Review

PROGRESS, Chapter 54 : Le dernier stop

Rob Brazier Photography

Tout juste revenue d’un long périple aux Etats-Unis, où elle a entre autres présenté deux shows événements à New-York et à Boston, la PROGRESS Wrestling retrouvait le 27 août dernier l’Electric Ballroom de Londres pour son Chapter 54, intitulé « Go To Your God Like A Soldier ». A deux semaines du Chapter 55 à l’Alexandra Palace, synonyme s’il faut le rappeler de plus grand et important show de l’année pour la PROGRESS, la tension est montée d’un cran ici et là, jusqu’à atteindre un point de non retour pour certains…

La renaissance de James Davis

Le show s’est ouvert avec un duel entre un catcheur déjà bien rôdé et un jeune rookie. James Davis, renommé Strangler Davis et prêt à se lancer dans la compétition en solo après avoir planté un couteau dans le dos de son partenaire Rob Lynch au dernier Chapter, faisait face à Connor Mills. Ce dernier, au physique frêle, faisait ses débuts dans un show principal de la PROGRESS, après avoir participé à quelques shows secondaires et visiblement convaincu l’assemblée lors du pre-show du Chapter 53. Malgré ses bonnes intentions et le soutien du public, il s’est incliné sur soumission, faute d’expérience à l’évidence. Sa marge de progression est grande, mais le potentiel est présent et on ne peut souhaiter que de le revoir prochainement à l’oeuvre.

Plus tard dans la soireé, ce fût à Zack Gibson et James Drake de signifier eux aussi une fois de plus leur nouveaux objectifs, en battant à la régulière Mark Andrews et Eddie Dennis. Un combat par équipe très rythmé, parfois peut-être trop, qui malgré quelques ratés a su remplir son rôle : mettre les « Grizzled Young Vets » davantage en avant et les placer assurément en haut de la liste des prochains prétendants aux championnats par équipe.

#CCK veut prendre de la hauteur

En rivalité avec British Strong Style depuis leurs débuts à la PROGRESS il y a de cela presque trois mois, #CCK compte bien en terminer avec eux au Chapter 55, et par la même occasion ravir les championnats par équipe, qu’ils avaient dû céder dès leur première défense au Chapter 51. Ici, l’heure était venue de désigner la stipulation pour leur combat du 10 septembre, ou plutôt les. A la manière de ce qu’avaient fait les London Riots et le Sumerian Death Squad de Tommy End et Michael Dante il y a un an et demi, les quatre hommes se sont affrontés dans deux combats un contre un, avec pour chacun la possibilité donnée au vainqueur de choisir une stipulation pour leur combat à l’Alexandra Palace.

D’un côté, Tyler Bate a affronté Kid Lykos, et de l’autre Trent Seven a fait face à Chris Brookes. Deux combats très solides, marqués d’une intensité particulière, qui a permis de faire parfaitement ressortir la haine qu’il existe entre les deux clans. Avec l’aide de Seven et dans le dos de l’arbitre, c’est Tyler Bate qui a marqué le premier point, et laissé son partenaire choisir la première des deux stipulations. Avec son ton hautain, celui-ci a d’abord fait croire à un Punjabi Prison Match (de quoi faire quelque peu paniquer Jim Smallman et ses acolytes), avant de revenir sur ses pas et d’annoncer un Falls Count Anywhere… dans le ring. Histoire de limiter les risques.

Mais, à force de jouer avec le feu, British Strong Style a fini par se brûler les ailes lors de la seconde rencontre, puisque Lykos et Brookes ont profité d’une nouvelle tentative d’intervention de Bate pour Seven, pour les prendre à leur propre jeu et empocher la victoire. Finalement, il n’y aura même pas de tombés dans leur affrontement du Chapter 55, puisque #CCK a révélé qu’ils avaient décidé de jouer leur combat de championnat dans un match de l’échelle !

