Review

NXT Takeover Rival : La montée en puissance de Finn Bálor et Kevin Owens

NXT faisait ce mercredi son premier grand show de l’année 2015, intitulé Takeover: Rival. L’ère de nouveaux grands talents venant du circuit indépendant est ouverte et ces nouveaux poussent fort à l’exemple de Kevin Owens qui veut tout empocher tout très vite et qui s’en donne les moyens.

kevin-owens-takeover-rival

Deux mois après l’étourdissant Takeover : REvolution, forcément on joue un peu au jeu des comparaisons. Et l’opener est un ton en-dessous des débuts de Kevin Owens en décembre. Hideo Itami tente de rebondir après avoir chuté en demi-finale du tournoi des challengers. Il est opposé à Tyler Breeze qu’on case un peu partout comme là en dernière minute après une simple attaque dans les vestiaires. Le match est brouillon, ultra basé sur les kicks et encore le jeu du GTS positionné mais pas placé. Il y a encore une période d’adaptation pour Itami.

Baron Corbin toujours (triste) vainqueur

Bull Dempsey contre Baron Corbin acte 3 de cette rivalité naturelle entre poids-lourd. Heureusement qu’il est précisé au début que le match est sans disqualification car on ne l’aurait pas cru sinon. C’est un match de bourrins, avec un joli botch sur une clothesline. Dempsey a la construction donc forcément c’est lent. Il galère à trouver un objet et quand il tient une chaise dans les mains, il se fait bêtement avoir par Corbin qui frappe le End of Days pour une troisième victoire en autant d’affrontements. Peut-être la défaite de trop pour Dempsey.

Pour résumer, les quarante premières minutes sont moyennes et bourrées de botchs. C’est le cas dans le match pour les titres par équipe où Sin Cara revient aux origines du personnage et contamine Kalisto qui ne décolle pas du tout sur un saut. Mais le public de NXT bien que fervent n’est pas chambreur et ne se moque ainsi pas du 4ème gros botch vu dans ce début de show. En face, les champions surprise Murphy et Blake font très peu de choses, subissent énormément mais font une jolie combinaison finale qui suffit. Mais il en faudra beaucoup plus pour en faire une équipe crédible pour le main roster.

Petite déception quand l’écran se brouille et que le message de Solomon Crowe apparait. Il débutera la semaine prochaine en fait. Dommage car un début en special event aurait été plus efficace.

Finn Bálor challenger de taille au titre de Champion de NXT

Il y a bien deux parties différentes dans ce show et d’un coup on passe un palier au-dessus avec la finale du tournoi pour désigner le challenger au titre NXT. Adrian Neville affronte Finn Balor qui s’est remis de la peinture au visage, et c’est le signe des grandes occasions. Ce match est comme on l’attend entre ces deux grands talents. Balor est celui qui monte irrésistiblement donc compliqué pour Neville de retrouver les hauteurs de 2014. Cette tendance est logiquement confirmée dans le match qui nous replace bien dans les hauteurs auxquelles on est habitué avec NXT.

Rarement on voit un Fatal Four-Way féminin à la WWE et c’est même le premier à NXT. Pour affronter Charlotte, Bayley et Sasha Banks qui ont fait leurs preuves même dans la défaite reviennent dans le jeu et Becky Lynch est l’invitée. Ce descriptif suffit à décrire le match car en dehors de deux suplex, Becky Lynch n’a rien fait et a joué le rôle de faire valoir. Bayley a impressionné par sa force et c’est même la championne Charlotte qui déçoit cette fois et on retient surtout ses mimiques régulières de femme enragée tout au long du match.

Mais la rage n’y fait rien et même avec un joli saut c’est bien sa rivale et ex-meilleure amie Sasha Banks qui ressort avec le titre de MVP du match et de championne. Sasha Banks se fend de plusieurs moves et notamment d’un tope suicida ayant dépassé la réalisation. Elle s’illustre aussi dans un Double Stomp sur Bayley et Charlotte. Et pour affirmer qu’elle n’a pas volé le titre, elle fait même le tombé sur Charlotte même si on peut regretter le finish. D’habitude c’est un finish clair qu’on voit mais là c’est le roll up qui est choisi après des séquences de Crossface. Logique récompense de Sasha Banks qui libère Charlotte vers le main roster qu’elle intègrera rapidement elle aussi.

Quand Kevin Steen et El Generico remettent le couvert à la WWE

Nous voilà au main event et autant dire que malgré les deux bons matchs précédents et les talents présents jusqu’ici, c’était ce pourquoi beaucoup de gens ont veillé. Sami Zayn contre Kevin Owens, c’est ce duel de québécois tellement vu mais jamais lassant. Il faut dire aussi que jusqu’à présent c’était El Generico contre Kevin Steen et sur la scène indépendante. Deux mois après les débuts de Kevin Owens sur un ring de NXT, la tentation était trop forte de faire rapidement ce match, et tant qu’à faire pour le titre NXT détenu par Zayn.

Dans ce combat, on passe vite au stade de la surprise tellement la puissance de Kevin Owens a été privilégiée. Forcément plus le match se déroule et plus l’impression de voir un Lesnar contre Cena de Summerslam est forte. Pourtant ce sont bien des profils différents mais Zayn a vraiment droit au minimum syndical et quand il trouve l’ouverture il est aussitôt calmé par un Owens décidé à frapper un grand coup. Ainsi, on a droit à une fin des plus étranges avec un Owens alignant les powerbombs sur un Zayn ressemblant à un pantin. L’arbitre arrête le massacre pour une victoire d’Owens laissant des sentiments bizarres. Soit vous avez aimé soit vous restez sur votre faim tellement le match a été unilatéral.

Un rapide mais cohérent couronnement pour Kevin Owens

On sent bien qu’évidemment ce n’est pas fini et que la porte est ouverte pour des matchs bien différents et plus équilibrés. Owens empoche le titre deux mois après ses débuts, c’est un détail qui peut agacer ceux qui trouvent que les Indy sont trop privilégiés mais force est de constater que la WWE est restée cohérente dans son booking. Maintenant on attend d’abord un inédit Kevin Owens contre Finn Balor avant de revoir un Sami Zayn revanchard, et c’est une position à laquelle il est habitué à NXT.

REvolution avait enthousiasmé, Rival laisse sur la faim. Le show est plus inégal mais confirme les montées en puissance de Finn Balor et Kevin Owens voués à vite faire le show à plus grande échelle, mais avant ce sera pour notre plus grand plaisir à NXT.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut