Résumé

ROH/NJPW War of the Worlds 2017 : résumé et résultats

Hier soir, la Ring of Honor présentait en iPPV la troisième date de sa tournée « War of The Worlds » faite en collaboration avec la New Japan Pro Wrestling. Après Toronto dimanche dernier et Dearborn mercredi (dont les shows seront disponibles en VOD), la halte était faite au mythique Hammerstein Ballroom de New York City, annoncé complet pour l’occasion. Outre des matches d’exhibition entre les catcheurs des deux compagnies, tous les titres actifs de la ROH étaient également remis en jeu.

Chacun joue son rôle

Le show s’ouvre avec un traditionnel match fatal 4-way entre KUSHIDA, Bobby Fish, Silas Young et Dalton Castle, qui pour l’occasion fait son entrée avec plus de Boys qu’à l’accoutumée. De loin le participant le plus populaire du combat auprès de la foule, c’est d’ailleurs lui qui l’emporte en portant son Bang-A-Rang sur Bobby Fish, au terme d’un bon combat rythmé de moins de neuf minutes.

Le deuxième affrontement de la soirée oppose Hangman Page et Frankie Kazarian, dans ce qui s’avère être nul autre qu’un réglèment de compte entre deux hommes qui se détestent. Après s’être respectivement crachés à la figure et avoir fait monter l’intensité à son paroxysme, c’est le jeune membre du Bullet Club qui s’impose en contrant son adversaire dans l’un des coins, le bloquant au sol pour le tombé tout en tirant sur les cordes, à l’abri des yeux de l’arbitre.

Dans le troisième combat du show, les champions par équipe IWGP War Machine font face à Chris Sabin & Jonathan Gresham, accompagnés par Alex Shelley, et Los Ingobernables de Japon, représentés par EVIL & SANADA. Sur la lancée de leur début d’année exceptionnel, ce sont les monstres Hanson et Ray Rowe qui empochent la victoire après un Pop-up Powerslam dévastateur sur Sabin. Après le match, les américains se serrent la main en signe de respect mutuel.

Les jeunes volent le show

La place est ensuite faite à Will Ospreay et Jay White. Pendant près d’un quart d’heure, les deux jeunes catcheurs délivrent une performance de haute volée, et offrent aux fans présents le match de la soirée et très certainement un candidat aux meilleurs combats de l’année du côté de la ROH. C’est Ospreay qui gagne la rencontre après avoir combiné un Springboard Shooting Star Press vers l’extérieur du ring avec un Oscutter entre les cordes. Après le combat, alors qu’ils se saluent et profitent de la standing ovation qui leur est offerte, Punishment Martinez débarque et s’en prend à Ospreay, avant de déferler sa rage sur White.

Le match suivant est annoncé pour les titres Six-Man de la compagnie. Bully Ray, qui fait son entrée à travers la foule à part des Bricoes, annonce qu’en souvenir du bon vieux temps et du lieu qui s’y prête, le combat prévu face aux challengers CHAOS (Roppongi Vice & Hirooki Goto) est désormais sans disqualification. Au terme d’un brawl incontrôlable d’une dizaine de minutes, les champions conservent leurs ceintures en faisant d’abord passer Beretta à travers une table, puis un portant un 3D sur Rocky Romero.

Marty Scurll rejoint le Bullet Club

Le combat qui suit voit Marty Scurll, champion TV de la ROH depuis plus de 170 jours, remettre son titre en jeu face à Matt Sydal. S’il joue pleinement son rôle de « Villain », Scurll est indéniablement l’un des favoris du public, ce qui semble mettre Sydal dans une position inconfortable. Le match est très disputé, et le prétendant est proche de l’emporter quand il porte son Shooting Star Press, mais celui-ci est contré avec les genoux par Scurll, qui enchaîne directement avec son Chicken Wing pour le faire abandonner.

Les Young Bucks remettent ensuite leurs ceintures de champions par équipe de la Ring of Honor en jeu face à un autre duo issu de Los Ingobernables de Japon, le champion IWGP Intercontinental Testsuya Naito et BUSHI. Au terme d’un affrontement que l’on aurait pu espérer plus long, Matt & Nick Jackson usent d’un Meltzer Driver sur BUSHI pour conserver leurs titres.

L’avant main-event est confié à Hiroshi Tanahashi et Adam Cole, dans ce qui est considéré comme un match de rêve entre deux des figures respectives de la ROH et de la NJPW. Les coups s’enchaînent, les contres aussi, et au final c’est le sept fois IWGP Heavyweight Champion qui s’impose avec un Frog Splash. Après le combat, Cole est rejoint sur le ring par les Young Bucks, pour un moment qui ressemble à des adieux. Les lumières s’éteignent et Kenny Omega apparaît alors sur l’écran géant. Il fait un bref rappel des différends qu’il y a pu avoir et indique que comme dans toutes les histoires « il doit y avoir un héros, et un Villain« . Rejoint par le champion TV, Omega annonce à Cole qu’il est viré du Bullet Club ! De retour sur le ring, Marty Scurll apparaît et déploie un parapluie à l’effigie du Bullet Club, avant que les Young Bucks ne portent un double Superkick sur Adam Cole. Scurll dévoile alors qu’il porte un t-shirt du Bullet Club !

Christopher Daniel conserve son titre

Le dernier combat du show est un match triple menace qui voit Christopher Daniels remettre sa ceinture de champion du monde face à Jay Lethal et Cody Rhodes. Devant un public qui semble quelque peu épuisé, le général du ring conserve son titre en portant son Best Moonsault Ever sur Rhodes, alors que celui-ci tentait de faire abandonner Lethal avec une Figure-Four Leglock.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut