Culture Catch

Kimber Lee, première femme « Grand Champion » de la Chikara

La semaine dernière, la catcheuse Kimber Lee est devenu la première « Grand Champion » de la Chikara, le titre majeur de la promotion jusque là uniquement détenu par des hommes.
kimber-lee-grand-champion-chikara © Zia Hitley

C’est dans l’ancienne ECW Arena que s’est déroulé le show Top Banana de la Chikara samedi dernier. Un show qui va probablement rester pour ceux qui l’ont vu dans l’histoire du catch féminin. En effet, les fans présents étaient bien loin de se douter ce qui allait arriver dans le main-event de la soirée. Dans ce qui devait être le dernier match de la soirée le champion Hallowicked défendait sa ceinture « Grand Champion » face à Eddie Kingston et Icarus dans un Triple Threat match. Le champion a conservé son titre à l’issu du match. Mais la soirée ne s’est en réalité pas arrêté sur ce match.

Quelques secondes plus tard c’est Kimber Lee, détentrice de la Golden Opportunity — une sorte de Money In The Bank version Chikara — qui débarque sur le ring pour défier le champion tout juste déclaré vainqueur de son match. Blind Rage et Frightmare ont bien essayé d’aider Hallowicked à conserver son titre mais l’équipe de Los Ice Creams est venue les en empêcher. Kimber Lee a remporté le match sur une prise de soumission pour devenir la nouvelle Grand Champion.

Déjà championne par équipe à la Shimmer et la WSU, championne féminine de la Legacy Wrestling et de la MCW, Kimber Lee devient la première femme à détenir le titre Grand Champion, le championnat majeur de la Chikara.

« C’est un cap énorme qui a été atteint »

Interrogée par le magazine Rolling Stone, elle raconte l’émotion ressentie au moment du sacre « J’ai pleuré sur le ring. J’ai pleuré après. Je pleure tous les jours depuis. J’ai toujours voulu apporter le changement, incarner la différence. Je voulais prouver que les femmes étaient aussi fortes que les hommes. C’est un cap énorme qui a été atteint ». Kimber Lee révèle que la décision avait été prise il y a de ça un mois ou deux. « J’étais surprise, honnêtement. Je leur disais « Wahou, vraiment ? Moi ? Vous me faites confiance sur ça ? ». Connaissant l’importance qu’avait cette décision, j’étais surprise et je ne pensais pas que cela allait m’arriver, gagner le titre, jusqu’à ce que je sois vraiment sur le ring pour le remporter. (…) C’était extrêmement difficile de ne rien dire à propos de ça. C’était très important de ne rien dire non plus. Je le savais ».

Kimber Lee le voulait déjà dès le début de sa carrière. Pour elle, pas question de catcher uniquement contre des femmes. Elle avoue avoir été très influencé par Chyna pendant sa jeunesse, qui a détenu le titre Intercontinental à la WWE. « Je n’avais jamais le droit de regarder du catch, ma mère n’aimait pas ça. Alors j’en regardais en cachette et quand je le faisais j’étais toujours fixé sur elle » se confie-t-elle. « Alors quand j’ai commencé à catcher, c’est à elle que je voulais ressembler et c’est ce que je voulais faire. Je ne voulais pas juste catcher contre les femmes. Je ne voulais pas à avoir à faire des trucs de femmes. Je voulais faire la même chose que les hommes ont à faire. »

Un besoin d’ouverture d’esprit

Penser qu’une femme peut affronter un homme sur le ring dans le monde du catch, même en 2015, n’est pas toujours facile. Les esprits ne sont pas aussi ouverts qu’on le voudrait. « On croise toujours des gens qui pensent que c’est complètement impossible et que cela ruine le catch. Personne ne va croire ce que cette femme peut faire à un homme qui fait deux fois sa taille. J’ai même eu des retours de catcheuses qui pensent que cela fait du mal au catch féminin ».  En mars dernier, Kimber Lee s’était retrouvée face à Chris Dinkinson dans le main-event d’un show de la Beyond Wrestling, un match mixte particulièrement brutal dont l’écho avait retenti bien au delà du monde du catch, faisant quelques titres dans les médias mainstream. Kimber Lee avait elle-même dû s’exprimer pour calmer la polémique.

Mais Kimber Lee sait qu’elle peut compter aujourd’hui sur de nombreux soutiens dans le monde du catch, elle n’est d’ailleurs pas la seule catcheuse à penser qu’elle a sa place sur le ring face à des hommes. « Des femmes comme Heidi Lovelace aussi à la Chikara, Candice LeRae, Mia Yim ou Jade. Elle sont capables de le faire aussi et cela peut être fait de sorte à ce que ce soit crédible. Une femme peut faire ce qu’un homme fait, notre approche doit être juste un peu différente ».

Les esprits changent aussi et beaucoup de personnes ne sont pas fermées à cette opinion, de plus en plus de gens acceptent l’idée de matchs mixtes. « Je pense que le catch mixte devient de plus en plus populaire et commence à devenir quelque chose à part entière aujourd’hui. Tout le monde ne peut pas aimer le même artiste; chacun à son opinion. Mais je veux que cela touche le plus de monde possible. C’est mon but, de faire changer les gens d’avis autour de moi ».

La Chikara, comme la Beyond Wrestling, est une de ces structures qui se placent en instigateurs et espèrent bien montrer l’exemple. Kimber Lee y a fait ses débuts il y a moins d’un an et explique que la fédération lui fait entièrement confiance. « Mike [Quackenbush] a vraiment eu foi en moi et me fait confiance. Ils ont pour objectif de donner l’opportunité que les femmes méritent. Ils projettent de nous donner la chance de prouver qu’une femme peut représenter une compagnie qui n’est pas à dominance féminine ».

Une vraie révolution face à celle de la WWE

On ne peut évidemment pas s’empêcher de faire le parallèle avec la Divas Revolution de la WWE. Mais ce n’est pas encore au goût de Kimber Lee « Évidemment il y a certains changements à la WWE, et vous voyez ce qui se passe à NXT, mais ce n’est toujours pas ce que j’aimerais y voir. La Chikara de son côté est réellement en train d’installer une révolution pour vous ». Depuis quelques temps la Divas Revolution semble s’oublier petit à petit, surtout dans le main-roster, comme le constate Kimber Lee « Cela semble être complètement tombé à plat. Il n’y a pas vraiment eu de grands changements, mis à part l’arrivée de nouvelles catcheuses de NXT. C’est le seul grand changement et ils n’ont pas vraiment capitalisé sur ce qu’il aurait pu en faire ».

Mais la WWE elle en rêve quand même et s’y voit bien un jour: « C’est la plus grande scène sur laquelle on peut s’exprimer. C’est là où l’on peut toucher un maximum de monde. C’est aussi le seul endroit où vous êtes employés à plein temps, ce qui est génial. Mais je ne veux pas y aller pour être ce qu’ont été les Divas. Je voudrais y marquer un changement ». C’est le but de sa carrière et elle ne le cache pas, « À quel point ce serait cool de gagner la ceinture d’un homme dans une compagnie télévisée ? Je veux simplement aller aussi loin que je le peux et inspirer le plus de monde possible à ne pas se conformer à ce que la société vous dit ce que vous êtes supposés être ».

Darren Fog
Auteur :
Fondateur et rédac-chef de VoxCatch.