WWE

Résultats de WWE Super ShowDown

Résumé et résultats de WWE Super ShowDown, en direct de Jeddah en Arabie Saoudite.

WWE

Ce vendredi soir, c’est WWE Super ShowDown, le troisième show de la compagnie de Vince McMahon en Arabie Saoudite.

Un événement qui aura eu moins de presse que Greatest Royal Rumble et Crown Jewel, qui semble porter moins d’enjeu que les précédents mais qui peut compter sur la présence notamment de Goldberg et l’Undertaker qui s’affronteront pour la première fois, des champion Kofi Kingston et Seth Rollins et de Brock Lesnar qui ne devrait pas être loin du champion Universal.

Le premier match dans le kickoff de l’événement voit les Usos, alliés de Roman Reigns affronter les Revival, alliés de Shane McMahon. Reigns et McMahon s’affronteront plus tard dans la soirée.

Les Usos ont battu les Revival par tombé avec un double superkick sur Scott Dawson.

Brock Lesnar prend un low-blow et rentre chez lui

Seth Rollins et Baron Corbin ouvrent le show pour le match pour le titre de champion Universal. Brock Lesnar non plus n’était évidemment pas très loin.

Les deux catcheurs nous ont offert un affrontement classique dans lequel le face est blessé, souffrant tout au long du match dominé par le heel, avant de faire une remonté jusqu’à la victoire, profitant d’une distraction de Corbin bien occupé à raler contre l’arbitre.

Seth Rollins a battu Baron Corbin avec un roll up pour conserver son titre de champion Universal de la WWE.

Après le match, furieux, Baron Corbin porte un End of the Days à Rollins, permettant à Brock Lesnar de pouvoir venir casher sa mallette. C’est du moins ce qu’il croit qu’il va pouvoir faire, puisque Seth Rollins va mettre fin à son projet en un low-blow. Une fois au sol, Lesnar se fait rouer de coup par Rollins avec la chaise qu’il avait pourtant apporté lui-même.

Rollins évite ainsi le cash-in et peut repartir en coulisse tranquille, et champion.

Coup de Grâce à Jeddah

Finn Balor défendait son titre face à Andrade dans le deuxième match du show, et est venu comme annoncé en Demon pour l’occasion.

Finn Balor a battu Andrade par tombé avec le Coup de Grâce pour conserver le titre Intercontinental.

Le plus surprenant dans le match, assez classique au final, c’est que Finn Balor se soit relevé du Hammerlock DDT. Pas certain que ce soit très bon pour Andrade de voir un catcheur se relever de son finisher quand il n’a pas encore réellement décollé à SmackDown.

Shane McMahon, meilleur (relou) au monde

Dans le troisième match Shane McMahon affronte Roman Reigns, et vient accompagné de Drew McIntyre qui restera aux abords du ring, et interviendra évidemment dans le match à plusieurs reprises.

Shane McMahon a battu Roman Reigns par tombé grâce à un Claymore Kick de Drew McIntyre

Le resultat est incompréhensible en terme de booking et reste surprenant, mais Shane McMahon a bien battu Roman Reigns. C’est en profitant d’un arbitre, Charles Robinson, frappé par accident que McIntyre a porté le Claymore Kick qui a permis à McMahon de gagner.

Shane McMahon, 49 ans, “Best in the World”, booké plus fort que Roman Reigns alors qu’on le voit clairement fatigué en quelques minutes et transpirant à flots qui remporte le match. Tout ça n’a absolument aucun sens et c’est même fatigant à suivre.

Lars Sullivan gagne… par disqualification

Les Lucha House Party affrontaient ensuite à trois contre un Lars Sullivan.

Lars Sullivan a battu les Lucha House Party par disqualification quand les luchadores sont entrés trop nombreux sur le ring pour s’en prendre à Sullivan.

La DQ est d’autant plus surprenante qu’après le match Sullivan passe les trois LHP à tabac. Pourquoi ne pas le faire simplement gagner si c’est pour faire ça après le match ? Doit-on réellement s’éterniser sur ce match ? Bien sûr que non. Dans le même temps au Parc des Princes c’est la mi-temps et l’équipe de France féminine de foot en est à 3-0, face à la Corée du Sud c’est surement plus intéressant.

Triple H contre Randy Orton

L’une des grosses affiches de la soirée arrive ensuite. Triple H affronte Randy Orton. Orton arrive lentement sur le ring, bien trop lentement pour un type qui peut normalement marcher. Triple H lui s’offre une entrée recyclée sur celle de WrestleMania avec la grosse moto. Il porte d’ailleurs un logo “NXT” sur sa veste et le public chante pour la brand jaune. On n’est pas à l’abris d’un NXT TakeOver : Jeddah, ça va nous faire tout drôle.

Vingt minutes de match sont passés, c’est lent, les deux catcheurs se sont tous les deux sortis des finishers de leur adversaire et le public pas bien difficile est pourtant bien content. Dommage que ce soit diffusé et vu dans le monde entier sinon ce serait une réussite.

Randy Orton a battu Triple H par tombé avec un RKO.

La victoire de Randy Orton est surprenante, mais pas spécialement désagréable comme les cinq dernières minutes. Pas comme si HHH avait mis un jeune over, mais on est devenu trop habitués à voir Triple H se mettre en avant dans les grandes occasions. De là à considérer le match comme un “classique” comme l’ont fait les commentateurs, faut pas pousser.

Braun Strowman s’impose

Il n’y a pas vraiment de rivalité à la base mais celle-ci s’est construite petit à petit, ponctuée d’un bras de fer à RAW lundi. Braun Strowman et Bobby Lashley s’affrontent dans le match suivant. Un hoss fight par excellence.

Braun Strowman a battu Bobby Lashley par tombé avec deux poweslam.

Rien à dire du match, c’était juste deux grosses baraques à muscles qui s’envoyaient des moves de baraques à muscles.

Kofi Kingston repart champion

En l’absence de Kevin Owens à Jeddah, Kofi Kingston défend son titre de champion de la WWE dans le match suivant contre Dolph Ziggler qui s’est plutôt bien installé comme challenger avec une revendication plutôt logique: la jalousie de voir un contemporain réussir sa carrière.

Kofi Kingston a battu Dolph Ziggler par tombé avec le Trouble in Paradise

Les deux catcheurs ont offert un bon match, même si ce n’est pas la meilleure défense du titre de Kofi Kingston. On aurait pu imaginer Brock Lesnar se résigner à casher sur Kingston, après l’échec sur Rollins mais Dolph Ziggler semble ne pas en avoir fini et demande déjà un match revanche, et en cage. Ça fait tellement longtemps qu’il est parti Dolph Ziggler qu’il n’est pas au courant qu’il n’y a plus de match revanche.

Bataille royale et fan service à fond

La bataille royale a lieu ensuite, cinquante catcheurs sur le ring. Certain comme le Miz, Samoa Joe, Cesaro ou encore Elias ont droit à leur entrée à eux tandis que les autres sont tous arrivés en même temps.

Mansoor a remporté la bataille royale en éliminant Elias.

Mansoor vous ne le connaissez pas si vous ne suivez pas NXT, mais c’est un catcheur saoudiens et le public lui le sait, il suffit de voir les réactions sur les visages dans le public. Le fan service le plus total qui peut surprendre au premier abords, mais qui ferait partie du contrat qu’on ne serait pas surpris.

Une grosse affiche pour un main-evennt tombé à plat

Sans surprise non plus, la WWE a gardé le match entre l’Undertaker et Goldberg pour le main-event. Goldberg s’est déjà blessé au front en défonçant la porte à coup de tête et ça va pas l’aider pour le reste du match.

Projeté dans un coin du ring Goldberg s’ouvre le front et saigne à flots. On ne sait pas si c’est lié, mais il va paraitre totalement absent pour le reste du match, ça faisait peine à voir. La tentative botchée de Jackhammer transformé en une sorte de Brainbuster sur l’Undertaker n’aura pas arrangé les choses. Et vu la fin totalement tombée à plat l’Undertaker ne semble pas satisfait du match.

L’Undertaker a battu Goldberg par tombé avec un Chokeslam.

L’Undertaker termine en effet sur un Chokeslam parce que visiblement Goldberg a eu beaucoup de mal à prendre correctement le Tombstone. Tristesse et malaise se lisent sur les visages.

Le show se termine là-dessus, avec un Undertaker au visage déçu qui célèbre tout de même sous une pluie de pyros comme on n’en voit plus ailleurs.

Les plus lus

To Top