Indies

Résultats de GCW Most Notorious

gcw most notorious

Résultats complets du show GCW Most Notorious.

GCW

La GCW se rend dans la ville qu’on surnomme Motor City : Détroit, à l’occasion de Most Notorious. Au programme : Kevin Nash et Sabu sont en ville, Matt Cardona affronte Rhino pour le titre ECW Television tandis que Alex Colon défend son championnat Ultraviolent face à Hoodfoot dans un sanglant deathmatch.

Le public se chauffe bieng

Gringo Loco a battu Alex Zayne, Dante Leon, Jimmy Lloyd, JJ Garrett, Nate Webb et Ninja Mack (6:12). Le traditionnel Scramble pour chauffer les foules au cours duquel des gars comme Loco, Leon, Mack et Zayne vont truster les moments forts du match grâce à leur voltige. Lloyd vient y apporter une panoplie d’armes tandis que Garrett et Webb se la jouent opportunités.

Dans un bordel total, Loco l’emporte avec son Gringo Cutter sur Leon. Rapide mais diablement efficace.

Jordan Oliver a battu Leon Ruff (11:32). Après son renvoi de la WWE, Ruff s’est trouvé un refuge à la GCW et surtout ici retrouver sa ville de naissance. Le Harpo’s Theatre est à fond derrière le local, lui donnant le boost nécessaire pour battre son adversaire.

Publicité

Néanmoins, Oliver ne laisse aucune chance à Ruff et le défait avec sa Orange Crush, au prix d’une grosse cohue des fans et avec laquelle il en joue.

Big Daddy Cool est en ville

Des genoux grincent. Kevin Nash est là. Natif de Détroit, Big Daddy Cool arrive ici en héros. Il parle du casino local et de ses souvenirs disons festifs. Il fait des blagues sur les high-flyers, fin bref, Nash se sent bien, si bien qu’il pourrait être complètement défoncé, dit-il.

L’ex-Diesel appelle ensuite Alex Shelley, né aussi dans la Motor City. Ce dernier est mis en avant par son ainé auquel Shelley répond que Nash était l’un de ses favoris quand il était petit et très heureux de l’avoir comme mentor spirituel. Les deux hommes s’échangent, sans surprise, un Too Sweet avant que Kevin Nash déclare que « Picasso » va se produire sur le ring juste après.

Alex Shelley a battu Jimmy Jacobs (11:27). Un combat tantôt technique tantôt plus porté sur la bonne mandale. Les deux vétérans en ont encore beaucoup sur le capot et le prouvent une nouvelle fois. Shelley tente la Border City Stretch, à laquelle Jacobs répond par une Guillotine avant de se manger une Superkick puis soumis pour de bon avec la BCS.

À lire aussi : PWG BOLA 2022 : Mike Bailey annoncé, le premier tour se dévoile

Publicité

Cardona Power

Il est temps pour le « GCW Universe » de célébrer son favori en la personne de Cardona, ou celui qui ne pourrait pas ressortir vivant d’un show de la Game Changer. Celle qu’il peut désormais nommer par son épouse, Chelsea Green, prend le micro. Elle s’exprime sur Joey Janela, avec qui des récentes photos ont fuité (vous comprendrez la réf).  Au bout du compte, Green dit que Janela est un homme sale et répugnant dont l’existence prendra fin samedi prochain à l’Hammertein Ballroom.

Cardona se rappelle que la dernière fois qu’il était à Détroit, il se l’ait fait mettre. Cette fois-ci, la seule personne qui va se la faire mettre ce soir sera sa femme dans leur chambre d’hôtel. C’est du propre. Cardona se dit d’ailleurs être un « ECW Original », ça tombe bien, il affronte justement Rhino.

Le combat suivant sera pour le titre ECW Television, parce que le dernier champion poids-lourds était Ezekiel Jackson et ça craint. « C’est rien, j’suis perdue » dit la balle.

