Preview

Analyse de la carte de WWE Money In The Bank 2019

Preview et analyse de la carte de WWE Money In The Bank 2019.

WWE

La progression vers WWE Money In The Bank 2019 est difficile. Les audiences en baisse de Monday Night RAW et SmackDown Live, qui se révèlent de plus en plus difficiles à regarder sans ressentir une certaine frustration, témoignent d’une écriture parfois hasardeuse et de dernière minute, où les changements de programmes semblent se faire à la va vite.

Au sortir d’une Road To WrestleMania 35 des plus overbookées mais qui a réussi à nous offrir un spectacle à la hauteur des attentes, le renouvellement du roster, son Superstar Shake up et le lancement de nouvelles rivalités auraient pu relancer la machine. Ce n’est malheureusement pas le cas, c’est même pire. La Wild Card Rule, étrange nouveauté imaginée par Vince McMahon pour sauver les audiences en baisses et permettant à des catcheurs et catcheuses de passer à RAW ou SmackDown chaque semaine ajoute de la matière au bordel ambiant que sont les programmes actuels de la WWE.

La carte de Money In The Bank en paye les conséquences, pas aidée par un build up quasi inexistant pour les matchs MITB — des Fatal 4-Way ou des matchs par équipe pour créer du “Momentum”, ça n’est pas du build up entendons-nous bien. Cela fait quelques années déjà, mais les places dans les fameux matchs qui donnent son nom au show se distribuent à la va-vite quand à une époque les Superstars devaient se battre pour les avoir. On en regrette l’époque où participer au MITB et peut-être le remporter donnait à une Superstar de la midcard accès au main event. Le bon vieux temps.

Envole toi Sami Zayn

La seule Superstar qui s’est battue pour sa place dans le Money In The Bank Ladder match en réalité, c’est Sami Zayn. Celui-ci a battu, aidé par Baron Corbin et Drew McIntyre, Braun Strowman dans le dernier épisode de Monday Night RAW. Et c’est très certainement la seule personne qui devrait remporter la mallette après un retour très attendu et un bon match à SmackDown pour le titre de la WWE. Et vu ses récentes promos contre le public, l’histoire s’écrit toute seule.

En deuxième option on imagine assez bien Drew McIntyre dont l’ascension semble un peu bloquée depuis quelques temps mais qui a au moins le mérite d’avoir les épaules pour devenir l’un des prochains champions Universal. Baron Corbin vous dites ? Non, ça suffit maintenant.

Chez les femmes le constat est encore pire. Un build up pas plus engageant — si ce n’est pas moins, on a envie d’espérer que ce match permette à Bayley de jouer un rôle plus intéressant chez les femmes à la WWE en la faisant changer un peu de registre, sortir de celui de bonne copine ou de second couteau et en même temps prouve que la WWE a une certaine considération pour elle. Mais dans ce match et en imaginant bien les envies de la WWE, Mandy Rose reste encore celle qui a plus de chance de s’en sortir gagnante.

#Becky2Match

Des mallettes qui peuvent donner à leurs détenteurs accès aux titres majeurs de la WWE, ce qui n’est pas rien. Pour les femmes il y a qu’une seule cible pour le moment : Becky Lynch. Celle qui fût l’une des têtes d’affiche de WrestleMania 35 n’est plus autant mise en avant par la WWE et se retrouve face à deux challenges ce dimanche. Un surmontable, un autre qui le lâche rien depuis des mois : Lacey Evans et Charlotte Flair.

C’est ainsi face à Lacey Evans que Becky Lynch défendra le titre de championne de RAW. L’ancienne catcheuse de NXT a débarqué dans le roster principal il y a quelques mois maintenant mais ne s’y est révélée qu’après WrestleMania où elle a visé haut dès ses débuts en attaquant la championne.

Mais Lacey Evans n’en est qu’à ses débuts et fait plutôt office de challengeuse de transition pour la championne de RAW. Becky Lynch a besoin d’un règne long et solide et si elle venait à perdre un des deux titres, ce serait plutôt celui de SmackDown contre Charlotte Flair qui de son côté se voit déjà bien égaler le record de son père en quelques petites années — elle en est déjà à la moitié après quatre ans dans le roster principal, et à la vitesse où les choses vont et à une époque où les championnat n’ont plus réellement l’importance qu’ils avaient à une époque, on ne serait pas surpris qu’elle y parvienne rapidement.

Faire perdre le titre de SmackDown à Becky Lynch n’est pas non plus une mauvaise idée. Il permettrait de redonner un peu d’enjeu à la division féminine de la brand bleue qui a pas mal souffert ces derniers mois, tandis que Becky Lynch aurait tout le temps de s’installer durablement à RAW jusqu’à la période de SummerSlam. Et dans le même temps, cela aurait de quoi permettre à Becky Lynch et Charlotte Flair d’enfin prendre des chemins différents, elles qui ne font que se croiser depuis l’été dernier.

Qui de Rollins ou Kingston est en danger ?

Chez les hommes, le gagnant de la mallette aura deux cibles. On ne sait pas si la Wild Card Rule lui permettra d’utiliser sa mallette dans les deux brands, mais il aura deux choix : Le titre de la WWE, actuellement détenu par Kofi Kingston et le titre Universal de Seth Rollins.

Seth Rollins qui se retrouve dans une mission de réinsertion du titre de manière hebdomadaire après que celui-ci ait été retenu en otage par Brock Lesnar. Blague à part, le retour du titre majeur de la brand rouge aurait dû être au centre de l’attention à Monday Night RAW chaque semaine mais malheureusement, ce sont les histoire de Roman Reigns, The Miz et Shane McMahon qui prennent le plus de place dans les shows hebdomadaires en ce moment.

Rollins aura donc comme challenger celui qui débarque tout juste à RAW, AJ Styles. Une affiche qui a de quoi faire rêver les nostalgiques de la scène indie des années 2000 mais qui pour la WWE n’a pas spécialement plus d’importance qu’un autre match — ce qui ne l’empêche pas non plus de surfer sur cette vague des ex-indie darlings. Non pas qu’il aurait fallu garder ce match pour un plus gros pay-per-view, mais lui offrir une meilleure histoire, ou du moins lui laisser plus de temps, aurait sans doute été préférable.

De l’autre côté à SmackDown c’est un Kevin Owens sur le retour qui tentera de prendre le titre de champion de la WWE à Kofi Kingston. Une rivalité qui s’est lancée un peu rapidement avec un heelturn tout aussi rapide d’Owens, et avec un New Day défait de son Big E, mais qui on l’espère ne va pas mettre un terme au règne de Kofi Kingston trop rapidement. Kofi Kingston est sans doute l’un des meilleurs champion de la WWE, capable d’offrir d’excellents matchs régulièrement. Une qualité dont on a besoin.

Trop de trop c’est trop

L’un des fils rouges de ce pay-per-view concernera sans surprise Shane McMahon qui semble en ce moment omniprésent à RAW et SmackDown, prenant parfois le pas sur les rivalités pour les titres majeurs. Grâce à, encore, cette Wild Card Rule, la storyline traverse les brands avec d’un côté Roman Reigns qui affrontera Elias qui s’est allié à Shane McMahon qui lui affrontera à nouveau le Miz dans un match en cage.

L’intérêt d’une nouvelle rivalité de McMahon contre une Superstar, que ce soit le Miz ou Roman Reigns nous dépasse, surtout quand il s’agit de Shane et encore plus quand certains catcheurs trainent en coulisse et n’ont rien à faire semaine après semaine.

Dans le même style d’incompréhension, les Usos se lancent dans une rivalité avec les Revival — on passera sur le fond de cette rivalité qui nous chagrine terriblement pour Dawson et Wilder — avant d’aller se battre pour les titres de champions par équipe de SmackDown, alors que ceux-ci sont à RAW. Les titres de champions par équipe de RAW, désormais sur les hanches de Zack Ryder et Curt Hawkins qui sont encore moins visible qu’avant de devenir champions, ne sont ainsi pas sur la carte.

Parlant de titres par équipe, les ceintures de championnes par équipe de la WWE, détenues par les IIconics depuis WrestleMania ne sont elles pas non plus sur la carte, et nous inquiètent quand à leur futur. On espère sincèrement que l’association de Kairi Sane et Asuka, les Kabuki Warriors, viendront sauver la mise.

Le problème de cette carte, c’est le même problème de la WWE depuis quelques années : un roster trop chargé, trop de titres à défendre, trop de trop. Sans oublier une présence des McMahon qui devient trop importante et pas franchement utile. On n’arrive plus à savoir où donner de la tête quand d’un côté les storylines et leurs auteurs se compliquent la vie. Il serait temps de se recentrer sur le plus important, surtout dans le contexte actuel : la compétition.

Carte de WWE Money In The Bank 2019 :

  • MITB Ladder Match masculin : Drew McIntyre, Baron Corbin, Ricochet, Sami Zayn, Finn Balor, Andrade, Ali et Randy Orton
  • MITB Ladder Match féminin : Natalya, Dana Brooke, Naomi, Alexa Bliss, Ember Moon, Carmella, Bayley et Mandy Rose
  • Match pour le titre de champion Universal : Seth Rollins (c) contre AJ Styles
  • Match pour le titre de championne de RAW : Becky Lynch (c) contre Lacey Evans
  • Match pour le titre de championne de SmackDown : Becky Lynch (c) contre Charlotte Flair
  • Roman Reigns contre Elias
  • The Miz contre Shane McMahon (match en cage)
  • Match pour le titre de champion des États-Unis : Samoa Joe (c) contre Rey Mysterio
  • Match pour le titre de champion Cruiserweight : Tony Nese (c) contre Ariya Daivari
  • Match pour les titres de champions par équipe de SmackDown : Daniel Bryan et Erick Rowan (c) contre The Usos (Kickoff)

WWE Money In The Bank 2019 sera diffusé dès 1h dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 mai sur le WWE Network (kickoff à minuit) et 1h05 sur la chaine AB1 commenté en français.

Les plus lus

To Top