Dahlia Black à la conquête du titre féminin

Du côté de la division féminine, Toni Storm défendra bien évidémment elle aussi son championnat à l’Alexandra Palace. Restait juste à définir contre qui. Jinny – qui avait déjà laissé filer sa chance de devenir prétendante au titre face à Laura Di Matteo à Cologne début juillet – affrontait donc Dahlia Black. Un combat intense, très disputé entre les deux (ex?)amies. L’anglaise a longtemps travaillé sur la cheville de la néo-zélandaise, souhaitant probablement réveiller la blessure qui l’avait mise hors d’action pendant plusieurs mois. Mais alors qu’elle semblait tenir le match en main, Jinny s’est laissé surprendre par un roll-up et a vu la victoire s’envoler.

Ce dimanche, ce sera un donc un duel aux origines 100% Kiwi. Toni Storm et Dahlia Black s’étaient déjà affrontées à la PROGRESS lors du Chapter 46, à l’occasion des Natural Progression Series III, mais le combat avait été avorté en raison de la blessure de Black survenue pendant l’affrontement.

Timothy Thatcher confirme son statut de challenger

Déclaré challenger au titre ATLAS après avoir vaincu Donovan Dijak à New-York, Timothy Thatcher a, pour ses débuts en solo à l’Electric Ballroom, confirmé qu’il n’était pas là pour faire de la simple figuration dans la division poids-lourd en s’offrant une victoire de prestige face à un véritable vétéran des rings en la personne de Doug Williams. A 45 ans, mais dans une forme physique incroyable, l’anglais, que l’on avait plus revu à la PROGRESS depuis le Chapter 15, a prouvé qu’il était encore capable de belles choses dans le ring. Les deux hommes ont livré un véritable duel de technicien, avec très peu de prises, mais beaucoup de coup et de tentatives de soumission. Sans véritable surprise, c’est Thatcher qui s’est imposé avec un armbar, dans ce que l’on pourrait considérer à moindre mesure comme un passage de flambeau. L’américain a d’ailleurs rapidement quitté le ring après avoir dignement salué son adversaire défait, laissant celui-ci profiter d’une profonde marque de respect de la part du public, debout.

A l’Alexandra Palace, Thatcher retrouvera dans le ring son partenaire de Ringkampf, WALTER, mais leur association ne tiendra plus, tout du moins pour la décision finale, puisqu’ils seront tous les deux challengers au championnat ATLAS fraîchement remporté pour la seconde fois par Matt Riddle. Il sera donc intéressant de voir si les deux prétendants au titre s’éviteront pour se concentrer sur le champion. Mais, on le sait tous, ce n’est pas vraiment le style de la maison que d’épargner les torses et les mentons d’adversaires, quels qu’ils soient.

Le dernier message de Pete Dunne

Outre les rivalités autour des titres, il y en a une autre qui occupe pas mal de place depuis quelques semaines à la PROGRESS. Jimmy Havoc et Mark Haskins en sont les protagonistes. Après quelques frictions lors du Super Strong Style 16, ils avaient essayé de s’entendre et de faire alliance face à British Strong Style, mais les choses avaient dégénéré au Chapter 53 quand Havoc avait porté la main sur la femme de Haskins. Pour essayer de calmer les ardeurs de chacun, « Flash » Morgan Webster organisait ici une rencontre dans le ring pour tenter de recoller les morceaux. Étonnamment, les choses se sont directement bien engagées. Vannes échangées, excuses présentées… tout se passait plutôt bien jusqu’à ce que les deux hommes viennent remettre sur la table leur statut de challenger légitime au titre PROGRESS.