Publicité

Matt Cardona a battu Rhino (10:48) pour remporter le titre ECW Television. L’affiche en soit ne donne pas tellement envie mais l’ambiance et le contexte font tout. Ça se bagarre sur la piste disco tandis que Cardona se mange une poubelle en pleine poire.

Après de la bonne gruge et malgré une bonne résistance du Rhino, Cardona l’emporte en flanquant un coup de ceinture. Pendant ce temps-là, Green s’est mangée un Gore à travers une porte. C’est quand même fou à quel point on a mangé un Cardona en tant que babyface pendant des années alors qu’au final, il est excellent dans ce rôle de heel.

À lire aussi : Jon Moxley de retour sur le ring pour la GCW

Tu crois que c’est du respect mon garçon ?

Tony Deppen a battu Dark Sheik (9:25). Un match plutôt classique de la part de Deppen, venu distribuer quelques torgnoles et tordre quelques membres. On a vu meilleur de Sheik. L’ancien champion TV de la ROH l’emporte avec la Cuttle Mutiliation.

Sortez les barbelés et les chaises, Sabu est aussi de la partie. Pas de match au programme mais l’Human Highlight Reel se voit cherché des noises par l’impétueux Atticus Cogar. Son cadet ne le voit comme une légende venant prendre quelques miettes sur son compte en banque. C’est trop pour Matthew Justice, l’adversaire du soir de Cogar, qui vient l’attaquer en traître.

Publicité

Atticus Cogar a battu Matthew Justice (18:14). De la bagarre, de la bagarre, et encore de la bagarre. Justice veut inculquer quelques leçons de respect aux ainés au petit merdeux. Sabu y joue de sa chaise en plein crâne de Cogar, et ce pour le plus grand plaisir de la foule.

Cependant, alors que le Silverteeth Satan semble vaincu, débarquent ses alliés Gregory Iron et Bobby Beverly. Ces derniers s’en prennent à Sabu, une distraction qui permet à Cogar de surprendre son adversaire avec un petit paquet. Salaud.

Choc des générations et jet de sel

BUSSY (Effy & Allie Katch) ont battu 2 Cold Scorpio et Ricky Morton (14:56). Dans la catégorie « On booke des matchs bien délirants », on est en plein dedans. L’excentricité de BUSSY face aux vieux briscards, c’est plutôt friand. Surtout quand Effy s’amuse un peu trop avec son entrejambe.

On voit aussi Morton hésitant à se la donner avec Katch, on peut le comprendre au vu du choc des générations. Néanmoins, quand celle-ci le provoque, il va au charbon. BUSSY l’emporte grâce au Driver éponyme sur Morton. Complètement barré mais solide sur les appuis.

Après s’être mangé la guitare de Jeff Jarret lors du premier de l’an, Effy se tient prêt à l’affronter quoi qu’il en coûte. Il se fout d’avoir un contrat ou de passer à la télévision, ce qu’il veut c’est de ne pas laisser Double J aspirer l’âme du circuit indépendant.

Alex Colon a battu Hoodfoot (16:18) pour conserver le championnat GCW Ultraviolent. On finit la soirée sur un deathmatch durant lequel l’imposant Hoodfoot va défoncer le champion avant de se prendre un néon en plein dans la jambe. Normal, la routine en somme.

Les deux hommes font couler l’hémoglobine comme des gorets avant que Colon ne se saisisse d’un paquet de sel et de le jeter en pleine poire de son challenger. On a eu mal pour lui. Un Camel Clutch et le titre Ultraviolent reste pour le moment sur les hanches du Best of the Best.

L’ambiance boite de nuit créé par le Harpo’s Theatre a beaucoup apporté à Most Notorious, un show globalement dans la veine de ce que fait la Game Changer : des vieilles canailles qui en ont encore sous le capot, de la bagarre, de la voltige et surtout du sang à la fin. Un show de la GCW comme on les aime.

Voir aussi

En haut