Preview

Extreme Rules 2016 : La vengeance de Dean Ambrose

jericho-ambrose-asylum Dean Ambrose surprend Chris Jericho dans l'Asylum à SmackDown le 19 mai 2016 — © WWE
Après un WWE Payback s'annonçant comme le premier PPV d'une nouvelle ère, Extreme Rules fait son retour pour que les rivalités actuelles puissent en découdre dans les situations les plus extrêmes possible. Tel sera le cas de la rivalité entre Chris Jericho et Dean Ambrose.

Moins d’une semaine après Wrestlemania, de nouvelles rivalités ont débuté. AJ Styles est devenu le nouveau challenger n°1 contre Roman Reigns, Enzo & Cass ont fait leurs débuts dans le roster principal et les choses commençaient déjà à s’envenimer entre Dean Ambrose et Chris Jericho.

Le début de la rivalité commence pourtant d’une manière très banale : une simple bataille du regard et d’ego. Chris Jericho fait résonner sa musique et commence son entrée alors que Dean n’a même pas encore rejoint les vestiaires. Un heel Jericho en grande forme qui ne ménage pas la nouvelle génération en montrant qui est réellement la star du show.

Simplement c’est ce petit détail qui va tout changer. Le lundi d’après, Ambrose était l’invité du célèbre Highlight Reel présenté par Y2J. Mais il semblerait que la nouvelle autorité en place — de Shane et Stephanie McMahon — ait décidé de renouveler un peu les talk-show du roster, remplaçant le Highlight Reel par le nouveau show de Ambrose : The Ambrose Asylum.

À partir de là, rien ne va plus. La querelle entre les deux hommes devient une vraie rivalité. Coups bas et corrections musclées sont de rigueur entre Ambrose et Jericho. Les choses s’accélèrent lorsque Stephanie annonce la fin du Ambrose Asylum, et que Chris Jericho prend sa revanche en explosant la plante Mitch sur le crâne d’Ambrose.

La première véritable confrontation en pay-per-view a donc lieu à Payback. Dean Ambrose remportera cette première manche haut la main à la suite d’un Dirty Deeds suivi d’un tombé tout ce qu’il y a de plus clean. Une victoire en demi-teinte — suite à un match qui n’a conquis qu’à moitié le public — mais absolument nécessaire pour le Lunatic Fringe afin de lui redonner un peu de crédibilité. Une victoire qui aura, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, laissé Chris Jericho prendre le dessus pendant une bonne partie de la rivalité les jours qui vont suivre.

Dominé, Ambrose créé l’Asylum Match pour se venger

Le cap du premier pay-per-view passé, la rivalité commence à prendre de l’ampleur. Après que Jericho ait attaché Dean Ambrose dans une camisole de force pour le rouer de coup, ce dernier a eu une illumination. Shane McMahon le laisse avoir le match de son choix ? Qu’à cela ne tienne, Dean Ambrose veut lui faire payer les maltraitances qu’il a subit ces dernières semaines, il choisira un match qu’il a lui-même inventé : L’Asylum Match.

L’Asylum Match, c’est un match dans une cage ornée d’objets divers et variés plus ou moins dangereux tels un extincteur, une plante ou encore un kendo stick ou une planche entourée de fil barbelé. Un match qui ne reprend pas le principe du match en cage, puisque la victoire ne peut s’obtenir que par tomber ou soumission. Assez dommage pour la symbolique puisque s’il y a bien une cage dont il faudrait se sortir à tout prix c’est bien une cage avec Dean Ambrose et des objets dangereux à l’intérieur.

La question est maintenant : Qui sortira vainqueur du premier Asylum match de l’histoire ? Le Lunatic Fringe ou l’Ayatollah of Rock’n’Rolla ? La rivalité a commencé d’une manière extrêmement faible malgré un tant d’antenne assez important, on ne peut pas le cacher. Certes beaucoup ont commencé par de simples détails puis ont débouché sur de grandes choses, mais le côté hardcore de Dean Ambrose s’est surtout vu remplacé par son côté comique et incongru alors que Jericho lui est habitué à jouer le heel et arrive à s’attirer les huées comme personne.

Une suite pleine d’optimisme

Ensuite, et c’est un point sur lequel la WWE ne nous a pas déçus, la question était de savoir si oui ou non Dean Ambrose allait gagner. Après sa défaite face à Brock Lesnar à WrestleMania, une victoire du Lunatic Fringe semblait vital pour lui maintenir la tête hors de l’eau. L’année 2015 n’a pas été grandiose pour Dean Ambrose, enchaînant plus de défaites que de victoires et perdant la plupart de ses rivalités majeures. Sa victoire lors de Payback était la bienvenue, et l’idée de voir les deux s’affronter de nouveau nous laisse assez optimistes.

Pourquoi optimiste ? Parce que l’avenir de Dean Ambrose semble enfin s’éclaircir après ces quelques mois à l’ombre. Une nouvelle victoire de sa part et une absence de quelques semaines de Chris Jericho — comme il le laissait entendre après Payback — pourrait servir de tremplin à Dean Ambrose qui se vantera aisément d’avoir mis Y2J sur la touche quelques temps.

Chris Jericho est un des « anciens » de la WWE, et sa place — tout comme sa valeur — n’est plus à prouver au sein de la compagnie. Ses allés et venues n’ont pas toujours marqué la WWE mais ce n’est jamais pour rien qu’il revient. Plus récemment pour AJ Styles, deux ans auparavant pour les Wyatt, pour les New Day… Les « retours surprises » de Y2J servent toujours de push pour les nouvelles têtes du roster principal.

Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent face à Chris Jericho, tout le monde a à y gagner mais dans le cas de Dean Ambrose, il faut espérer une victoire. S’il  se rapproche de plus en plus de son côté fou que de son côté hardcore, se retrouver vaincu une nouvelle fois en pay-per-view — qui plus est dans un match de sa création — le fera passer de menace hardcore à celui de bête de foire. On ne donnera plus cher du Lunatic Fringe après cela…

Ce dimanche marquera probablement une date importante dans la carrière de Dean Ambrose. Si jamais il concède cette victoire à Chris Jericho, on espère que le personnage ne sombrera pas dans les méandres du roster principal ou qu’il ne serve pas juste à, une nouvelle fois, surélever le saint-autel de Roman Reigns. Une victoire de Chris Jericho n’aurait en plus aucun intérêt, surtout si la rivalité doit s’arrêter ici. Une victoire de Dean Ambrose serait donc légitime, et marquera peut-être enfin le début de son année.

 

Auteur :
Manger. Dormir. Basher. Recommencer.
Réglement concernant les commentaires