Alors que la tension grandissait dans le ring, Travis Banks est intervenu pour rappeler qu’il était le seul et l’unique challenger, et que ce serait très certainement avec lui qu’il faudrait en découdre pour toucher au titre après le Chapter 55. Voyant la perche se tendre, le champion Pete Dunne est alors intervenu pour – toujours dans ce contexte de « Pick Your Poison Match » – annoncé que Banks affronterait plus tard dans la soirée Haskins et Havoc dans un combat triple menace. Le Kiwi Buzzsaw s’est alors empressé d’annoncer au Bruiserweight qu’il aurait le même combat que lui ce soir. Et alors que Havoc et Haskins semblait ravis à l’idée d’une double paye, Jim Smallman a annoncé que le main-event serait un match par équipe, avec d’un côté Havoc et Haskins et de l’autre Dunne et Banks.

Rapidement, l’affrontement a tourné au match handicap puisque Dunne n’a pas tardé à quitter son partenaire pour préférer s’asseoir à la table des commentateurs (et par la même occasion frappé l’un d’entre eux, Callum Leslie, dans les parties). Sur le ring, le combat à même parfois pris des airs de triple menace, tant Jimmy Havoc et Mark Haskins ont eu du mal à s’entendre. Après un quart d’heure d’échange, Travis Banks allait en finir avec Haskins, mais le champion est revenu à l’action pour s’accorder la décision finale, pendant que Havoc quittait l’assemblée, sans apporter d’aide à son équipier du soir, qui l’avait frappé par inadvertance un peu plus tôt.

De retour en coulisses (dans une vidéo mise en ligne en début de semaine), les choses ont dégénéré. La tension culminera donc ce dimanche à « Chase The Sun », sous requête de Jimmy Havoc, qui a été heureux d’appendre que Mark Haskins ne souhaitait pas un simple combat un contre un, mais qu’il voulait en finir avec lui dans un DeathMatch.

Dans le ring, la tension entre Pete Dunne et Travis Banks à elle aussi atteint son paroxysme pour conclure le show. Aidé de Tyler Bate et Trent Seven pour nuire au prétendant, Dunne a d’abord été repoussé par Chris Brookes et Kid Lykos, avant que le champion n’utilise et frappe Dahlia Black, partenaire de Banks dans le South Pacific Power Trip, pour détourner l’attention de Kiwi Buzzsaw et de ses acolytes, et les frapper par derrière. A quelques jours de ce qui sera surement sa défense de titre la plus difficile à ce jour, celui qui est aussi champion britannique de la WWE a tenu à envoyer un message clair et distinct : il est prêt à tout pour continuer à régner en maître sur « sa » PROGRESS.

Show de transition, ou plutôt show de préparation, ce Chapter 54 s’est surtout présenté comme le calme avant la tempête, si l’on peut en dire ainsi. Ce dimanche 10 septembre, devant plus de 2000 fans, se tiendra l’un des événements majeurs de l’année. Avec une carte presque « de rêve » et surtout construite sur la durée pour ses trames les plus importantes, le Chapter 55 « Chase The Sun » s’annonce  déjà comme immanquable et devrait être défini comme le point de départ d’un nouveau cycle pour la PROGRESS… avec peut-être la chute de British Strong Style.

PROGRESS Championship – Pete Dunne (c) contre Travis Banks
PROGRESS Tag Team Championship (Ladder Match) – British Strong Style (c) contre #CCK
PROGRESS ATLAS Championship – Matt Riddle (c) contre Timothy Thatcher contre WALTER
PROGRESS Women’s Championship – Toni Storm (c) contre Dahlia Black
• Open Challenge de Zack Sabre Jr.
DeathMatch – Jimmy Havoc contre Mark Haskins
Number One Contender au PROGRESS Championship (8-Man Scramble Match) – Mark Andrews contre Eddie Dennis contre « Flash » Morgan Webster contre James Drake contre Zack Gibson contre Jack Sexsmith contre Strangler Davis contre Chief Deputy Dunne

PROGRESS Chapter 54 « Go To Your God Like A Soldier » est disponible en VOD sur DemandProgress.com.

PROGRESS, Chapter 54 : Le dernier stop
Cliquez pour commenter
En haut