Preview

Bray Wyatt vs The Undertaker : Passage de témoin mystique à Wrestlemania

Le choc de l’année dernière est intact. LA défaite. L’Undertaker perdait son premier match à Wrestlemania 30 contre Brock Lesnar, aujourd’hui champion de la WWE. Alors qu’on pensait l’Undertaker absent des tablettes, Bray Wyatt commença une série de vignettes, portant seul une rivalité à l’aura particulière.

bray-wyatt-urne

C’est un match que l’on attend et que l’on craint. Un match où les doutes sont permis et dont la nécessité paraît à la fois justifiable et en même temps pas tout à fait indispensable. Faut-il réellement que l’Undertaker combatte à nouveau? En a-t-il tout simplement la force? Et pourquoi faire cette rivalité alors que la streak et morte et enterrée sous le poids de Brock Lesnar? Ces questions arrivent assez aisément à l’esprit de tout fan de catch et à raison.

Le One-Man-Show de Bray Wyatt

La première chose que l’on observera dans cette rivalité est qu’elle s’est uniquement concentrée sur l’évolution solo de Bray Wyatt. Libérant dans un premier temps ses deux frères de la Wyatt Family, le gourou a vogué dans la carte jusqu’à trouver son bonheur en la personne de Dean Ambrose. Empêchant ce dernier de gagner à Hell in a Cell, c’est une rivalité de trois mois qui s’engage entre les deux hommes, sans atteindre les sommets espérés.

Les confrontations sont satisfaisantes mais les fins décevantes – avec notamment cette conclusion au dernier TLC qui avait fait passer Dean Ambrose pour un grand débile. Mais le plus important, c’est que Bray Wyatt n’ait pas perdu lors de cette rivalité face à Dean Ambrose, pas un seul match. Mieux, il est le monstre du Rumble Match, s’offrant six scalps et une présence de presque 47 minutes dans le ring.

Ce passage un peu étrange où Bray Wyatt gagne chaque match sans vraiment progresser cesse après le Royal Rumble. Là, il commence à délivrer des messages dans la pure tradition de son personnage, pour un adversaire qui semblait au fur et à mesure être The Undertaker, chose confirmée après cette promo lors de Fast Lane dans le cercueil mythique du Deadman.

La rivalité est pourtant délicate à mener. Sans la présence physique de l’Undertaker, Bray Wyatt est réduit à une série de promos qui sont solides mais qui manquent clairement d’opposition, se limitant à cet éclair venant mettre la rocking chair de Bray Wyatt en flammes, accompagnée d’un message « The Man Comes Around at Wrestlemania », encore une référence à Johnny Cash pour le retour de l’Undertaker.

Ce manque d’interaction tout au long de cet Road To Wrestlemania laisse perplexe. La WWE joue encore sur la politique du « ce qui est rare est cher » et veut absolument préserver son éternel croquemort jusqu’au moment fatidique. Le Taker serait toutefois en forme, et il le faudra tant ce match aura besoin d’un intensité particulière.

La victoire loin d’être acquise à l’Undertaker

On aurait tendance à penser – ou espérer c’est selon – que ce match est le dernier de l’Undertaker. Après sa défaite de l’an dernier, la consternation se mélangeait à la surprise chez les fans. Victime d’une commotion, le Deadman n’a pas pu assurer autant sur le ring que lors de ses derniers retours.

La défaite de l’année dernière créer un effet nouveau : le doute. Là où d’année en année, on ne voyait pas l’Undertaker perdre un seul match au Granddest Stage of Them All. On se retrouve cette année avec une hésitation un peu plus persistante. Oui, maintenant il n’y a plus rien à perdre pour l’Undertaker.

Il faut d’ailleurs évaluer ce qui découlerait du résultat de ce match. Une victoire de l’Undertaker lui serait-elle si bénéfique? Tout dépend de l’intention de la WWE, si elle veut conserver son symbole de Wrestlemania, il faudra redonner une victoire au croque-mort. Un choix qui semble tout de même étrange, quand la Streak n’est plus d’actualité et la forme physique de Mark Callaway clairement variable.

Il faut surtout voir que la présence de l’Undertaker n’est plus quotidienne depuis 2010 et un Burried Alive Match face à Kane. L’intérêt pour le personnage n’est plus présent. Sa streak est morte, sa carrière terminée, reste uniquement le symbole, fort certes, mais présent uniquement une fois par an, bien peu pour construire un futur.

L’autre possibilité serait de terminer cette carrière sur une note tout simplement plus positive, avec une victoire sur un Bray Wyatt dominateur depuis plusieurs mois et compenser cette fin de streak face à Brock Lesnar. Le problème étant pour Bray Wyatt qu’il finirait à nouveau une rivalité majeure, après celle face à John Cena, par une défaite. Pas terrible pour un personnage que l’on rend imbattable depuis plus de six mois.

Le besoin d’un nouveau visage de la peur

Alors qu’une défaite de l’Undertaker paraît plus intéressante. Les meilleurs finissent à Wrestlemania par une défaite. Ric Flair si on ôte de nos mémoires son passage à la TNA ou encore Shawn Michaels qui avait terminé sa carrière des mains du Deadman lui-même, deux fins de carrière mémorables. Il faut que la WWE finisse par se séparer de son personnage emblématique, le temps où une rivalité de l’Undertaker provoquait une joie absolue est loin, et son absence annuelle rend difficile la concrétisation d’une victoire.

De plus, il faut observer la perspective d’une victoire pour Bray Wyatt. Avec la mise en scène appropriée, après un match de qualité, l’Undertaker, le personnage, l’incarnation de tout ce que le catch peut nous offrir d’étrange et passionnant, a besoin d’une fin plus particulière qu’une simple défaite. Et clairement la rivalité veut prendre ce sens, en prenant un ton mystique particulier, Bray Wyatt invoquant l’âme de l’Undertaker, pour l’amener avec lui.

Bray Wyatt prendrait alors une autre dimension. Mieux que le catcheur qui a mis un terme à la streak, il serait celui qui a mis un terme au personnage, à la carrière de l’Undertaker, monstre sacré depuis plus de 20 ans. Une nouvelle dimension qu’il est prêt à assumer, tellement son travail est solide depuis quelques temps et mériterait d’être récompensé par une victoire majeure. Le timing est parfait, et la préparation de Bray Wyatt par la WWE à ce match a été si longue qu’il ne faut pas tout jeter en vingt minutes.

On n’ose plus dire que cela sera le dernier match, le dernier souffle sur un ring de l’Undertaker. Et pourtant, l’instant semble plus que jamais venu de laisser Mark Callaway quitter les rings, même si les rumeurs lui donnent une forme physique supérieure aux années précédentes, les blessures répétées du catcheur poussent à lui souhaiter une fin de carrière, et Bray Wyatt semble être l’homme de la situation.

Bien au-delà d’un match, cette confrontation doit aller chercher un supplément d’âme dans la manière de raconter son histoire. On n’arrête pas une carrière comme celle de l’Undertaker de manière classique, il faut en terminer et arrêter de faire revenir un homme épuisé pour faire son tour de piste et repartir. L’histoire doit être cependant belle, marquante. Ce match sera probablement le dernier match de l’Undertaker, il le faut, et autant que ce soit dans une séquence à l’image de sa carrière, hors-normes.

1 commentaire

Les plus lus

En haut