Preview

Money In The Bank : Le seul vrai favori, c’est Roman Reigns

© WWE

On connait la tendance de la WWE à organiser aujourd’hui son année de manière assez cyclique et en point d’orgue les événements qui redistribuent les cartes dans le main-event. Money in The Bank tient une place particulière dans ce calendrier avec la possibilité d’offrir un push rapide avec un cash dans les semaines qui suivent ou un push à deux vitesses, attendant la montée progressive du catcheur vers le main-event. Avec la fin des deux titres mondiaux et donc des deux mallettes, c’est souvent la deuxième option qui est prise.

Il faut donc compiler plusieurs caractéristiques : une certaine place quand même dans le roster, il ne faudrait pas partir de trop loin, mais aussi la possibilité de vous laisser mûrir sur le côté. Il ne faut être ni trop vert, ni trop expérimenté, et c’est là que le choix se fait plus dur chaque année pour la WWE puisque son réseau de talent, bien que florissant grâce à NXT, n’est pas encore assez proche de la maturité pour imaginer en chacun un potentiel détenteur de la ceinture majeure.

Parmi les sept participants de ce dimanche, on décèle donc plusieurs catégories de catcheurs, entre les favoris et ceux qui sont là pour faire le nombre, petit tour d’horizon sur les chances de chacun, avec une certaine classification à faire.

On est en 2015, Kane et Kofi Kingston ne toucheront pas la mallette

C’est toujours difficile de répéter un match chaque année et d’en maintenir le suspens. Le Royal Rumble comme le Money in The Bank ont rapidement leurs favoris, ce qui rend la présence de certaines superstars peu crédibles. Dans cette catégorie, Kane est comme un poisson dans l’eau. Vétéran, déjà loin d’un rôle principal dans le main-event, il n’est là que pour assurer la coordination in-ring, lui qui a déjà roulé sa bosse dans les ladder matchs à la WWE, ayant même gagné le Money in the Bank en 2010.

Ajouté à cette catégorie Kofi Kingston, champion par équipe mais qui va laisser New Day pour des considérations plus personnelles, c’est-à-dire celle de trouver un petit spot marquant à faire, avec un peu de parkour s’il vous plaît. Kofi Kingston c’est un peu la caution spectacle de la WWE dans ce type de match mais clairement pas un prétendant à la mallette, lui qui s’écrase sur le plafond de verre comme pratiquement aucun catcheur ne l’a fait avant lui.

Deux catcheurs dans des statuts bien différents mais qui ont vraiment un rôle sans forme de suspens, Kane étant présent juste comme menace de Roman Reigns et même pas comme un catcheur désireux de devenir champion du monde, c’est un peu le revers de la médaille dans ce genre de storyline, c’est qu’elles mènent à ne pas laisser certains autres plus jeunes s’exprimer dans une stipulation incontournable à la WWE.

Dolph Ziggler et Randy Orton ne seront que des faire-valoir

Dolph Ziggler et Randy Orton sont deux catcheurs aux carrières bien différentes mais bizarrement dans la même fonction actuelle. Si le premier est très loin d’être au-dessus des dix titres mondiaux, il a subi un push qui n’a finalement pas abouti à grand chose et se retrouve dans ce match pour presque faire le nombre.

On grince des dents de donner un tel rôle à Dolph Ziggler, et le fait qu’il ait déjà été Mister Money in The Bank ne l’empêche pas de l’être une seconde fois, mais il faut admettre que les chances de le voir gagner dimanche sont faibles et tiendraient plus de l’espoir qu’autre chose. Les commotions sont loin du Show-Off mais on doute que la WWE ait vraiment un projet pour le blond platine, même si on restera devant notre écran à croiser les doigts.

Pour Randy Orton, c’est différent, le Legend Killer faisant partie des meubles et n’ayant pas besoin de ce genre de push pour prendre un titre. Aussi, on sent que la WWE est dans la même situation le concernant, puisqu’il n’a pas de réelle rivalité actuellement. Il serait peut-être bon pour Orton de faire comme John Cena et de se frotter aux nouveaux arrivants pour animer la midcard. Mais clairement dans ce match, Orton est loin, très loin d’avoir le profil du détenteur de la mallette habituel.

Pour Neville et Sheamus, c’est la recherche de l’exploit

Il faut bien comprendre que dans ce lot de sept, tout est possible évidemment, et que le temps laissé aux bookers pour faire grimper les échelons est suffisant pour faire des main-eventers. Mais il y a plusieurs soucis pour les deux européens de ce match entre défauts de booking et un manque d’assurance sur la capacité d’être au plus haut niveau.

C’est ce qui va gêner Neville pour ce match, il prouvera sûrement qu’il a une habileté énorme dans ce genre de match, mais il faut constater que le britannique n’est dans le roster principal que depuis trop peu de temps pour prétendre réellement à la mallette. Ayant eu pour seule rivalité un petit bras de fer avec King Barrett, on ne peut pas vraiment dire que celui qui a tenu la ceinture NXT plus qu’aucun autre ait vraiment une grande chance ce dimanche.

Même situation pour Sheamus, de retour depuis trop peu de temps pour pouvoir prétendre à la mallette. La seule différence étant qu’il a déjà connu les platebandes du main-event mais on sait aussi que tout cela s’est conclu par une lassitude du public qui risque fort de se reproduire. Sheamus va d’ailleurs croiser le fer avec Orton, et l’on se souvient du traitement qu’avait eu le public du Raw post-WM pendant leur match, préférant lancer des chants aléatoires et acclamant même le Big Show quand celui-ci vint interrompre le match, c’est dire.

Roman Reigns comme seul favori

On voit finalement assez mal la mallette échapper aux mains de l’ex-powerhouse du Shield. L’envie de la WWE de garder l’ancien trio autour du titre de la WWE semble particulièrement marqué actuellement, et voir Roman Reigns avec la mallette Money in The Bank semble être une bonne option pour continuer sur cette storyline avec les trois anciens frères d’armes.

Une dynamique dont l’arrêt sera probablement provoquer par une seule personne : Brock Lesnar. Et on ose imaginer que la WWE est en train de préparer un Summerslam assez dense autour d’au moins Seth Rollins, Roman Reigns et Brock Lesnar avec malheureusement Dean Ambrose peut-être un peu plus en arrière-plan. L’idée d’un cash-in similaire de Roman Reigns lors d’un Brock Lesnar vs Seth Rollins est loin d’être improbable et serait un fil scénaristique qui animerait bien l’été.

Mais en attendant, tout ce que cela provoque est un monopole de l’attention pour Roman Reigns, il est presque le seul à avoir bénéficié de temps d’antenne pour afficher ses envies de mallette et sa mise en avant le place finalement comme seul favori. La WWE peut nous surprendre mais pour l’instant, la logique nous mène à ne pas voir autre vainqueur que le Samoan.

Ce qui du coup nous offre l’un des moins surprenants ladder matchs à venir, malgré les noms sur le ring qui sont loin d’être terribles. On se demande du coup comment réagira le public, en espérant ne pas assister à une deuxième déconvenue de la WWE dans sa volonté d’offrir un push à Roman Reigns après l’échec du Royal Rumble.

4 commentaires

Les plus lus

En haut