Actualité

Jim Cornette se lâche (encore)

jim cornet roh 2013

Quand Jim Cornette part en roue libre ça vaut souvent le détour. Même si certaines de ses histoires laissent parfois douter de leur véracité, l’ancien grand manager a toujours le bon mot pour parler de quelques stars du circuit indépendant américain.

jim-cornet-roh-2013

À la rédac on aime bien Jim Cornette, ce mélange de légende du catch, de grand manager et de personnage un peu excentrique. Quoi qu’il dise, on a envie de l’écouter et on finit toujours par se marrer. Alors quand un média lui donne l’occasion de l’ouvrir un peu, il se lâche le Corny.

La semaine dernière le podcast britannique The Indy Corner a interviewé pendant plus d’une heure l’ancien manager, producteur exécutif et booker de la Ring of Honor sur son travail dans cette dernière et ce qu’il pense de certains talents du circuit indépendant avec qui il a travaillé ces dernières années.

Publicité

La rivalité entre Kevin Steen et El Generico

Il parle notamment d’une certaine frustration qu’il a eu envers El Generico au début de la ROH version Sinclair Brodcasting en 2012. Le problème était que El Generico ne parlait pas. « On ne peut avoir un babyface muet… tu dois apprendre comment présenter ton personnage autant verbalement que physiquement » lui avait-il alors dit à l’époque. Mais El Generico ne cédera pas et c’est son arrivée à la WWE qui le gêne « …et maintenant évidemment pour la WWF [sic] et pour le bon paquet d’argent qu’il a eu, il a retiré son masque et il parle ».

Il raconte aussi de la façon dont s’est faite la rivalité entre Kevin Steen et El Generico: « Steen était pratiquement l’agent de Generico. Gabe Sapolsky, l’ancien booker disait à Adam Pearce, le booker de l’époque qu’il allait devoir passer son temps à négocier avec Kevin Steen et El Generico, et gérer leurs problèmes, idées, plaintes etc.. ». Selon lui aussi, leurs matchs, bien qu’intéressants et excitants pour le public « allaient parfois trop loin par rapport à ce que l’on voulait faire dans comme vendre la compagnie ou l’amener dans la télévision mainstream.» 

Le problème avec Kevin Steen

Il ajoute que Kevin Steen n’était pas dans le catch pour se faire de l’argent « Kevin est dans le business pour faire de grands matchs de son style et être le centre de l’attention. Et c’est bien, mais nous nous étions dans le business pour essayer de faire de l’argent ».

Publicité

Quand la Ring of Honor allait revenir à la télévision avec Sinclair Brodcasting, Jim Cornette et la ROH voulaient que Steen perde du poids pour revenir avec un gros push « Nous voulions que Kevin prenne six mois de repos, qu’il rentre chez lui, qu’il aille à la gym et qu’il perde du poids, on savait que ça pouvait marcher (…) On s’est arrangé avec Cary Silkin pour lui donner des congés payés, pour qu’il revienne avec 40 livres de moins et il aurait eu un grand push » Mais cela ne s’est pas passé comme prévu : « Il est revenu avec 25 à 30 livres de moins, mais c’était un début ».  Le but premier était de garder le retour de Kevin Steen pour la télévision, et d’en faire l’une des stars majeurs du show.  Mais Steen n’était pas d’accord « Evidemment il nous a fait sa crise à propos de ça parce qu’il voulait revenir tout de suite (avant le retour du show à la TV, ndlr) et faire les choses à sa façon. Du coup il est rentré chez lui et a repris tout le poids qu’il avait perdu ».

« Les fans de la Ring of Honor le connaissaient et l’aimaient, les fans du circuit indépendant le connaissaient et l’aimaient aussi, mais pour le public plus large qui le verraient pour la première fois, et qui verraient Davey Richards, Eddie Edwards, Les Briscoes, Jay Lethal et tous ces athlètes en bonne condition physique, alors qu’à côté leur champion serait un type gros portant un short de vélo et un t-shirt. » ajoute-t-il.

Davey Richards parle « comme beaucoup de gens pètent »

Publicité

Mais Generico et Steen ne sont pas les seuls à en prendre pour leur grade dans cette interview, Davey Richards aussi : « Davey est un excellent athlète, un bon performer… mais il parle comme beaucoup de gens pètent. Tu ne sais jamais quand ça vient, tu ne sais pas trop ce que tu vas ressentir et tu ne sais pas trop en quoi ça consiste » 

L’interview parle aussi des pay-per-views de la Ring of Honor, et notamment des problèmes rencontrés quand la fédération a tenté de diffuser des shows en iPPV, qui les a forcé à laisser tomber ce système de diffusion. Il répond ainsi à la question qui demandait pourquoi certaines petites fédérations étaient capables de diffuser en iPPV sans problème alors que la ROH rencontrait toujours des problèmes. La raison était assez simple, il s’agissait surtout du fait que non seulement la Ring of Honor ne se contentait pas seulement de pointer une caméra sur le ring et avait beaucoup plus de fans qui voulaient regarder le show via ce format que d’autres fédérations plus petites.

Ce bon vieux Jim Cornette.

En haut