NJPW

WrestleMania Weekend : Résultats de NJPW Lonestar Shootout

NJPW lonestarshootout results

Résultats de NJPW Lonestar Shootout, organisé dans le cadre de la WrestleCon 2022.

NJPW

La NJPW prend aussi sa part sur le WrestleMania Weekend 2022 en organisant ce vendredi « Lonestar Shootout » dans le cadre de la WrestleCon 2022.

Une carte de seulement cinq combats : Rocky Romero contre Ren Narita, FinJuice (David Finlay & Juice Robinson), Daniel Garcia et Kevin Knight contre Clark Connors, Karl Fredericks, Mascara Dorada et Yuya Uemura, Minoru Suzuki contre Killer Kross, Mike Bailey contre Jay White et Chris Dickinson contre Tomohiro Ishii.

Les jeunes lions peuvent rugir

Ren Narita a battu Rocky Romero (7:42). Belle victoire pour le jeune Narita, face à un Romero qui s’est peut-être vu trop beau face à son cadet. Le vétéran use de sa voltige qui lui causera sa défaite. Les cordes ne lui sont pas redevables, Narita préfère rester au sol et lui prouve avec sa Narita Special #2.

Clark Connors, Karl Fredericks, Mascara Dorada et Yuya Uemura ont battu FinJuice (David Finlay & Juice Robinson), Daniel Garcia et Kevin Knight (10:45). Un combat qui a surtout profité à des jeunes comme Connors, Fredericks, Garcia et surtout Uemura, en excursion.

Publicité

Les jeunots se marbrent bien la tronche tandis que Finlay et Robinson ont leur coup à jouer mais semble rester en retrait. C’est finalement Fredericks qui offre la victoire à son escouade avec sa Manifest Destiny sur Knight.

Personne n’aime Killer Kross (et heureusement)

Minoru Suzuki a battu Killer Kross (9:48). Le Roi en avait rien à faire de cet affrontement, et nous donc. On sent que Suzuki ne se foule pas tandis que Kross ne parvient pas à rehausser les choses.

Son adversaire se fout de sa tronche, même les fans. Kross n’avait absolument rien d’un tueur, l’a-t-il déjà eu ? Son seul atout, c’est sa meuf, et elle n’est pas présente ce soir. Un bon petit Gotch-style Piledriver, tout en criant « Fuck you, young boy ! » avant de le planter, et l’affaire est pliée.

Après avoir cassé quelques têtes du côté de la GCW, Jon Moxley passe en coupe-vent sur les rings de la NJPW. Il le dit lui-même, il ne pouvait pas être à Dallas sans fouler le ring de la New Japan. Mox exprime tout son amour pour la promotion nippone avant de mentionner Will Ospreay, qu’il affrontera à Windy City Riot le 16 avril. Il espère juste qu’Ospreay est à la hauteur de ses mots.

À lire aussi : ROH SuperCard of Honor XV : Nouveau propriétaire, nouveaux champions, nouvelles têtes et retours

Publicité

Le catch qu’on aime

Jay White a battu Mike Bailey (14:10). Même si c’est Speedball qui assure le spectacle, Switchblade n’est pas en reste et a excellé dans les contres de la voltige de son adversaire. L’alchimie se fait entre les deux hommes et la foule est conquise.

S’ensuit quelques bonnes séquences de tatanes avant que Bailey s’essaie à nouveau de piéger White avec de la voltige avant de manger la Bladerunner. Personne ne s’en relève. Là, y’a Antonio Inoki qui sourit de voir les voltigeurs prendre des roustes.

Tomohiro Ishii a battu Chris Dickinson (16:11). On revient dans un style plus classique à la NJPW où le Dirty Daddy a eu une folle envie de se la donner avec le Stone Pittbull. On est là pour de la bonne bagarre et on est servi. La veille, Dickinson s’en est allé se frapper avec Suzuki au Bloodsport.

Publicité

Les deux hommes se la renvoient bien jusqu’à l’usure, c’est-à-dire lorsqu’Ishii chope son adversaire dans sa Brainbuster. Pas le meilleur combat de l’un comme l’autre, certes, mais on a pris plaisir à les voir se marbrer.

Cependant, la soirée n’est pas terminée pour Tomohiro Ishii : voilà que Minoru Suzuki se ramène au niveau de la rampe pour défier son vieux rival à un nouvel affrontement, parce que ça fait longtemps qu’ils ne se sont pas vus. Deux ans et demi, quand même, au G1 Climax 30.

NJPW Lonestar Shootout est un show des plus solides. Plongé dans la multitude d’heures de catch à rattraper à l’occasion du WrestleMania Weekend, les gars de la New Japan ont fait brillé le lion sur le sol texan. On aura aussi bien rigolé de voir Killer Kross se faire démonter par Minoru Suzuki. Qu’il reste avec ses copains qui contrôlent leur narration.

Voir aussi

En haut