Review

Marche ou crève

Des matchs de Bound for Glory, de la baston collective avec les Aces and Eights et un champion qui ne rigole pas, le tout dégusté avec du poulet et une bière à la main. C’est qui vous attend dans ce numéro d’Impact Wrestling.

« Hey on peut avoir du poulet nous aussi ou Samoa Joe a encore tout bouffé ? »

Review d’Impact Wrestling du 30 août 2012

Le show débute par l’arrivée d’Austin Aries, encore debout malgré le tabassage pris la semaine dernière. Mais avec une attelle au bras droit tout de même, ce qui dit-il, ne l’empêche pas de sa battre. Fighting Champion, c’est ce qui qualifie Aries. Il attend que quelqu’un des Aces and Eights arrive mais c’est Hulk Hogan et Sting qui se montrent sur le rampe. Au ravissement d’une partie du public, ironie bien sûr, Hogan annonce qu’il est de nouveau le general manager et que le contrat que Sting a signé chez Manpower a pris donc fin. Ce qu’il y a de marrant, c’est qu’Hulk Hogan nous fait dans le paternel, et mince il renforce cette figure du mec qui veut couver Austin Aries, pas génial.

Les Aces and Eights apparaissent alors à l’écran dans leur tripot, et le leader à la voix trafiquée et toujours autant incompréhensible arrive quand même à faire comprendre qu’ils vont encore mettre le bazar ce soir. on connait donc la musique de la fin du show par avance…

Première affiche du soir des Bound for Glory Series, autant vous dire que la TNA ne met pas les manchots à l’affiche. James Storm en l’occurrence est là pour définitivement se qualifier pour les demi-finales et consolider sa première place. En face, Rob Van Dam perd peut-être ses dernières illusions. Le match est bon, dans l’ensemble dominé par Van Dam cependant avec Storm décidé à vendre au mieux les prises comme quand il voltige sur le monkey flip. mais il gagne quand même à la fin. Dans l’interview d’après match, il dit qu’il n’en a pas fini. Logique car c’est comme le Top14 de rugby, finir premier du classement n’est pas gagner, restent les phases finales.

Instant féminin avec Madison Rayne qui se pointe avec l’envie de récupérer le titre knockout avec Taryn Terrell en arbitre. Mais cette Brooke Hogan use de sacrées ruses, en réalité elle fait venir Rayne pour un match face à …. ODB. Un squash ultra rapide.

Ce qui suite en rapide aurait pu être plus rapide. Eric Young revient enfin en costard, mais toujours avec cette barbe bizarre. Il a du poulet et de la bière pour ODB, oh ça faisait seulement quelques semaines qu’il faisait ses courses, ça peut prendre du temps pour trouver de la bonne bière dirons certains que je vois venir. Mais ça prend moins de temps à Young pour prouver à ODB son amour en se déshabillant expressément pour dévoiler son célèbre slip patriote. Ah la TNA et les segments bizarres dont on se fout, elle est douée.

Ravissement avec donc la fin de cette histoire avec Claire Lynch, enfin AJ Styles peut revenir au catch, et ne plus être associé à une story des plus pourries qui ne rimait à rien. Mais ce soir c’est Vivre ou mourir, face à Samoa Joe ce sera la dernière chance pour les Bound for Glory series. 

Un pour qui déjà le soufflet tombe c’est Kris Lewrie, avec un bout video montrant les juges du Gut Check qui disent que leur verdict est déjà réglé, on peut résolument déjà imaginer ce qui se passera tout à l’heure.

On est toujours dans la séquence coulisses, et Kazarian et Daniels qui tentent de ne pas se faire virer pour leur histoire avec AJ Styles. Mais Hulk Hogan bien que ne disant pas les mots de Vince McMahon, leur dit que c’est mal barré pour eux et qu’ils auront des challengers choisis par ses soins. Et Kaz et Daniels peuvent avoir peur, vu qu’ils n’ont aucun adversaire en vue ! Quoique Chavo et Hernandez à suivre tout de même.

Un moment fort de la TNA cette année à présent. Un Samoa Joe ayant enfin la pleine liberté de catcher en 2012 et un AJ Styles libéré de toute story pourrie, du temps d’expression, pas de coupure pub à la con : tous les parfaits ingrédients d’un match classique d’excellente qualité. Rythme montant jusqu’à une conclusion folle, retournements de situation, tout y est dans ce match. Mais comme 2012 est favorable à Joe, il gagne, et donc fini les BFG series pour AJ Styles. Dommage, pile au moment où il pouvait commencer enfin à donner librement du spectacle.

Joe est juste furax parce qu’il ne lui a jamais présenté Claire Lynch.

On en vient au verdict du gut Check. Très grand suspens, vraiment. La TNA s’en fout quelque peu, c’est emballé rapidement, malgré son bébé craquant, Kris Lewrie le bon gars est éliminé sans coup férir avec un Bruce Pritchard se la jouant un peu au passage. Il se la joue moins quand il s’agit de tenter de retenir Al Snow qui veut aller en mettre quelques unes à Joey Ryan venu gueuler dans un mégaphone. Le seul intérêt d’un concept qui s’essouffle en intérêt, surement prisonnier aussi de cette période avant Bound for Glory.

Mike Tenay précise que le 1er du classement des Bound for Glory Series aura le droit de choisir son adversaire en demi-finale, enfin un adversaire parmi les trois autres qualifiés. Dommage pour James Storm (oui il n’est pas encore premier certes mais bon) il ne pourra pas sélectionner Robbie E ou Garrett Bischoff. Oh wait…

On va passer ensuite au dernier choc du jour des Bound For Glory series, et encore un match « Tu marches ou tu crèves ». Kurt Angle a loué Jeff Hardy avant le match, il est moins ravi on peut imaginer du dénouement et de sa défaite qui l’exclue des Bound for Glory series. Année discrète pour Angle. Pour Hardy c’est péniblement un maintien en vie, avec une magie qui a de la peine à captiver les fans. Pourtant le match est bon, avec une recherche constante du KO direct, donc pas mal de finishers et de prises signatures pour finir sur une Swanton Bomb.

Allez on finit comme on a commencé le show. Enfin presque car les participants des Bound For Glory series sont avec Hulk Hogan et Sting sur la rampe. Austin Aries est toujours seul sur le ring et attend bientôt le molosse des Aces and Eights (Gallows ou Abyss). Il finit par prendre le dessus, n’étant pas perturbé par les autres hommes masqués qui se battent avec Hogan et compagnie pendant ce temps. Verra-t-on le visage du molosse des Aces and Eights, hé ben non, un homme identifié mais inconnu au bataillon se désidentifie, magie magie, cache nez power ! Et frappe Aries à la tête avec un petit objet que Bully Ray connait bien, sans doute car il se l’est fait piquer de son attirail de brute.

Donc on finit avec un champion bien mal en point, qui se reposera à No Surrender dont on ne connait toujours aucun match, enfin si, il y aura les Bound For Glory Series, le rayon de soleil actuel. Mais pendant ce temps, rien pour le championnat X-Div, pareil pour les titres par équipe, et le TV Championship… bon ben Devon n’est plus à la TNA, et knockouts ben c’est les knockouts.

« Et nous ? on fait quoi ? »

En fin de compte le show est bon grâce aux affiches auxquelles le temps d’expression est donné. Un segment moisi, et du bordel quelque peu répétitif. Oui c’est bien la TNA qui arrive à alterner toujours ces trois choses-là, schéma bien cadré chez eux.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut