours avant Survivor Series l’an dernier, offrant des images que personne n’est d’oublier d’une Lynch le visage couvert de sang et l’air provocateur du haut des tribunes, a scellé la place de Lynch sur la carte. L’annulation du match face à Ronda Rousey a elle ajouté encore plus de hype quant à un affrontement entre les deux et WrestleMania 35 semblait le moment le plus logique. La WWE a voulu quand même conserver Charlotte Flair dans l’histoire, l’ajoutant d’un manière discutable mais pas sans résultats.

La soudaine KofiMania

Kofi Kingston a lui aussi profité d’un imprévu. La KofiMania s’est lancée rapidement, quand celui-ci a remplacé Mustafa Ali, souffrant d’une commotion cérébrale, dans l’Elimination Chamber pour le titre de champion de la WWE et a offert une prestation remarquée.

Le changement est peut-être bien plus léger ici. Comme Mustafa Ali, Kofi Kingston a le profil type du catcheur que l’on peut facilement présenter en Underdog. Outre la couleur de peau qui a été sans équivoque un élément important de cette histoire sans avoir été explicitement évoquée, Kingston est un de ces catcheurs dont on ne doute pas du talent, de la dévotion et du travail sérieux. Il en va de même pour Ali, qui s’il n’a pas eu tout à fait la même carrière que Kingston, a autant d’expérience que lui.

Kofi Kingston se retrouve désormais à WrestleMania 35 avec un but : le titre de champion de la WWE et tout un public derrière lui qui n’attend qu’une chose, que l’histoire se termine bien.

Le remontée de Rollins

Seth Rollins contre Brock Lesnar, peu importe le contexte, est une affiche qui a sa place à WrestleMania, aucun doute sur ce point. Mais Brock Lesnar, redevenu champion Universal à Crown Jewel suite au départ forcé et l’abandon du titre de Roman Reigns pour soigner sa leucémie en octobre dernier, ne serait peut-être pas champion aujourd’hui.

On en sait peu sur les plans originaux pour Roman Reigns à WrestleMania, si ce n’est que le site du Wrestling Observer rapportait en février que Dean Ambrose était prévu comme étant l’adversaire du champion Universal pour ce 7 avril. Si l’on ajoute le départ de Dean Ambrose annoncé il y a quelques semaines, le match n’avait plus aucune chance d’arriver.

La remontée de popularité de Seth Rollins est arrivée dans la seconde partie de l’année 2018 où celui-ci enchaînait à RAW les bien que répétitives mais belles performances face à Dolph Ziggler ou Drew McIntyre lors son run en tant que champion Intercontinental, ainsi que la rivalité contre Dean Ambrose. Il est bien possible que c’est dans ces eaux-là qu’a été choisi Rollins pour aller affronter Brock Lesnar à WrestleMania 35.

On constate ainsi que contrairement aux années précédentes, les affiches les plus attendues de cette année sont le résultats de changement plus ou moins forcés ou soudain de la part de la WWE. Quant à savoir si la WWE s’en est plutôt bien sortie, c’est un autre débat et le bilan se fera après WrestleMania, quand le dénouement de ces histoires sera connu. L’attente est tout de même bien réelle.

Les plus lus

To Top